publicité

samedi 01 août 2015

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Les laitages entiers associés à une mortalité plus élevée après un cancer du sein

Peut-on manger des laitages après un cancer du sein ? Une étude incite à la prudence.

Sylviane Passard - Lundi 18 Mars 2013
Partagez |
Les laitages entiers associés à une mortalité plus élevée ap...
AugmenterRéduireTaille du texte

Prudence avec certains produits laitiers quand on a eu un diagnostic de cancer du sein. Telle est en substance la conclusion d’une étude américaine sur 1893 femmes diagnostiquées à un stade précoce de cancer invasif  entre 1997 à 2000.

Ces femmes ont répondu à un questionnaire alimentaire après le diagnostic, et 5 à 6 ans plus tard. Elles ont été suivies pour une durée médiane de 11,8 ans. Au total, 349 femmes ont connu une récidive et 372 sont décédées au cours du suivi, avec 189 décès liés au cancer du sein.

Les chercheurs n’ont pas trouvé d’association entre la consommation de produits laitiers écrémés et la récidive ou la survie. En revanche, par rapport aux femmes qui mangeaient moins d’une demi-portion de laitages entiers par jour, celles qui consommaient une demi-portion à moins d’une portion par jour avaient un risque plus élevé de 20% de mortalité par cancer du sein. Ce risque est augmenté de près de 50% (49%) lorsque les femmes consommaient au moins une portion par jour. La consommation de laitages entiers est aussi associée au risque de récidive mais cette association n’est pas significative au plan statistique.

L'étude, publiée dans le Journal of the National Cancer Institute a été conduite par Candyce Kroenke et d’autres chercheurs de Kaiser Permanente (Oakland, Californie). Il s’agit d’une étude d’observation, donc à interpréter avec précaution dans l’attente de confirmations.

Les chercheurs ont eu l’idée de ce travail après que plusieurs enquêtes ont rapporté que le lait entier moderne renferme des quantités importantes d’hormones femelles – un facteur de risque de certains cancers mammaires. Le lait contient ces hormones parce que les vaches sont aujourd’hui traites pendant une partie importante de la période de gestation, ce qui n’était pas le cas autrefois.

Sur les hormones dans le lait de vache, lire : Le beurre responsable de la qualité du sperme ?

Pour Candyce Kroenke, les femmes ayant un cancer ou ayant été traitées pour un cancer devraient probablement éviter les produits laitiers entiers « pour limiter les risques d’événements indésirables ». Ces femmes devraient plutôt consommer des produits laitiers écrémés ou des laits végétaux, si possible pauvres en sucre et en sel.

D’une manière générale, LaNutrition.fr déconseille de consommer plus d’une portion de laitage par jour.

Pour aller plus loin, lire : Lait, mensonges et propagande nouvelle édition de Thierry Souccar.

Source

Candyce H. Kroenke : High- and Low-Fat Dairy Intake, Recurrence, and Mortality After Breast Cancer Diagnosis. J Natl Cancer Inst. Publié en ligne le 14 mars 2013.

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Le lait et le cancer

L'idée que les produits laitiers pourraient favoriser certains cancers a longtemps été niée par les autorités sanitaires et bien sûr l'industrie laitière. Quels sont les liens réels entre laitages et cancers ? Par quels mécanismes ? LaNutrition.fr fait le point sur les preuves scientifiques et vous explique les risques possibles selon les cancers ainsi que les portions quotidiennes à ne pas dépasser

>> Lire le dossier (Abonnés)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires