publicité

jeudi 23 octobre 2014 - pour plus de confort utilisez mozilla firefox ou google chrome

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Obésité, ostéoporose : comment on fabrique une maladie

Depuis le 18 juin, l’obésité est considérée comme une maladie aux Etats-Unis. Une décision qui rend le sourire à des laboratoires pharmaceutiques complètement déprimés. L'ostéoporose avait subi le même destin...

Thierry Souccar - Vendredi 05 Juillet 2013
Partagez |
Obésité, ostéoporose : comment on fabrique une maladie
AugmenterRéduireTaille du texte

Depuis le 18 juin, l’obésité est considérée comme une maladie aux Etats-Unis. C’est en tous cas la position de l’American Medical Association (AMA), la plus importante association de médecins de ce pays, obtenue après un vote officiel.

Depuis cette date, 78 millions d’Américains adultes et 12 millions d’enfants sont donc malades et nécessitent donc un traitement.

Ce vote n’était pas acquis. Les échanges ont été vifs entre ceux qui poussaient pour la prise en charge médicale de l’obésité et ceux qui craignaient qu’une telle décision stigmatise les patients et qu’elle ouvre un nouveau grand boulevard à l’industrie pharmaceutique.

Car c’est bien aussi de cela qu’il s’agit. Dans mon dernier livre, je raconte comment le vieillissement des os a été progressivement transformé en maladies – l’ostéoporose et l’ostéopénie - par une coalition de médecins liés aux lobbies pharmaceutique et laitier, avec la complicité passive des autorités sanitaires. Le Dr Lawrence Shulman, qui a organisé en 1984 la conférence des National Institutes of Health consacrant la densité minérale osseuse comme marqueur diagnostique de l’ostéoporose regrette cette décision : « Elle a fait naître une énorme industrie, » dit-il aujourd’hui.

L'expérience montre en effet que lorsqu'une nouvelle maladie est "créée", les médecins proposent rarement à leurs nouveaux patients des séances de méditation ou des soupes d'ortie, mais plutôt de la pilule.

Au cours du vote sur l’obésité-maladie, le bureau des délégués de l’AMA a finalement écarté les réserves et les réticences de ses propres experts pour parvenir à la décision que l’on sait. Un peu plus tôt, en avril, l'American Association of Clinical Endocrinologists avait officiellement incorporé les médicaments amaigrissants à ses recommandations pour la prise en charge du diabète.

Coïncidence ? Ces prises de position interviennent dans un moment de grande déprime pour les ventes de médicaments anti-kilos. Exemple avec Qsymia, une nouvelle pilule amaigrissante mise sur le marché américain en septembre, et qui ne décolle pas en dépit d’un marketing agressif. Son fabricant, le laboratoire Vivus, a dépensé 45 millions de dollars pour pousser son médicament dans le champ de vision des médecins, mais 4 mois plus tard, les ventes dépassent à peine 4 millions de dollars. Une misère. Et c’est dans ce contexte morose que le mois dernier, Belviq, un nouveau médicament d’Arena Pharmaceuticals et Eisai a été lancé aux USA. Un autre encore, Contrave (Orexigen Therapeutics), est dans les starting blocks.

Jack Lief, le patron d’Arena avait annoncé en 2009 que les ventes de médicaments contre l’obésité pourraient un jour éclipser les statines. Pour l’instant, on en est loin.

Mais en déclarant que l’obésité est une maladie, les associations de médecins redonnent espoir à toute une profession. “C’est un tournant dans la bataille pour amener la communauté médicale à changer de point de vue sur l’obésité,” dit pudiquement le Dr Barbara Troupin, vice-président de la communication scientifique de Vivus.

Fabriquer des maladies, lancer des médicaments pour traiter des conditions liées en réalité au mode de vie : cette recette (stupide sur le plan physiologique) a jusqu’ici bien réussi aux laboratoires, comme en témoigne la poule aux œufs d’or des statines dans les maladies cardiovasculaires et celle des bisphosphonates dans l’ostéoporose. Dorénavant, espérons-le, les « patients » y regarderont peut-être à deux fois.

Lire aussi : Aux USA, les overdoses de médicaments font plus de morts que les accidents de la route

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
0 2 14-08-2013 12:52
Bonjour,

Oulah, après avoir réussi à faire croire que la pizza est un aliment équilibré grâce à la tomate (si, si !), ils nous créent des maladies pour vendre des pilules. J'aime de plus en plus ce pays.

Merci pour cet article.

Paulo
 
 
+15 1 n.mathieu326@laposte.net 06-07-2013 11:10
Oui, il est à souhaiter en effet que les gens reviennent au bon sens : le "médecin intérieur", la sagesse naturelle de l'organisme, ne se tourne jamais vers des médicaments pour aller mieux : le bon sens et des modifications du mode de vie sont de nature à éradiquer toutes les maladies dites de société et à mettre l'industrie pharmaceutique sur la paille...
Il ne tient qu'à nous de prendre cette décision !
 

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Recettes sans gluten et sans lait à IG bas

Un régime sans gluten ni laitages peut vous changer la vie, à condition de ne pas se tromper. La plupart des aliments farineux sans gluten font grimper la glycémie parce que le blé y est remplacé par des farines de riz ou de maïs qui ont un index glycémique élevé. Si bien qu'on risque de prendre du poids ! Mais Christine Calvet vient de publier un recueil de recettes sans gluten et sans lait, à index glycémique bas : A table ! Sans gluten et sans lait. Une bonne idée pour se faire du bien sans fausse note ! Pour commander ce livre, c'est ici. (Publicité)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires