publicité

jeudi 30 octobre 2014 - pour plus de confort utilisez mozilla firefox ou google chrome

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

L'excès de sel responsable de maladies auto-immunes

  • La prévalence des maladies auto-immunes ne cesse d'augmenter.
  • Lexcès de sel n'y serait pas étranger.
test test - Vendredi 08 Mars 2013
Partagez |
L'excès de sel responsable de maladies auto-immunes
AugmenterRéduireTaille du texte
Mots-clés auto-immunitaire, sel

Partant du constat que le fait de manger dans des restaurants de type "fast food" provoque une augmentation de la production des cellules inflammatoires impliquées dans la régulation du système immunitaire et dans les maladies auto-immunes, des chercheurs de l'université de Yale (état du Connecticut, Etats-Unis) se sont demandé si la teneur élevée en sel de ces aliments était en cause.

Les maladies auto-immunes sont des maladies dans lesquelles le système immunitaire s'attaque à des cellules et des organes de l'organisme. On considère que ces maladies sont provoquées par un ensemble de facteurs, à la fois génétiques et environnementaux, bien qu'on ne les ait pas tous découverts.

En utilisant un modèle animal de souris touchées par la sclérose en plaques, les chercheurs ont pu constater qu'une augmentation de l'apport en sel dans l'alimentation aggravait fortement l'évolution de la maladie via une augmentation anormale de la production de cellules du système immunitaire appelées Th17. D'après l'équipe, la reconstruction du lien entre le sel et le système immunitaire laisse supposer que ce condiment joue un rôle important dans la survenue et le développement des maladies auto-immunes.

Ils expliquent : "Les êtres humains ont été génétiquement sélectionnés pour s'adapter au milieu africain subsaharien, où on ne consommait pas de sel. Aujourd'hui l'alimentation moderne est riche en sel ce qui augmente fortement le risque d'hypertension artérielle et probablement de maladies auto-immunes."

Mais comment expliquer cette découverte subite alors que de nombreuses études ont déjà été menées pour examiner les liens entre le sel et la santé ? Les chercheurs expliquent que les études actuelles se concentrent uniquement sur le taux de sodium circulant dans le sang et non dans les tissus, là où les cellules du système immunitaire sont actives. Les recherches sur l'impact du sel dans l'alimentation négligeraient cet aspect crucial depuis plus de 50 ans.

Pour conclure, les chercheurs recommandent d'ores et déjà aux personnes touchées par une maladie auto-immune de suivre un régime alimentaire pauvre en sel. Des études cliniques viennent d'être programmées en ce sens.

Parmi les autres facteurs alimentaires soupçonnés de jouer un rôle dans l'auto-immunité figurent les protéines céréalières (gluten) et laitières, dans un contexte de perméabilité intestinale. C'est l'hypothèse développée par le Dr Jean Seignalet, qui conseille l'éviction de ces aliments. Par ailleurs, les épices forts (piment, cumin...) favorisent la perméabilité de l'intestin.

A lire également :

Spondylarthrite ankylosante : et s’il y avait un traitement ?

Réduire au silence la spondylarthrite avec le régime Seignalet

Référence

Markus Kleinewietfeld, Arndt Manzel, Jens Titze, Heda Kvakan, Nir Yosef, Ralf A. Linker, Dominik N. Muller, David A. Hafler. Sodium chloride drives autoimmune disease by the induction of pathogenic TH17 cells. Published online 06 March 2013. Nature (2013). doi:10.1038/nature11868

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
+2 2 13-03-2013 11:54
Et l'aluminium présent partout,
es sources d'eau pure et potable "éclaircies" à l'aide de sulfate d'alumine...,
dans les cosmétiques,gel s,papiers d'emballage etc...
 
 
+4 1 09-03-2013 14:31
Et si la cause n'était pas le sodium mais le chlore contenu dans le chlorure de sodium ou sel de table ? A-t'on testé les ions chlorures pour établir leur responsabilité dans la survenue des maladies auto-immunes ?
 

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Recettes sans gluten et sans lait à IG bas

Un régime sans gluten ni laitages peut vous changer la vie, à condition de ne pas se tromper. La plupart des aliments farineux sans gluten font grimper la glycémie parce que le blé y est remplacé par des farines de riz ou de maïs qui ont un index glycémique élevé. Si bien qu'on risque de prendre du poids ! Mais Christine Calvet vient de publier un recueil de recettes sans gluten et sans lait, à index glycémique bas : A table ! Sans gluten et sans lait. Une bonne idée pour se faire du bien sans fausse note ! Pour commander ce livre, c'est ici. (Publicité)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires