publicité

lundi 26 septembre 2016

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Les bienfaits du jeûne intermittent

Le jeûne intermittent permet de perdre du poids et d’améliorer son état de santé.

Marie-Céline Jacquier - Jeudi 13 Juin 2013
Partagez |
Les bienfaits du jeûne intermittent
AugmenterRéduireTaille du texte

Un jeûne intermittent peut être bénéfique s’il ne sert pas à compenser les excès des autres jours… Un article paru dans CMAJ, le journal de la Canadian Medical Association, fait le point sur la question (1).

Différentes recherches ont montré les bénéfices physiologiques du jeûne, par exemple chez les Mormons.  Le jeûne intermittent, aussi pratiqué par nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, limite le risque de maladies cardio-vasculaires et de diabète.

Lire : Jeûner de temps en temps, bon pour la santé cardio-vasculaire et la ligne

L’équipe de Mark Mattson, chercheur au National Institute of Aging du NIH, a mené différents travaux sur le jeûne et la restriction calorique. Dans l’une d’entre elles, des adultes en surpoids avec un asthme modéré ont consommé 20 % de leur apport calorique certains jours, en alternance avec des journées où ils mangeaient normalement. Les participants ont ainsi perdu 8 % de leur poids initial en 8 semaines. De plus, les marqueurs de stress oxydatif et de l’inflammation avaient diminué et les symptômes liés à l’asthme se sont améliorés (2). Le jeûne pourrait donc réduire le stress oxydatif subi par l’organisme.

Pour Mark Mattson, il existe des similarités dans la manière dont les cellules répondent au stress lors d’un exercice physique et lors d’un jeûne intermittent. Pendant une période de jeûne, l’organisme doit puiser dans ses réserves de graisses pour trouver de l’énergie. Des corps cétoniques, provenant des acides gras, sont libérés dans le sang et utilisés par le cerveau, en l'absence de glucose disponible.

Chez la souris, d’autres résultats ont montré les bienfaits du jeûne. Récemment, des travaux publiés en ligne dans PLoS One montrent que le jeûne intermittent améliore les fonctions cognitives chez la souris (3). Le jeûne atténuerait le vieillissement du cerveau et protègerait la mémoire et les fonctions d’apprentissage. En effet, en luttant contre le stress oxydatif, le jeûne peut prévenir le vieillisement.

Lire : Comprendre le vieillissement : comment les radicaux libres nous font vieillir

Le jeûne intermittent peut être pratiqué de multiples manières, par exemple s'alimenter uniquement dans une "fenêtre de 6 à 8 heures", ce qui revient en pratique à sauter un repas tous les jours (méthode adoptée par de nombreux chercheurs qui travaillent sur la restriction calorique), ou encore éviter de manger un jour par semaine, par exemple de 19h à 19h le lendemain.

Note : seuls les commentaires à caractère scientifique sont publiés à la suite des articles sur le jeûne. Les commentaires d'inspiration religieuse ne le sont pas.

Sources

(1) Collier R. Intermittent fasting: the science of going without. CMAJ. 2013 Jun 11;185(9):E363-4. doi: 10.1503/cmaj.109-4451. Epub 2013 Apr 8.

(2) Johnson JB, Summer W, Cutler RG, Martin B, Hyun DH, Dixit VD, Pearson M, Nassar M, Telljohann R, Maudsley S, Carlson O, John S, Laub DR, Mattson MP. Alternate day calorie restriction improves clinical findings and reduces markers of oxidative stress and inflammation in overweight adults with moderate asthma. Free Radic Biol Med. 2007 Mar 1;42(5):665-74. Epub 2006 Dec 14.

(3) Li L, Wang Z, Zuo Z. Chronic intermittent fasting improves cognitive functions and brain structures in mice. PLoS One. 2013 Jun 3;8(6):e66069. doi: 10.1371/journal.pone.0066069. Print 2013.

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
+3 9 24-04-2014 09:20
je pratique depuis quelques années des périodes de jeune au cours de l'année
ces périodes vont de quelques jours à quelques semaines
j'ai 52 ans et j'ai l'impression d'avoir une meilleure vitalité depuis que je pratique ces jeunes de manière occasionnelle
 
 
-5 8 21-04-2014 16:09
J'allaite ma fille de 17 mois, et je suis partie sur un allaitement long. Est-ce compatible avec un jeûne 1jour par semaine ? Sachant que j'ai vraiment faim et que j'ai du mal à sauter un repas. Hors allaitement, je jeûne 24h sans problème.
 
 
+5 7 21-12-2013 15:14
 
 
+11 6 besoindemer 01-08-2013 17:59
Je pratique le jeûne intermittent depuis juin et je me porte très bien.Du lundi au vendredi pas de petit dej. Je bois eau et café et malgré mon métier d'aide soignante en gériatrie je ne fais pas d’hypo. Suite a de nombreux régimes et l’éternel yoyo je me suis intéressée au jeûne.Perdu 10 kg mais bien sur je fais attention aussi a ce que je mange.Et surtout plus de collations hors repas.D'abord je ne ressens plus cette envie.Le week end je prend mon petit dej et je mange normalement même des gâteaux a la fin des repas.Je ne culpabilise pas du tout et la balance le lundi descend quand même.du lundi au vendredi repas à 13h et à 20h enfin à peu près...
 
 
+12 5 19-07-2013 14:15
je pratique le jeune intermittent tous les jours : prise alimentaire uniquement entre 17 et 21h, je ne ressens aucune fatigue et au contraire une clarté mentale, je ne ressens plus la faim comme une compulsion mais au contraire comme un besoin et curieusement, un besoin assez limité.
Pendant la prise alimentaire, je ne consomme que des produits sains (paléo) sans aucune restriction.
On gagne un temps fou dans la journée et on fait des économies !
D'un point de vue évolutionniste, c'est tout à fait le mode de vie de nos ancêtres : activité physique à jeun au lever, nourriture en fin de journée après la chasse et la cueillette. Heureusement que l'organisme savait à cette époque se dépenser le ventre vide, sinon...
 
 
+5 4 24-06-2013 15:49
Pour ma part, je fais une fois de temps un jeûne de 5 jours (j'en sors aujourd'hui même).

Pour plus de renseignement, cherchez sur Google vidéo "Arte Le jeûne une nouvelle thérapie". Le sujet y est très bien abordé et toutes les questions y sont traitées.

On y note d'ailleurs que ce sont des pratiques très répandu en Allemagne (où ils ont même une clinique du jeûne) et en Russie.

Dans mon cas, je n'ai subi qu'une faible fonte musculaire (comme expliqué dans la vidéo)
 
 
+14 3 19-06-2013 15:34
Reste posé une question, une fois admis la nécessite d'une baisse de l'apport énergétique sur une période de 1 semaine, par exemple, celui du mode de distribution de cet apport : un peu moins tous les jours ou 1 jour de jeûne /semaine sont-il équivalent, sur les mêmes paramètres?
Avec ces questions du jeûne,plane la question du "trop de bouffe" trop disponible de la société occidentale depuis 50 ans et de la nuisance apporté par les supermarchés, par une modification profonde de l'acte alimentaire.
Si les médecins français sont peu sensibilisés aux questions que pose la nutrition; évitez de leur parler de jeûne car les risques d'anathème, sont grands. N'est-il pas surprenant que peu de médecins de CHU, s'intéressent à cette question?
 
 
+10 2 18-06-2013 09:43
Pour l'avoir pratiqué régulièrement, le jeûne intermittent 24h/semaine ne m'a jamais occasionné d'hypoglycémie sur une si courte durée. Et le meilleur moyen d'éviter la fonte musculaire est d'accompagner le jeûne d'une activité physique modérée mais régulière?
 
 
-2 1 14-06-2013 13:23
N'aurait-on pas tendance à perdre du "muscle" lors de ses périodes de jeun ?

Le risque d'hypoglycémie n'est-il pas très important, lorsque par exemple, on pratique le jeun intermittent un jour par semaine ?

merci
 

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Le lait et le cancer

L'idée que les produits laitiers pourraient favoriser certains cancers a longtemps été niée par les autorités sanitaires et bien sûr l'industrie laitière. Quels sont les liens réels entre laitages et cancers ? Par quels mécanismes ? LaNutrition.fr fait le point sur les preuves scientifiques et vous explique les risques possibles selon les cancers ainsi que les portions quotidiennes à ne pas dépasser

>> Lire le dossier (Abonnés)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires