publicité

mercredi 30 juillet 2014 - pour plus de confort utilisez mozilla firefox ou google chrome

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Mal de dos : et si c'était la cigarette ?

  • Les personnes qui fument ont plus mal au dos que les autres.
  • La faute reviendrait à la nicotine.
Jacques Robert - Vendredi 07 Décembre 2012
Partagez |
Mal de dos : et si c'était la cigarette ?
AugmenterRéduireTaille du texte
Mots-clés cigarette, mal de dos

De précédentes études ont montré un lien entre le tabagisme et les douleurs dorsales. Des chercheurs de l'université de Floride aux Etats-Unis ont souhaité précisé ce lien. Ils ont suivi 5333 personnes souffrant de maux de dos et de hernies discales pendant une prise en charge médicale classique sur une durée de 8 mois.

Au début de l'étude les chercheurs constatent déjà que les personnes qui fument ont plus de douleurs dorsales que les non-fumeurs. Tous ont ensuite reçu un traitement, allant de la chirurgie aux simples médicaments anti-inflammatoires. Au bout de 8 mois le résultat est toujours le même : les personnes qui fument ont plus de douleurs. Néanmoins, d'autres points intéressants ont pu être mis en évidence : les personnes qui ont arrêté de fumer au cours de la période de traitement ont vu leur état s'améliorer de manière plus forte, pour rejoindre celui des non-fumeurs.

Pour les chercheurs ces résultats confirment bien que la nicotine accentue les douleurs. Ils déclarent : "Dans cette étude els personnes qui arrêtent de fumer voient leur état s'améliorer. En revanche pour ceux qui continuent il y a peu voire pas du tout d'amélioration, indépendamment du traitement médical suivi. Arrêter de fumer améliore fortement la qualité des traitements et nous pensons que des programmes d'arrêt du tabac devraient être donnés aux personnes qui souffrent de problèmes de dos ou de colonne vertébrale."

A lire également :

Fumer détruit les neurones

Arrêter de fumer diminue le stress

Référence

Caleb Behrend, Mark Prasarn, Ellen Coyne, MaryBeth Horodyski, John Wright, Glenn R. Rechtine. Smoking Cessation Related to Improved Patient-Reported Pain Scores Following Spinal Care. The Journal of Bone & Joint Surgery. 2012 Dec;94(23):2161-2166.

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
0 3 18-02-2014 11:54
article très étonnant , aussi intéressant que le précédent
 
 
0 2 08-12-2012 16:24
Quand on arrache la 6eme patte d'une puce dressée, elle ne saute plus, donc elle est sourde.

On est dans le grand petit bonheur (comme souvent d'ailleurs dans les conclusions biaisées d'études épidémiologique s).

Un fumeur =
- bcp moins d'activité physique => VO2 bas, saturation sanguine base.
- 1 consommation excessive du capital d'anti-oxydant => 1 paquet = 2 gr
- 1 somme +/- monstrueuse de lésions provoqués par le CO2
- 1 qté supérieur à la normal de radicaux libres

La nicotine ? Aucune démonstration biochimique n'a jamais été faite entre les facteurs délétères évoqués plus haut et la nicotine.

Par contre qu'on est des douleurs dorcales parce qu'on est +/- sédentaire, en carence de C, avec une réduction éleveé d'ATP, et une partie majeur du capital métabolique consacré à déradicaliser et détoxiniser plutôt que de de maintenir jeune, là faut peut-être pas se lancer dans une étude qq soit pour parier sur le mécanisme.
 
 
+1 1 07-12-2012 17:36
Je trouve cette conclusion peu constructive et hâtive.

selon moi, ce n'est pas parce que les gens ont mal au dos a cause de la cigarette que le problème vient forcément de la nicotine. un fumeur c'est avant tout quelqu'un qui engorge ses poumons, son foie, ses reins, ses muscles de toxines dangereuses. Et jour après jours, ces organes et ces muscles voient leur fonction altéré, l'organe devient plus lourd, plus dense, l'organisme ralenti, et les tensions s'accumulent. Forcément au bout de quelques années avec ce même processus, ces organes finissent par peser sur la colonne de part leurs insertions, les muscles se rigidifient et a ce moment là le mal de dos apparait. Dans le sens inverser, le fait d'arreter d'intoxiquer le corps va produire l'effet inverse. Le corps se nettoie, se detend, se draine et les douleurs sont moins intenses.
 

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Recettes sans gluten et sans lait à IG bas

Un régime sans gluten ni laitages peut vous changer la vie, à condition de ne pas se tromper. La plupart des aliments farineux sans gluten font grimper la glycémie parce que le blé y est remplacé par des farines de riz ou de maïs qui ont un index glycémique élevé. Si bien qu'on risque de prendre du poids ! Mais Christine Calvet vient de publier un recueil de recettes sans gluten et sans lait, à index glycémique bas : A table ! Sans gluten et sans lait. Une bonne idée pour se faire du bien sans fausse note ! Pour commander ce livre, c'est ici. (Publicité)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires