Alzheimer : encore un nouveau médicament en échec

Par Julien Hernandez Publié le 15/06/2018 Mis à jour le 28/03/2019
Actualité

Plus de 190 essais cliniques financés par les firmes pharmaceutiques ne sont pas arrivés au bout, faute d’amélioration chez les patients. Le dernier en date : l'aducanumab du laboratoire Biogen Inc. en phase III.

Après les laboratoires Astra Zeneca et Eli Lily et la fin anticipée d'un essai clinique concernant le lanabecestat (une molécule qui s'attaque à une enzyme intervenant dans la production de la protéine bêta-amyloïde, celle-là même qui s'accumulent autour des neurones, bloquent leur communication et, finalement, les tuent) en 2018, c'est au tour,  en mars 2019, de Biogen Inc. et Eisai d'arrêter le développement d'un médicament, l'aducanumab (un anticorps conçu pour se lier aux plaques amyloïdes et les éliminer). En cause : des données préliminaires qui suggèrent une efficacité nulle.

Cet essai rejoint les 99,6 % des pistes de médicaments contre Alzheimer qui se sont révélés des échecs cuisants ne dépassant même pas la phase de test. Et les 0,4 % de médicaments qui ont finalement été mis sur le marché sont incapables d’enrayer, ou même de ralentir le cours de la maladie. C’est d’ailleurs ce constat qui a conduit le ministère de la Santé français à décider du déremboursement de quatre médicaments anti-Alzheimer à compter du 1er août 2018.

Pourquoi tant d’échecs ?

Le problème réside sans doute dans le fait que les laboratoires, comme la plupart des chercheurs, s’obstinent à s’attaquer aux plaques amyloïdes. Or, selon le Dr Bredesen, auteur de La fin d’Alzheimer, la formation de plaques amyloïdes n’est pas la cause d’Alzheimer mais uniquement une réponse du cerveau face à diverses agressions endogènes ou exogènes (inflammation, carences en nutriments / molécules bénéfiques, molécules toxiques, etc.).

Le problème pour les laboratoires c’est que la maladie d’Alzheimer n’a pas une cause (les plaques amyloïdes) mais plutôt 36 facteurs contributeurs comme l’ont découvert le Dr Bredesen et son équipe. Une seule molécule ne peut donc s’attaquer à tous ces facteurs.

Mais l'industrie pharmaceutique n'a pas dit son dernier mot. Des études avec des médicaments similaires sont en cours, à titre préventif, sur des patients sans aucun symptômes de la maladie d'Alzheimer mais présentant une accumulation de plaques amyloïdes . Enfin, d'autres essais cliniques sponsorisés par Roche notamment sont toujours en cours, alors même que les preuves préliminaires obtenues en phase II de ces derniers semblent aussi pauvres que celles des études stoppées en phase III...

Lire aussi : Bientôt la fin d’Alzheimer ?

Que faire aujourd’hui contre cette maladie ?

Un espoir existe avec le protocole ReCODE du Dr Bredesen qui, en ciblant les 36 facteurs en cause dans Alzheimer, s’attaque aux causes réelles de la maladie. Ce programme personnalisé allie diététique, activité physique, supplémentation, meilleure gestion du sommeil et du stress, exercices cognitifs, etc. 

Pour l’instant une seule étude, parue dans le journal Aging en 2016, atteste de l’efficacité de ce protocole sur un petit nombre de patients. Mais pour le Dr Bredesen, qui a suivi 2000 patients depuis 6 ans, le taux de succès de ce protocole, en termes d’inversion des symptômes, atteint quasiment 100 % chez les stades précoces et, en moyenne, tous stades confondus, plus de 50 %. D'autres études sont en cours.

Pour en savoir plus lire : La fin d'Alzheimer

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top