« Chocapic » : un aliment ultra-transformé recommandé par le Nutriscore

Par Sarah Amiri Publié le 13/10/2020 Mis à jour le 13/10/2020
Article

De nombreux produits bien notés par le Nutriscore sont en réalité ultra-transformés. Dernier exemple en date qui bénéficie d'une forte campagne marketing : les Chocapic et leur Nutriscore B.
 

Nestlé vient de lancer une campagne marketing importante autour du Nutri-score B obtenu par les Chocapic, ses célèbres céréales du petit déjeuner. Influenceurs et journalistes sont ainsi invités à communiquer autour de cette « bonne nouvelle », notamment grâce à un jeu vidéo dédié.

Petit souci : le Nutriscore n'est pas un indice nutritionnel fiable comme LaNutrition l'explique depuis plusieurs années, notamment parce qu'il ne prend pas en compte le degré de transformation des aliments. Et cet exemple est emblématique de comment cet indice peut être détourné au profit des industriels. Car les Chocapic, malgré le « bon » Nutriscore, sont en réalité un aliment ultra-transformé. Comme plus de 50 % des produits de cette catégorie B !

À lire aussi : « Récré O’lé » : un aliment ultra-transformé, recommandé par le Nutriscore

Pourquoi les Chocapic obtiennent un Nutriscore B

Voici la composition de ces céréales qui leur vaut cette bonne note :

  • Farine de blé complet
  • Chocolat en poudre (sucre, cacao en poudre)
  • Farine de blé
  • Semoule de maïs
  • Sirop de glucose
  • Extrait de malt d'orge
  • Huile de tournesol
  • Sel
  • Arômes naturels

Ces céréales contiennent peu de graisses puisqu'elles sont majoritairement composées de glucides. C'est une des raisons pour lesquelles elles présentent ce Nutriscore B. La présence de farine complète, censée apportée plus de fibres et de nutriments, est aussi un bon point a priori.

Pourquoi elles ne devraient pas être considérées comme des aliments sains

On peut noter la présence de 9 ingrédients dans la composition du produit. Or, selon Anthony Fardet, un des critères qui permettent de reconnaître les aliments ultra-transformés est la présence de plus de 5 composés dans la liste des ingrédients.

>> Lire un extrait de Halte aux aliments transformés ! Mangeons vrai 

Nestlé se vante d’utiliser de la farine complète, mais les procédés qui permettent d’obtenir la texture des Chocapic dénaturent complètement cet ingrédient de base (qui a déjà subi une transformation en devenant de la farine). Avec la cuisson-extrusion utilisée par Nestlé pour former ces « pétales de chocolat », la nouvelle texture obtenue augmente considérablement l'index glycémique (IG) de l'aliment. Les Chocapic et leur Nutriscore B affichent ainsi un IG de 76, signant des glucides de mauvaise qualité augmentant trop fortement et trop rapidement le taux de sucre sanguin.

De plus, les hautes températures utilisées pour la fabrication (>120°C) pourraient former des molécules d’acrylamide, substance toxique qui se forme à partir des sucres réducteurs présents dans l’aliment (ribose, glucose, fructose, galactose...) et de l'acide aminé asparagine. On en trouve aussi dans les frites, les chips, le café et les biscuits…

À lire aussi : Comment sont fabriquées les céréales de nos enfants ?

Un petit déjeuner riche en sucres

Sur le plan nutritionnel, le Nutriscore tolère des doses de glucides et de sucres importantes : 74 % de glucides dont 25 % de sucre pour les Chocapic.

Pour un bol de 30 g (dose inférieure à ce que la majorité des enfants avalent), les enfants auront ainsi déjà consommé 30 %* des apports recommandés en sucre ajouté (*5% d’une ration calorique de 2000 kcal).

Après ce shoot de glucose dans le sang, les enfants vont donc subir une hypoglycémie réactionnelle et donc un coup de pompe dans la matinée (ce qui peut les amener à dévorer un goûter pas moins sucré). Et on sait que ce phénomène, quand il se répète trop souvent, favorise le diabète de type 2.

Quand même les journalistes tombent dans le piège

Dans son numéro spécial « Éducation nutritionnelle des parents » actuellement en kiosque, Que choisir compare des aliments transformés à des aliments bruts ou peu transformés avec pour seul mètre de mesure le Nutriscore. Résultats : des céréales comme Chocapic seraient équivalentes à une tartine de pain complet avec de la confiture et donc recommandées aux parents.
Alors, si tant est qu’une tartine de pain complet et de confiture soit le petit déj’ idéal pour vos enfants (si tant est), les céréales Chocapic le sont aussi ! Magique !

C'est l'exemple même d'une mauvaise utilisation du Nutriscore et surtout des limites de cet indice qui a le mérite d'exister mais reste largement imparfait et basé sur une science nutritionnelle déjà dépassée.

En pratique

Les journalistes comme le grand public auraient tout à gagner à développer un regard un peu critique sur le Nutriscore et à s'aider pour cela de l'indice SIGA qui, lui, tient compte du degré de transformation des aliments. Il existe désormais une application smartphone SIGA pour vous faciliter la vie. LaNutrition vous aide aussi avec ses sélections de bons produits dans les divers rayons des supermarchés et ses ouvrages « Le bon choix ».
 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top