Le chiropraticien, dentiste de votre dos

Par Lanutrition.fr Publié le 30/01/2009 Mis à jour le 10/03/2017
Cet homme là va vous faire craquer. Mais surtout ne dites pas ça : en fait, le terme exact est « ajuster ». Stéphane Da Col est chiropraticien à Montpellier. Pour LaNutrition.fr il détaille ce que la chiropratique peut faire pour votre dos, mais aussi pour vos migraines, vos sinusites, vos otites, et autant de troubles que vous n’auriez jamais pensé mettre entre les mains d’un chiropraticien.

LaNutrition.fr : en quoi consiste votre métier ?

Nos articulations subissent souvent des blocages qui entraînent des douleurs. En pratiquant ce que l’on appelle des ajustements, nous pouvons libérer ces blocages et corriger les troubles et les douleurs associés, non seulement au niveau de la colonne vertébrale mais aussi sur les autres articulations. Les chiropraticiens sont en quelque sorte les dentistes du dos et des articulations.

Comment surviennent ces blocages ?

On distingue trois causes différentes. La première est la cause physique : un traumatisme, une mauvaise position, une posture inadaptée sont la première cause de blocage ressentie par le patient. Mais on rencontre également des blocages d’origines chimiques liés par exemple à une mauvaise alimentation ou au tabagisme. Enfin de nombreux blocages ont une origine émotionnelle et sont par exemple provoqués par le stress. Lors d’une séance, le chiropraticien va bien sûr traiter ces blocages mais il va également s’attacher à en identifier l’origine avec le patient.

Vous arrive-t-il de conseiller les patients sur les moyens d’éviter ces blocages ?

Bien sur, c’est même une composante majeure de notre métier. Quand on identifie l’origine d’un blocage on va non seulement soigner le patient mais également lui donner des conseils adaptés. Cela peut-être de rééquilibrer son alimentation tout comme de corriger une posture. La prévention est un axe de travail majeur pour le chiropraticien. Si l’on reprend l’analogie avec le dentiste, un patient soucieux de sa santé va faire contrôler sa dentition une fois par an même s’il n’a pas mal pour soigner d’éventuelles caries avant qu’elles ne deviennent douloureuses. Avec votre dos c’est pareil : mieux vaut consulter un chiropraticien avant d’avoir mal. Il pourra ajuster votre colonne vertébrale avant même que les maux de dos ne se manifestent.

Vous traitez principalement les maux de dos ?

C’est effectivement un des principaux motifs de consultation, mais la chiropratique va bien au-delà des seules lombalgies. Nous nous intéressons non seulement à la colonne vertébrale mais également à toutes les articulations périphériques, nous pouvons également corriger des déséquilibres au niveau du genou, de la cheville ou encore de la hanche. Mais surtout en agissant sur les articulations nous pouvons soigner beaucoup d’autres troubles. Saviez-vous par exemple que la chiropratique peut venir à bout de certains maux de tête, de problèmes de constipation ou encore des divers troubles de la sphère ORL comme les sinusites ou les otites ?

Comment des ajustements articulaires peuvent-ils avoir un impact sur ce type de troubles ?

En travaillant sur les articulations on travaille en fait sur l’ensemble du système nerveux qui est lui-même en relation avec tous les autres systèmes du corps humain. En ajustant la colonne vertébrale on rétablit un équilibre global. Le chiropraticien ne s’intéresse pas « juste » à la colonne vertébrale mais prend en compte l’individu dans son ensemble.

Et quel retour avez-vous de la part de vos patients ?

Un retour très positif. Souvent nous accueillons des patients qui ont déjà tout essayé pour venir à bout de leur douleur. Parfois ils ont mal au dos depuis des années et ont déjà consulté leur médecin généraliste qui souvent leur a prescrit des antalgiques ou des anti-inflammatoires. Il arrive qu’ils aient déjà eu recours à des séances de kiné ou a un ostéopathe. Ils arrivent donc chez nous en bout de chaîne, avec l’idée que c’est leur dernier recours. Dans la majorité des cas c’est le bouche à oreille qui les a amenés : un ami qui a fait de la chiropratique et a constaté de bons résultats. Et souvent ces patients qui parfois n’attendent plus grand-chose sont eux-mêmes surpris du résultat. Non seulement ils sont soulagés de la douleur qui les a amenés à consulter mais ils constatent également un mieux-être général. Et souvent ils en concluent qu'ils auraient du venir plus tôt ! Ces remerciements de la part de mes patients, c'est ma plus belle satisfaction en tant que chiropraticien.

La chiro en pratique

Comment se déroule une consultation chez le chiropraticien ? Elle commence par un entretien complet visant à établir le motif de consultation, les antécédents du patient et permettant au praticien de recueillir toutes les informations nécessaires. Par la suite le chiropraticien va procéder à un examen visuel pour déceler par exemple une épaule plus basse que l'autre ou une posture particulière. Ensuite il va faire des tests orthopédiques et neurologiques. Enfin après cette phase de diagnostic il va procéder aux ajustements nécessaires. C'est lors de ces ajustements que surviennent les fameux « crac » que l'association française de chiropratique définit comme un « pop » (en pratique, ça fait bel et bien « crac »). Ce bruit causé par la dépression des bulles de gaz situées dans l'articulation est fréquemment redouté par les patients. Mais ce « pop » ne s'accompagne pas de douleur et n'endommage pas l'articulation. Par la suite le chiropraticien pourra vous conseiller des mesures à mettre en place pour éviter que ces blocages articulaires ne reviennent et conserver une meilleure mobilité articulaire.

Propos recueillis par Aline Périault

Pour tout savoir sur la chiropratique, lisez aussi notre article La chiropratique en questions

A découvrir également

Back to top