Comment les fibres préviennent diabète et obésité

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 31/01/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Des chercheurs ont mis en évidence le mécanisme biologique selon lequel les fibres limitent les risques de diabète et d’obésité.

Une alimentation riche en fibres protège l’organisme de l’obésité et du diabète de type-2. D’après un article publié dans Cell par des chercheurs français et suédois, ceci est dû au rôle joué par la flore intestinale et l’intestin dans le maintien de la glycémie.

Les fibres sont présentes dans les fruits, légumes et céréales complètes. Parce qu’elles ne peuvent pas être digérées telles quelles par l’intestin, ces longues molécules subissent la fermentation réalisée par des bactéries de la flore intestinale. Les produits de cette fermentation sont des acides gras à chaîne courte, comme le propionate et le butyrate, qui ensuite peuvent être assimilés par l’organisme.

Consulter notre dossier sur les fibres

Des chercheurs du CNRS, de l’Inserm et de l’université Claude Bernard Lyon 1 (Unité « Nutrition et Cerveau » dirigée par Gilles Mithieux) ont cherché à comprendre comment une alimentation riche en fibres prévenait diabète et obésité. Pour cela, ils ont donné à des rats et des souris une alimentation riche en fibres fermentables, en propionate ou en butyrate. Ils ont alors observé une forte augmentation de l’expression de certains gènes et enzymes, ceux qui sont responsables de la synthèse de glucose dans l’intestin.

En effet, l’intestin est capable de produire du glucose à partir d'autres métabolites, et de le libérer dans le sang entre les repas : c’est la néoglucogenèse. Dans la veine porte qui transporte le sang venant de l’intestin, le glucose est détecté par des cellules nerveuses des parois qui en retour envoient un signal nerveux au cerveau. En réponse, la sensation de faim s’atténue, la dépense énergétique au repos est stimulée et le foie produit moins de glucose, ce qui conduit aux effets protecteurs contre le diabète.

Lire : Comment on arrive à satiété

Dans cette étude, les chercheurs ont montré que l’intestin des animaux utilisait le propionate comme précurseur pour augmenter la production de glucose intestinal. De plus, les souris nourries avec une alimentation riche en graisses et en sucres mais complémentées en fibres sont devenues moins grasses que des souris témoins qui ne mangeaient pas de fibres ; elles étaient aussi protégées contre le développement du diabète !

Enfin, lorque les chercheurs ont répété l’expérience avec des souris chez qui la néoglucogenèse intestinale a été supprimée par manipulation génétique, aucun effet protecteur n’a alors été observé : ces souris sont devenues grasses et ont développé un diabète comme celles qui ne mangeaient pas de fibres.

En conclusion, la production de glucose par l’intestin, à partir des produits de la fermentation réalisée par la flore intestinale, expliquerait les effets positifs des fibres dans la prévention du diabète et de l’obésité.

Une alimentation riche en fibres permettrait aussi de vivre plus longtemps et de prévenir les maladies cardiovasculaires.

Lire : Le risque cardiovasculaire est diminué avec une alimentation riche en fibres

Source

Filipe De Vadder, Petia Kovatcheva-Datchary, Daisy Goncalves, Jennifer Vinera, Carine Zitoun, Adeline Duchampt, Fredrik Bäckhed, Gilles Mithieux. Microbiota-Generated Metabolites Promote Metabolic Benefits via Gut-Brain Neural Circuits. Cell. 16 January 2014 (Vol. 156, Issue 1, pp. 84-96)

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRISTORE, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top