Le zinc, un antidote à la toxicité du cadmium

Par Juliette Pouyat Publié le 21/12/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Les personnes qui consomment le plus de zinc ont le moins de cadmium dans le sang. 

Le cadmium a des effets négatifs sur le tissu rénal et une exposition excessive est associée à un risque accru de plusieurs cancers. Une nouvelle étude parue dans le Journal of Nutrition rapporte que le zinc pourrait aider à contrer les effets négatifs du cadmium. En effet, les chercheurs ont remarqué que ceux qui ont les apports totaux en zinc les plus élevés ont les plus faibles concentrations en cadmium dans le sang et l’urine.

Lire : le manque de zinc favorise l'inflammation

« Le cadmium est un métal de transition, chimiquement similaire au zinc. Cependant, contrairement au zinc, le cadmium n’a pas de fonction biologique essentielle connue chez l’homme. Il est utilisé et produit dans divers procédés industriels, déposé dans les sols, absorbé et accumulé au niveau des plantes » expliquent les auteurs. L’alimentation représente donc une source d’exposition au cadmium, environ 30 µg/jour. La fumée de cigarette est également une source d’exposition au cadmium, une seule cigarette peut en contenir 1 à 3 µg.

L’exposition quotidienne est généralement peu élevée mais le corps humain n’a pas les moyens d’éliminer les excès de cadmium. Ce problème est en partie aggravé par sa similarité avec le zinc. « Comme le zinc, le cadmium induit l’expression de la métallothionéine et se lie à cette protéine et c’est cette affinité qui explique sa toxicité et sa faible excrétion ». Si l’exposition dépasse les capacités de la métallothionéine à lier le cadmium, la concentration de cadmium libre augmente et le métal devient alors toxique.

Lire : le cadmium de l'environnement augmenterait le risque d'athérosclérose

Il existe des preuves que la toxicité du cadmium est liée à son interférence avec le métabolisme du zinc. « Bien que l’on pense que les apports en zinc peuvent éventuellement modifier les effets de l’exposition au cadmium, aucune étude n’a, à notre connaissance, étudié l’association entre les apports en zinc et l’exposition au cadmium dans la population américaine » disent les auteurs. Le zinc est naturellement présent dans les aliments riches en protéines comme la viande et les crustacés, les huitres étant particulièrement riches en zinc

Les chercheurs ont utilisé les données de l’étude National Health and Nutrition Examination Survey menée entre 2003 et 2012. Les participants âgés d’au moins 20 ans au moment de l’enquête ont répondu à des questionnaires alimentaires. Des échantillons de sang et d’urine ont été recueillis.

Les concentrations de cadmium dans l’urine et dans le sang ont été déterminées pour environ 6 500 participants. Les apports en zinc – issus de l’alimentation et/ou de suppléments- ont été déterminés pour 1 195 participants. « Bien que le cadmium ait tendance à se concentrer dans le foie et dans le rein, la concentration sanguine est un bon indicateur de l’exposition récente et la concentration urinaire correspond bien à l’exposition cumulée et la charge corporelle totale ».

Les résultats montrent que les participants qui ont les apports totaux en zinc les plus élevés ont les plus faibles concentrations en cadmium dans l’urine. Les doses de suppléments de zinc ainsi que la durée de la supplémentation sont inversement associés à la concentration de cadmium dans le sang.

D’après les auteurs, une augmentation de 10% des apports totaux en zinc correspond à une diminution de 0,42% des concentrations sanguine et urinaire en cadmium.

Ces données indiquent que des apports élevés en zinc sont associés à une réduction de l’exposition récente ou chronique au cadmium. « Cependant, nous ne pouvons pas dire si la réduction de l’accumulation de cadmium obtenue par l’apport en zinc est significative du point de vue de la santé publique et il faudra plus de preuves pour déterminer si ces associations sont causales » concluent les auteurs.

Les meilleures sources de zinc

L'éclairage de LaNutrition.fr. Le cadmium est un métal toxique, largement disséminé dans l'environnement. Les principales sources de contamination sont les engrais aux phosphates, la fabrication des plastiques (le cadmium est utilisé comme stabilisant), leur incinération, les batteries NiCd (d'où la nécessité de les recycler proprement et ne pas les jeter). Le cadmium du sol est préférentiellement capté par certaines plantes, dont le tabac (raison pour laquelle les fumeurs ont des taux élevés de cadmium), mais aussi le riz, les céréales en général et les pommes de terre. On peut réduire l'exposition au cadmium en s'assurant de recevoir suffisamment de zinc, mais aussi suffisamment de vitamine C, quitte à faire appel à des suppléments si on est très exposé.

Source

Vance TM, Chun OK. Zinc Intake Is Associated with Lower Cadmium Burden in US Adults. J Nutr. 2015 Dec;145(12):2741-8. doi: 10.3945/jn.115.223099. Epub 2015 Oct 21.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top