Pour le cœur, thé noir ou thé vert ?

Par Lanutrition.fr Publié le 08/03/2016 Mis à jour le 01/03/2018
Actualité

Les buveurs de thé ont moins d'infarctus et d'AVC. LaNutrition.fr vous dit pourquoi et quel thé choisir.

Le thé est une excellente source de composés apelés flavonoïdes, des antioxydants et anti-inflammatoires naturels intéressants pour la santé cardiaque : ils diminuent la pression artérielle, fluidifient le sang et gardent les artères souples. Mais comment chosir son thé si l'on veut réduire au mieux le risque d'infarctus et d'AVC ?

Les buveurs de thé ont un coeur et des vaisseaux en bonne santé

Plusieurs études d'observation ont trouvé que les consommateurs de thé ont une meilleure santé cardiovasculaire que ceux qui n'en consomment pas. Ils ont aussi une moartalité réduite, moins d'infarctus et d'accidents vasculaires cérébraux. Ces études ne permettent pas de décrire une relation de cause à effet, mais elles suggèrent qu'on retire une protection à partir de 3 tasses de thé par jour. Les risques de maladies et mortalité cardiovasculaires seraient alors réduits de 15 à 25%.

Le thé contre l'hypertension 

On pense que le thé prévient les troubles cardiovasculaires notamment en diminuant la pression artérielle. Par exemple, une étude a été menée par des médecins de l’Hôpital Hôpital européen Georges-Pompidou auprès de volontaires âgés de 18 à 95 ans. Ils ont passé un bilan de santé entre janvier 2001 et décembre 2008 puis ont été suivis durant 3,5 ans en moyenne. Au cours du suivi, 95 décès de cause cardiovasculaire et 632 décès d’autres causes ont été constatés.

Résultats : les consommateurs de thé présentent un meilleur profil de risque cardiovasculaire que les non-consommateurs, et le taux de tabagisme diminue avec la consommation de thé (34 % des non-buveurs contre 29 % des gros consommateurs de thé).  L'activité physique augmente avec le nombre de tasses de thé consommées quotidiennement.  La consommation de thé s’accompagne d’une baisse de 4-5 mm Hg de la pression artérielle systolique et de 3 mmHg de la pression artérielle diastolique chez les grands consommateurs de thé par rapport aux non-consommateurs, après ajustement pour l'âge. Les hommes ont tendance à boire du café plus fréquemment que les femmes, tandis que les femmes ont tendance à boire plus de thé que les hommes. Le rapprochement entre les habitudes de consommation et la mortalité a mis en évidence une association inverse entre la consommation de thé et la mortalité cardiovasculaire, mais qui n’est pas significative. En revanche, les consommateurs de thé avaient une mortalité non-cardiovasculaire réduite de 24 %, un bénéfice concernant surtout les anciens fumeurs.

Le thé améliore la fonction endothéliale

Les feuilles de thé renferment des composés appelés flavonoïdes, en particulier des flavanols (catéchine et épicatéchine, épigallocatéchine, épicatéchine gallate et épigallocatéchine gallate ou EGCG) et leurs oligomères appelés procyanidines.

La quantité totale de polyphénols varie assez peu d'un type de thé à l'autre, mais leur profil est différent selon que le thé est noir ou vert. Ainsi, les catéchines représentent 80 à 90% des flavonoïdes du thé vert, alors que dans le thé noir elles n'en constituent que 20 à 30% (il y a 50 à 60% de théaflavines). Les flavonoïdes améliorent la fonction endothéliale et la vasodilatation médiée par le flux (FMD), ce qui explique leurs bénéfices sur la pression artérielle, et la souplesse des artères.

Thé noir ou thé vert ?

Le thé noir (fermenté) et le thé vert (non fermenté) ont de nombreux bénéfices pour la santé, y compris cardiovasculaire, mais les études ne distinguent pas toujours entre les différentes formes de thé. Lorsqu'elles le font, l'avantage côté cardiovasculaire va généralement au thé vert.

Par exemple, dans une méta-analyse de 18 études (13 pour le thé noir, 5 pour le thé vert), publiée en 2011, les chercheurs n'ont pas trouvé que les gros buveurs de thé noir avaient moins de risque coronarien que ceux qui n'en boivent pas ou peu. En revanche, pour les gros consommateurs de thé vert, le risque cardiovasculaire était réduit de 28% par rapport aux non-consommateurs ou aux petits consommateurs. Chaque fois qu'on augmente sa consommation de thé vert d'une tasse par jour, on voit ce risque baisser de 10%, selon cette étude, qui souligne tout de même le nombre limité de données scientifiques sur le thé vert.

En pratique

Choisissez des thés de qualité, de préférence aux thés premiers prix, car ils renferment moins d'aluminium. On peut alors en boire plusieurs tasses. Les personnes qui ont un risque de calcul rénal (d'oxalate) s'inquiètent souvent du fait que le thé peut apporter de l'acide oxalique. C'est surtout le cas du thé noir (4 à 6 mg/g d'oxalate soluble), alors que le thé vert en contient peu (0,20 à 1,2 mg/g). Mais même à raison de 5 à 6 tasses de thé noir par jour, la quantité d'oxalate apportée par le thé reste faible par rapport à celle des aliments. Par précaution, on optera pour du thé vert (en y ajoutant du jus de citron, riche en citrate donc protecteur).

Avant de partir, nous vous conseillons les lectures suivantes :

Sources

Danchin N. Coffee or tea consumption: no impact on cardiovascular mortality: the IPC cohort. Présenté au Congrès européen de cardiologie, Barcelone 31 août 2014.

P. Elliott Miller et al. Association  of tea intake with coronary artery calcification and cardiovascular events : results from the multi-ethnic study of artherosclerosis (MESA). Présentation à l’American Heart Association à Phoenix. Mars 2016.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top