Quelques gestes simples pour vos oreilles

Par Lanutrition.fr Publié le 16/01/2007 Mis à jour le 06/02/2017
L'ouïe, un bien précieux à préserver. Du 16 au 20 janvier 2006, c'est la 4e semaine du son. L’occasion pour l’association qui la met en œuvre de mieux faire connaître les sons au public. L’occasion pour LaNutrition, qui s'associe à cette initiative, de vous donner quelques conseils simples pour ménager vos oreilles.

Depuis 2004, la semaine du son vise à contribuer à la prise de conscience par tous les acteurs de la société de l'importance des environnements sonores (privés, publics, urbains, etc.), en privilégiant une approche transversale : culturelle, médicale, industrielle, pédagogique et économique. Cette semaine, la journée consacrée à la santé et à l’environnement sonore aura lieu le 18 janvier au Palais de la Découverte et sera animée par Alice Debonnet-Lambert, directrice du Centre d’information et de documentation sur le bruit.

Le sujet est d’importance puisqu’un rapport de l’Institut Français de l’environnement publié en 2000 indique que le bruit est la principale nuisance ressentie par les Français : 40% s’en plaignent.

Quels sont les impacts de cette nuisance sur la santé ?

Tout d’abord des troubles du sommeil. 30% des Européens sont exposés à un environnement sonore excédant 55 décibels (dB) la nuit. Or, pour assurer un sommeil de qualité le niveau sonore ne devrait pas dépasser 30 dB. Conséquences sur la santé : une fatigue accrue due à des difficultés d’endormissement, à un sommeil agité, à des réveils fréquents mais aussi des troubles du rythme cardiaque et des tensions dans les membres.

Le bruit affecte aussi nos performances intellectuelles, notre attention et notre concentration. Plusieurs études ont attesté qu’une exposition chronique à des bruits de plus de 80 dB altérait nos performances cognitives et surtout celles de nos enfants.

Le bruit entraîne également une plus grande agressivité et augmente le risque de maladies cardiovasculaires (en augmentant notamment la tension artérielle).

Enfin, le risque santé du bruit le plus mesurable est la perte d’audition. Elle s’observe de plus en plus fréquemment chez les jeunes. En cause : les baladeurs MP3 et les I-Pods. Grâce à ce type de baladeur, on écoute de la musique forte et surtout pendant plus longtemps qu’avec les walkmans d’antan. Mais c’est principalement le type d’écouteur qui pose problème : on sait maintenant que les écouteurs intra-auriculaires (qui se glissent directement dans l’oreille) sont les plus dangereux. D’une part, parce qu’ils peuvent amplifier de 9 décibels le signal sonore, ce qui est comparable à la différence entre le bruit de l’alarme du réveil et le bruit de la tondeuse à gazon. D’autre part, parce qu’ils obligent souvent les utilisateurs à monter le volume pour couvrir le fond sonore ambiant.

Il existe toutefois une règle simple à suivre si vous ne voulez pas devenir sourd à cause de votre lecteur de musique : c’est la règle 60%/30 minutes. 60% c’est le niveau sonore maximum autorisé, c’est-à-dire que vous tournez le bouton jusqu’à à peine plus de la moitié entre le zéro et le volume maximal. 30 minutes, c’est le temps maximum d’utilisation quotidienne d’écouteurs intra-auriculaires.

A bon entendeur…

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top