Intolérance au lactose : peut-on manger des yaourts/laits fermentés ?

Par Lanutrition.fr Publié le 20/05/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Point de vue
La pub télé pour Activia laisse entendre que cette spécialité apparentée aux yaourts peut être consommée par les intolérants au lactose. Est-ce réellement le cas ? Thierry Souccar a mené l'enquête.

Danone fait tourner en ce moment à la télé une pub pour son lait fermenté Activia. Je vous la fais court : une dame qui se présente comme intolérante au lactose explique qu’elle peut consommer Activia sans inconvénient car les bactéries (probiotiques) de cette spécialité ont éliminé le lactose du lait d’origine. Dis comme ça, le téléspectateur a l’impression qu’Activia ne contient plus de lactose et/ou convient à tous les intolérants. La réalité est autre.

D’abord, un mot sur le lactose. Ce sucre du lait est présent dans le lait maternel, et tous les laits de mammifères. Il est issu de la condensation de glucose et d’un autre sucre, le galactose. Tel quel, il est indigeste. Mais tous les bébés humains (et tous les bébés mammifères) possèdent une botte secrète, sous la forme d'une enzyme appelée lactase, qui hydrolyse le lactose en glucose et galactose. Le premier sert d’énergie immédiatement disponible, le second est laborieusement converti en une forme activée de glucose. Mais, on l’a compris, il faut disposer de lactase pour bien digérer le lactose.

Or, après l’âge de 3 à 4 ans, l’activité de la lactase diminue de 75 à 90% dans l'espèce humaine parce qu'elle devient inutile : nos ancêtres préhistoriques ne tétaient plus après le sevrage, et n'étant pas éleveurs, ils ne couraient pas non plus après l'auroch, la gazelle ou le bison pour les traire. Donc, évolution oblige, l'activité de la lactase chute fortement chez l'homme, c'est la règle. Mais il y a des exceptions. Ce sont les descendants des peuples d’éleveurs du néolithique (Europe du Nord, Caucase, Peulhs, MasaÏs, etc…) qui du fait de leur consommation de lait animal, ont, il y a 5000 ans environ, développé des mutations qui maintiennent la lactase en activité même à l'âge adlute. Aujourd’hui, seules ces populations, minoritaires dans l’espèce humaine (25 à 30% des habitants de la Terre), peuvent digérer sans encombre le lactose du lait après l’enfance.

Tous les autres (en France, 40% de la population, surtout d’origine méridionale, méditerranéenne, africaine, asiatique) sont indisposés 30 minutes à 2 heures après avoir bu du lait, non seulement sur le plan digestif mais aussi de bien d’autres façons. L’intolérance au lactose se manifeste en effet par des rhinites, sinusites, eczéma, migraines, troubles de la concentration, douleurs articulaires, mictions fréquentes. Ceci parce que le lactose, lorsqu’il atteint le côlon, est pris en charge par la flore intestinale, qui en le métabolisant, libère de l’hydrogène et une myriade de toxines.

Lire aussi : Combien de Français intolérants au lactose ?

Le plus célèbre des intolérants au lactose a probablement été Darwin. Dans mon livre Le mythe de l’ostéoporose, qui fait suite à Lait, mensonges et propagande, j’ai raconté comment le père de l’évolution a souffert toute sa vie d’une multitude de symptômes déconcertants pour le corps médical, qui sont en réalité ceux de l’intolérance au lactose. Il faut dire que madame Darwin, qui officiait aux fourneaux de la cuisine familiale, accommodait le lait à toutes les sauces, comme en témoigne son livre de recettes. 

On considère que beaucoup d’intolérants au lactose peuvent consommer un peu de lactose chaque jour sans éprouver de symptômes digestifs. Certaines études ont évalué ce seuil à 10-12 grammes de lactose, soit la quantité contenue dans un bol de lait. Mais en réalité, le niveau de tolérance varie d'un individu à l’autre. Certains peuvent consommer sans encombre un verre de lait (240 mL = 11 grammes de lactose), alors que d’autres développent des symptômes digestifs avec 2 à 3 grammes de lactose seulement. (1) Surtout, les études qui suggèrent que les intolérants peuvent avaler malgré tout un peu de lactose n'ont relevé que les symptômes digestifs. Or on l'a vu, le lactose peut entraîner bien d'autres effets, négligés dans ces études car peu connus des médecins, mais qui peuvent se manifester même à des doses faibles.

Ce qui nous ramène à la pub Activia. La teneur en lactose des yaourts et laits fermentés varie selon le processus de fabrication, les ingrédients (plus de lactose dans les spécialités enrichies en lait), et le type de bactéries utilisées pour la fermentation. Les ferments lactiques digèrent en effet une partie du lactose, mais il en reste toujours un peu : 2 à 11 grammes par pot selon la marque.

J’ai demandé au service consommateur de Danone la teneur en lactose d’un Activia nature. Réponse (très rapide et très aimable) : 5,5 grammes, pour un pot de 125 grammes. Soit une quantité qui peut, selon le cas, être acceptée par un intolérant au lactose… ou pas. Car si le lactose du yaourt/lait fermenté est généralement mieux toléré que celui du lait, du fait de l'activité de la lactase microbienne, on peut estimer, à partir des données scientifiques, que sur 100 personnes qui seraient indisposées avec 5 à 6 grammes de lactose laitier, 20 à 30 le seraient encore avec la même quantité de lactose de ces produits. (2)

Alors on comprend bien que Danone cherche à capter le marché des intolérants au lactose, mais un peu plus de prudence serait bienvenue. Il ne manquerait plus qu'une association d'intolérants au lactose lui cherche des poux, pardon des probiotiques, dans la tête. 

Sources

(1) Suarez FL, Savaiano DA, Arbisi P, et al. Tolerance to the daily ingestion of two cups of milk by individuals claiming lactose intolerance. Am J Clin Nutr 1997;65:1502–6.

(2) JC, Levitt MD,  Aouji M, Savaiano DA. Yogurt—an autodigesting source of lactose. N Engl J Med 1984;310:1–3.

A découvrir également

Back to top