Tout savoir sur le melon

5 articles
Dossier
melons_en_cageot.jpg
Retrouvez tout ce qu'il y a à savoir sur le melon et ses vertus santé dans ce dossier.

Sommaire

1
Petite histoire du melon
2
Les variétés de melon
3
Les caractéristiques du melon
4
Les atouts santé du melon
5
Le melon en pratique
1 Petite histoire du melon

Quand et comment le melon est-il arrivé dans nos assiettes ?

Par Un Administrateur Publié le 03/08/2010 Mis à jour le 07/07/2017

On le pense originaire de l’Inde, ou des déserts iraniens, voire africains... Le melon, en tous cas, était déjà cultivé en Egypte cinq siècles avant notre ère. Il franchira la Méditerranée pour parvenir en Grèce, puis à Rome, vers le 1er siècle.

Chez les Anciens, le melon, petit et sans doute assez peu sucré, se dégustait poivré et vinaigré, relevé de garum, ainsi qu’une salade. Au fil des siècles, il acquiert volume, parfum et saveur sucrée. Il cesse alors d’être considéré comme un légume, et prend la place d’un fruit.

A la Renaissance, des moines le cultivent pour les Papes, dans leur résidence d’été de Cantaluppo, près de Rome... d’où le nom de «cantaloup» donné à ce type de melon que nous connaissons bien, rond à la chair orangée, si savoureuse.

Dès la fin du XVIe siècle, le melon est largement cultivé dans le Midi de la France. On en produit ensuite en Anjou et en Touraine, pour approvisionner les marchés de Paris et la Cour. Il n’arrivera que plus tard en Charente, où il connaîtra un succès durable.

Aujourd'hui, en France, on produit 276 000 tonnes de melon, essentiellement en :

  • Poitou-Charentes: 23%
  • Midi-Pyrénées: 19%
  • Languedoc-Roussillon: 19%

C'est le 3e légume le plus consommé en France, avec 6 kg par ménage acheteur et par an.

(Source : Interfel)

2 Les variétés de melon

Quelles sont le différentes variétés de melons ?

Par Un Administrateur Publié le 03/08/2010 Mis à jour le 07/07/2017

Le melon appartient, comme le concombre, la courge ou la pastèque, à la famille des cucurbitacées. Malgré son goût sucré ce n'est donc pas, à strictement parler, un fruit (mais un légume).

Le catalogue français renferme près de 70 variétés de melons, avec deux grands types principaux :

  • Le melon charentais (ou cantaloup). Il est majoritaire en France, avec plus de 80 % de la production. De forme ronde, il possède une écorce lisse de couleur vert pâle, et marquée de côtes caractéristiques, séparées par des sillons vert foncé. Sa chair orangée, sucrée, parfumée et très savoureuse fait sa réputation. Fragile, il ne se garde que quelques jours. Son nom n'est en aucun cas lié à une zone géographique précise ; il est cultivé aussi bien en France qu'au Maroc ou en Espagne. Il existe aussi un melon charentais à chair verte qui se garde plus longtemps mais est moins parfumé.
  • Le melon de type brodé. Il se caractérise par une écorce couverte de dessins liégeux, rappelant une broderie. Sa chair orangée, sucrée, est plus ferme et un peu moins parfumée que celle du melon charentais ; il est plus résistant au transport.

Parmi les autres variétés que l'on trouve sur les étals, on peut citer :

  • Le « Canari »  a une forme  allongée très caractéristique et une couleur jaune vif. Très peu côtelé, ce fruit possède une chair blanche.
  • Le « Galia » est toujours rond avec une robe plutôt jaune ornée d'une broderie fine.
3 Les caractéristiques du melon

Quelles sont les principales caractéristiques du melon?

Par Un Administrateur Publié le 03/08/2010 Mis à jour le 07/07/2017

Composition moyenne du melon (pour 100 g)

Composants

(g)

Glucides

8.16

Protides

0.84

Lipides 0.19

Eau

90.0

Fibres alimentaires

0.70

 

Minéraux

(mg)

Phosphore

15.00

Calcium

9.00

Magnésium

12.00

Potassium 267.00

Soufre

14.00

Sodium

16.00

Chlore

40.00

Bore

0.001

Fer

0.210

Cuivre

0.041

Zinc

0.180

Manganèse

0.040

Iode

0.002

 

Vitamines

(mg)

Vitamine C (ac. ascorbique)

36.70

Provitamine A (carotène)

2.000

Vitamine B1 (thiamine)

0.041

Vitamine B2 (riboflavine)

0.020

Vitamine B3 ou PP (nicotinamide)

0.500

Vitamine B5 (ac. panothénique)

0.105

Vitamine B6 (pyridoxine)

0.072

Vitamine B9 (ac. folique)

0.100

Vitamine E (tocophérols)

0.100

 

Apports énergétiques

KCalories

34.00

 

Très riche en eau (il en renferme près de 90 %), le melon est un fruit particulièrement rafraîchissant. Sa valeur énergétique moyenne est de l’ordre de 34 kcalories aux 100 g. Elle dépend directement du taux de glucides (ou sucres), qui peut varier de 6 à 14 % mais se situe le plus souvent aujourd’hui, aux alentours de 8 à 10 %. Ces glucides sont constitués en majorité par du saccharose (les 3/4 du total), glucose et fructose étant présents en moindres proportions. Comme la plupart des fruits, le melon ne renferme que des traces de lipides (ou graisses) et moins de 1 % de protides.

Parmi les vitamines, il faut en premier lieu souligner la présence de bêta-carotène (ou provitamine A). Avec la mangue et l’abricot, le melon fait partie des fruits qui en contiennent le plus : environ 2 mg aux 100 g pour les melons à chair orangée (mais seulement 0,1 à 0,3 mg pour ceux à chair jaune ou verte).
Le carotène se transforme dans l’organisme en vitamine A, vitamine qui joue un rôle important dans la vision, le bon état de la peau et des muqueuses, et qui intervient dans les mécanismes de croissance cellulaire. Et surtout, le carotène possède d'intéressantes propriétés antioxydantes, 100 g de melon permettent de couvrir environ la moitié de l’apport quotidien conseillé en provitamine A.

Le taux de vitamine C se situe aux alentours de 35 mg aux 100 g (apport quodidien conseillé pour l’adulte : 80 mg). Malgré des variations assez notables (de 10 à 47 mg), le melon peut ainsi être considéré comme un fruit «bon fournisseur» de vitamine C (sa teneur est supérieure à celle de la pomme, de la poire ou de l’abricot, par exemple).

Les vitamines du groupe B sont toutes présentes, bien qu’en quantités assez modérées dans l’ensemble.

L’éventail des minéraux est très large : le potassium domine nettement, avec un taux élevé de 250-300 mg aux 100 g. Cela confère au melon des propriétés diurétiques manifestes (d’autant plus marquées que le taux de sodium y est faible, comme dans tous les fruits). Les oligo-éléments sont nombreux (fer, zinc, cuivre, manganèse, iode, bore, etc.).

Enfin, les fibres, composées surtout d’hémicelluloses et de pectines, ne dépassent pas 1 g aux 100 g. Elles sont particulièrement efficaces pour accélérer le transit intestinal.

4 Les atouts santé du melon

Frais et désaltérant comme son cousin le concombre, le melon orne les assiettes estivales de sa belle couleur orangée. Mais quels bénéfices santé peut-on en attendre ?

Par Priscille Tremblais Publié le 07/07/2017 Mis à jour le 07/07/2017

Le melon doit ses propriétés santé essentiellement à sa teneur en bêta-carotène (pro-vitamine A). Mais certaines variétés particulièrement riches en superoxyde dismutase (ou SOD), une enzyme antioxydante, sont aussi utilisées pour réaliser des compléments alimentaires.

Un ami de la vésicule biliaire

Serait-ce parce que c’est un fruit de la famille des cucurbitacées que le melon, comme la citrouille ou la courge, stimule le fonctionnement de la vésicule biliaire ? En tout cas, selon une étude indienne, manger régulièrement du melon permettrait de réduire de 70 % le risque de calculs biliaires et de cancer de la vésicule biliaire (1). Cette forme de cancer est rare mais son issue est souvent fatale.

Un fluidifiant du sang

Le melon contient une substance particulière capable d’empêcher les plaquettes sanguines de s’agréger entre elles, donc la formation de caillots. Des chercheurs américains ont réussi à identifier la nature de cette substance : elle serait semblable à l’adénosine, un acide aminé qui joue un rôle important dans l’agrégation plaquettaire (4). 

Un allié contre la cataracte

Un certain nombre de maladies de l’œil peuvent être prévenues grâce à la vitamine A et aux caroténoïdes. La richesse du melon en vitamine A et bêta-carotène fait qu’il a été testé pour voir s’il pouvait aider à prévenir la cataracte. Et, d’après une étude italienne, manger du melon permettrait de diviser par deux le risque de souffrir plus tard d’une cataracte (5). 

Une aide possible contre le syndrome métabolique ?

Des chercheurs de l’université de Montpellier ont étudié sur des rongeurs les effets d’un extrait de melon riche en superoxyde dismutase (SOD), notamment sur leur courbe de poids et les dysfonctionnements vasculaires induits par une mauvaise alimentation (6, 7). Résultats : quand des hamsters sont nourris avec une diète riche en graisse et complémentés avec l’extrait de melon, ils grossissent trois fois moins que leurs congénères non supplémentés. Les scientifiques ont également observé qu’ils avaient des taux de triglycérides sanguins 68% plus bas que les autres groupes. 
Lorsque les hamsters sont soumis à un regime de type cafétéria pendant 15 semaines puis reçoivent un extrait de melon pendant 4 semaines, les problèmes vasculaires liés à l’obésité sont partiellement voire complètement résolus par la complémentation. Les chercheurs pensent donc que l’extrait de melon « pourrait être une aide utile contre les troubles vasculaires induits par un syndrome métabolique ».

Un protecteur de la peau

Certaines variétés de melon possèdent des teneurs importantes de superoxyde dismutase (SOD), une enzyme aux propriétés antioxydantes fortes. Des chercheurs du CHU de Besançon (Franche-Comté) ont testé les effets d’un complément alimentaire de SOD issue de la chair du melon sur les coups de soleil (2). 50 volontaires ont pris ce supplément ou un placebo avant de placer leur avant-bras sous une lampe à UV. Résultat : le supplément a retardé très significativement l’apparition d’un coup de soleil. Même les peaux claires ont vu ce délai multiplié par 8 par rapport au placebo. De plus, le coup de soleil était moins important. Les compléments de SOD pourraient donc s’avérer très utiles aux personnes à la peau claire ou sensible au soleil. En 2016, des chercheurs japonais sont arrivés à des conclusions similaires (3). Malheureusement, il y a peu de chances d'observer ces effets en mangeant du melon car la SOD, déjà en faible quantité, est détruite par la digestion. Pour contourner la difficulté, les compléments à base de SOD la protègent de la digestion par une protéine du gluten (non digérée donc).

Références

(1) Pandey M : « Diet and gallbladder cancer: a case-control study” Eur J Cancer Prev. 2002 Aug;11(4):365-8.
(2) S. Mac-Mary : « Evaluation de l’effet de la prise de GliSODine® sur l’intensité de l’érythème actinique induit par irradiation », Congrès annuel de recherche dermatologique, Brest, 2005.
(3) Shu Takayanagi, Hiromasa Suzuki*, Miki Yokozawa, Ken Yamauchi : The Effect of Intake of Gliadin-Combined Superoxide Dismutase (SOD)-rich Melon Extract (GME) on Minimal Erythema Dose (MED): A Randomised, Double-blind, Placebo-controlled, Parallel-group Study of Healthy Japanese. Pharmacometrics, 90(5/6): 77-81.
(4) Altman R : « Identification of platelet inhibitor present in the melon (Cucurbitacea cucumis melo).” Thromb Haemost. 1985 Jun 24;53(3):312-3
(5) Tavani A : “Food and nutrient intake and risk of cataract.” Ann Epidemiol. 1996 Jan;6(1):41-6.
(6) K. Décordé, A. Agne, D. Lacan, J. Ramos, G. Fouret, E. Ventura, C. Feillet-Coudray, J.-P. Cristol, J.-M. Rouanet “Preventive Effect of a Melon Extract Rich in Superoxide Scavenging Activity on Abdominal and Liver Fat and Adipokine Imbalance in High-Fat-Fed Hamsters” Journal of Agricultural and Food Chemistry 25 June 2009, doi: 10.1021/jf900504g.
(7) Julie Carillon, Bernard Jover, Jean-Paul Cristol, Jean-Max Rouanet, Sylvain Richard, Anne Virsolvy : Dietary supplementation with a specific melon concentrate reverses vascular dysfunction induced by cafeteria diet. Food Nutr Res. 2016; 60: 10.3402/fnr.v60.32729.

5 Le melon en pratique

Comment choisir et consommer le melon pour en retirer le maximum de plaisir ?

Par Priscille Tremblais Publié le 03/08/2010 Mis à jour le 07/07/2017

Quand consommer le melon?

Fruit de l’été par excellence, le melon est à son meilleur de juin à septembre.

Consommé en hors-d’oeuvre, il possède des vertus apéritives, et en dessert, il constitue une fin de repas légère et digeste. On évitera de le consommer glacé, ou accompagné de grandes quantités de boisson, pour une meilleure tolérance intestinale. On peut extraire une huile comestible des graines de melon, dont les propriétés seraient pectorales et calmantes.

Comment choisir le melon

Un melon est d’autant plus apprécié qu’il est mûr à point, et que son taux de sucre est optimal (aux alentours de 12 %). Quand ce taux est inférieur à 8 ou 9 %, il est jugé de qualité gustative médiocre. La teneur en sucre dans le melon dépend du choix variétal, du degré d’ensoleillement, de la maîtrise de l’irrigation et bien entendu du moment de la cueillette : un melon cueilli trop tôt ne s’enrichit plus en sucre, et ne sera jamais «à point». Pour la plupart des melons commercialisés, le taux de sucre est vérifié. Établi à 10% minimum pour le type charentais, il est testé soit en prélevant un fragment du fruit, soit par l’usage d’un réfractomètre. Beaucoup de grandes surfaces ne se fournissent plus qu’auprès de producteurs dont les melons sont ainsi contrôlés, ce qui permet aux consommateurs d’avoir la garantie d’acheter des melons suffisamment sucrés.

Pas facile, le choix d’un melon ! Et surtout en fin de saison, il arrive que le meilleur côtoie le... moins bon. Certains melons possèdent une petite étiquette «teneur en sucre contrôlée» (ou l’équivalent). Dans tous les cas, un bon melon est lourd, avec une consistance encore un peu ferme (surtout jamais molle !), et son arôme est bien développé. Il reste difficile d’établir une relation sans faille entre l’aspect extérieur du melon et sa qualité gustative... L’odeur et le poids, restent de bons critères d’évaluation, autant que l’œil expert de certains vendeurs.

D'autres critères peuvent vous aider à choisir un bon melon :

  • Un label Rouge existe pour le melon. Ce label français désigne des produits qui, par leurs conditions de production ou de fabrication, ont un niveau de qualité supérieure par rapport aux autres produits similaires.
  • Les melons du Haut-Poitou, du Quercy et de la Guadeloupe bénéficient  quant à eux d’une Indication Géographique Protégée (IGP). *

Comment conserver un melon ?

Le melon se conserve au frais (cave, cellier) entre 8 et 12°C. Il peut aussi être mis dans le bac à légumes du réfrigérateur (ne pas dépasser 6 jours).  Dans ce cas, emballez-le de manière hermétique afin que son parfum ne se propage pas aux autres aliments.

Comment le consommer ?

  • En soupe glacée : mixer la chair avec le jus d'un citron. Déguster bien frais.
  • En sorbet à partir d’une purée et d’un sirop de sucre parfumé. C'est une manière idéale de le déguster hors saison.
  • En salade de fruits : avec des bananes, des fraises, des pêches, des abricots… et des herbes fraîches (menthe, basilic, verveine...)
  • En entrée ou en apéritif, en petites brochettes décoratives composées aussi de tomates cerises, de dés de fromage, de jambon… Son alliance avec le jambon sec en fait l’une des entrées les plus appréciées en été. 
  • Dans des salades salées, il s’accompagnera de légumes frais : concombre, laitue, carottes râpées, etc.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top