publicité

lundi 27 juin 2016

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

5 causes inattendues de prise de poids

Parfois la seule volonté de manger léger ne suffit pas. La vaisselle, la table et ceux qui partagent votre repas peuvent vous faire grossir.

Marie-Céline Jacquier - Vendredi 22 Janvier 2016
Partagez |
5 causes inattendues de prise de poids
AugmenterRéduireTaille du texte

Manger est une expérience multisensorielle où les sensations visuelles, olfactives et auditives jouent aussi un rôle dans la prise alimentaire, car elles peuvent vous donner plus ou moins envie de manger. Le goût d’un plat est également influencé par l’environnement dans lequel on mange. Alors quelles astuces pourraient nous aider à manger moins si on est au régime ?

La taille de la table

Dans une étude parue en 2016 dans Journal of the Association for Consumer Research, Brian Wansink et des chercheurs du Cornell University Food and Brand Lab ont divisé quatre grandes pizzas en 8 ou en 16. Ils ont placé deux pizzas sur de petites tables, à peine plus grandes que les pizzas, et les deux autres pizzas sur des tables bien plus grandes. Ils ont ensuite demandé à 219 étudiants de manger autant de pizza qu’ils voulaient, en les amenant chacun vers l'une des deux tables.

Résultats : sur les petites tables, les étudiants percevaient bien que les seizièmes de pizza étaient deux fois plus petits que les huitièmes de pizzas. Ils prenaient plus de petites parts que de grosses mais au final ils engloutissaient moins de calories.

Lire : Les petites portions ont un goût de revenez-y

Quand les pizzas étaient sur les grandes tables, les participants percevaient les parts de pizzas comme étant de tailles plus proches et prenaient presque autant de petites parts que de grandes. Ceci permettait donc de réduire les calories consommées : ils mangeaient 42 calories de moins lorsque les petites parts étaient sur de grandes tables, par rapport à si elles étaient sur une petite table. La taille de la table détournait l’attention des étudiants de la taille des parts.

Aussi, comme l’explique Brennan Davis, principal auteur de cette recherche, « Pour manger moins de nourriture, servez les aliments en petites portions et sur de grandes tables. » A l’inverse, pour manger plus de légumes, mieux vaut les présenter en portions conséquentes sur une petite table… 

La taille de l’assiette et de la cuiller

Si vous choisissez des assiettes de grande taille, vous aurez tendance à les remplir. Conséquence : vous mangez davantage ! Plusieurs études montrent bel et bien que la taille des récipients à une influence déterminante sur la quantité de nourriture consommée. En 2001, Brian Wansink a invité sous un prétexte fallacieux ses collègues professeurs de la division Sciences nutritionnelles à une soirée glace. En arrivant, chaque invité s’est vu remettre une coupe de glace vide qui faisait soit 0,5 litres, soit 1 litre. Ensuite les cobayes ont été dirigés vers un buffet où ils pouvaient se servir autant de glace qu’ils le souhaitaient. Verdict : ceux qui avaient des grandes coupes ont mangé 31 % de glace en plus !

Un cas encore aggravé par la taille de la cuillère. En effet les invités avaient également reçu des cuillères de 2 tailles différentes, soit des petits modèles d’une contenance de 6 cl soit des grands modèles d’une contenance de 9 cl. Ceux qui avaient reçu à leur arrivée une grande coupe accompagnée d’une grande cuillère ont mangé 57 % de glace en plus que les invités munis d’une petite coupe et d’une petite cuillère !

Conclusion : servez vos repas dans des assiettes de petite taille, avec de petits couverts.

Les autres convives

Le fait même de manger au restaurant avec des amis peut inciter à manger plus que prévu : nous consommons 35 % de nourriture en plus quand nous mangeons avec quelqu’un d’autre, et même 75 % de plus avec 3 autres personnes. De plus, quand plusieurs personnes mangent ensemble au restaurant, elles ont tendance à sélectionner des plats dans la même catégorie de menu. C’est le résultat d’une communication présentée au congrès annuel de l’Agricultural and Applied Economics Association à Washington.

Dans cette étude, Brenna Ellison, une économiste de l’université de l’Illinois, a analysé l’équivalent de 3 mois de commandes d’un restaurant de Stillwater dans l’Oklahoma. Dans une partie du restaurant, un code couleur était présent sur le menu. D’après les serveurs du restaurant, les codes de couleur suscitaient beaucoup de discussions de la part des clients. Or, dans ce secteur les tables commandaient moins de calories en moyenne : il y avait une pression de l’entourage pour commander des plats peu caloriques. Donc si vous avez du mal à vous tourner vers des nourritures saines, mangez avec des amis qui sauront bien vous influencer...

La couleur de l’assiette et la télé

Dans son livre The Perfect Meal, Charles Spence, professeur à Oxford, examine tous les éléments d’un repas pris au restaurant qui peuvent contribuer à modifier la prise alimentaire. Si on veut perdre du poids, en plus de manger seul, on peut aussi jouer sur la couleur de la vaisselle car manger dans une assiette rouge réduirait la faim. En effet, "Le rouge est un signal primitif de danger mais il donne aussi à la nourriture moins de contraste ce qui fait qu’elle est moins désirable, alors vous en mangerez moins."

L’environnement auditif est lui aussi important. Ainsi mieux vaut éteindre la télé quand on mange : le cerveau occupé par le petit écran percevrait moins bien les signes indiquant qu’il faut s'arrêter de manger. Conséquence : on mange plus.

Lire aussi : 7 conseils de Brian Wansink pour éviter d'être influencé 

Sources

Brennan Davis, Collin R. Payne, My Bui. Making small food units seem regular: how larger table size reduces calories to be consumed. Journal of the Association for Consumer Research, Volume 1, Issue 1, janvier 2016.

Ice cream illusions bowls, spoons, and self-served portion sizes.Wansink B, van Ittersum K, Painter JE.Am J Prev Med. 2006 Sep;31(3):240-3.

Brenna Ellison. ‘I’ll Have What He’s Having’: Group Ordering Behavior in Food Choice Decisions. 2013 AAEA and CAES Joint annual meeting. Session 1080.

Charles Spence et Betina Piqueras-Fiszman. The Perfect Meal: the multisensory science of food and dining. Wiley-Blackwell. Octobre 2014.

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Le lait et le cancer

L'idée que les produits laitiers pourraient favoriser certains cancers a longtemps été niée par les autorités sanitaires et bien sûr l'industrie laitière. Quels sont les liens réels entre laitages et cancers ? Par quels mécanismes ? LaNutrition.fr fait le point sur les preuves scientifiques et vous explique les risques possibles selon les cancers ainsi que les portions quotidiennes à ne pas dépasser

>> Lire le dossier (Abonnés)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires