publicité

mercredi 22 octobre 2014 - pour plus de confort utilisez mozilla firefox ou google chrome

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Risque pour les reins avec les statines à dose élevée

Nouveaux effets indésirables pour ces médicaments anticholestérol

Marc Gomez - Mardi 26 Mars 2013
Partagez |
Risque pour les reins avec les statines à dose élevée
AugmenterRéduireTaille du texte

Une équipe de chercheurs canadiens vient de révéler que les statines, utilisées pour réduire le cholestérol sanguin, font courir un risque pour les reins. Le risque est significatif pour les statines à dose élevée ou dans des formulations les plus puissantes, par rapport aux doses faibles.

Ces médicaments ont causé l'hospitalisation de centaines de patients, selon ces chercheurs.

L’étude, financée par les Instituts de recherche en Santé du Canada, a été menée par des scientifiques de sept provinces canadiennes. Plus de deux millions de dossiers médicaux de la période 1997-2008 ont été étudiés, provenant de patients du Canada, des États-Unis et de Grande-Bretagne. Plus de 600000 patients prenaient des doses qualifiées d’élevées.

L’étude est publiée dans l’édition du 19 mars 2013 du BMJ (anciennement British Medical Journal).

Résultat : une personne sur 500 ayant pris des statines à forte dose ou puissantes a été hospitalisée pour des problèmes rénaux dans les deux ans suivant la prescription, pouvant mener jusqu'à la dialyse. Les risques d'hospitalisation pour une maladie aiguë des reins augmentaient de 34 % dans les 120 premiers jours d’un traitement par statines.

Définition des statines à dose élevée

- Atorvastatine (Lipitor) : 20 mg et plus

- Simvistatine (Zocor) : 40 mg et plus

- Rosuvastatine (Crestor) : 10 mg et plus

L’usage de statines est associé à d’autres effets secondaires comme les douleurs musculaires et le risque de nouveau diabète.

Les auteurs de l’étude estiment toutefois que ces médicaments sont efficaces contre le cholestérol élevé et qu’ils doivent continuer à être prescrits. Pour l'un de ces chercheurs, le Dr Pierre Ernst de l'Université McGill (Montréal), les patients qui ont connu des complications cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux à cause d'un cholestérol élevé devraient continuer de prendre des statines à forte dose, Il recommande toutefois que ceux qui ont un taux de cholestérol élevé, mais n'ont pas eu de complications, se voient prescrire des statines à dose modérée.

Mais l’intérêt même des statines pour prévenir la mortalité cardiovasculaire est vigoureusement contesté par un nombre croissant de médecins et chercheurs, en France le Dr Michel de Lorgeril et le Pr Philippe Even.

Le blog du Dr Michel de Lorgeril

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
+1 2 29-03-2013 19:05
Il est "amusant" de voir que la vanne est ouverte : les effets indésirable ont été cachés pendant 20 ans mais maintenant ils sortent tous !

Les problèmes musculaires, de libido, les pertes de mémoire, la dépression, la fatigue, tout cela était supposé être lié à la vieillesse et jamais aux statines. Belle mascarade.

Jusqu'à ce que la FDA affirme enfin (2012) tout haut ce que les scientifiques sérieux savaient déjà : les statines attaquent les mitochondries, ce qui explique la plupart de leurs effets néfastes.

Et elles agissent quelque soit le taux de LDL, qui est donc un mauvais marqueur, à abandonner d'urgence.

Voir mon article : www.formindep.org/Cholesterol-le-bon-le-mauvais-et.html

Voir aussi "Three Reasons to Abandon Low-Density Lipoprotein Targets" : circoutcomes.ahajournals.org/content/5/1/2.full
 
 
+3 1 26-03-2013 15:18
On pourrait faire remarquer que l'étude n'étant pas randomisée, aucun lien de causalité ne peut être avancé. Néanmoins, leur "high dimensional propensity score" a l'air suffisamment poussé pour réduire (on l'espère) les biais de confusion. (d'autant que les résultats concordent avec une autre étude (non randomisée elle non plus) : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23526815).
Cette atteinte rénale est explicable (au moins) par l'action anti-inflammatoire des statines ainsi que la rhabdomyolyse qu'elle peut provoquer : retrouve-t-on les même résultats lors de respect de mesures essentielles de néphroprotectio n ?
 

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Recettes sans gluten et sans lait à IG bas

Un régime sans gluten ni laitages peut vous changer la vie, à condition de ne pas se tromper. La plupart des aliments farineux sans gluten font grimper la glycémie parce que le blé y est remplacé par des farines de riz ou de maïs qui ont un index glycémique élevé. Si bien qu'on risque de prendre du poids ! Mais Christine Calvet vient de publier un recueil de recettes sans gluten et sans lait, à index glycémique bas : A table ! Sans gluten et sans lait. Une bonne idée pour se faire du bien sans fausse note ! Pour commander ce livre, c'est ici. (Publicité)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires