publicité

mercredi 23 avril 2014 - pour plus de confort utilisez mozilla firefox ou google chrome

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Plus de cancers chez les femmes qui mangent beaucoup de pain

Les régimes riches en pain augmenteraient le risque de développer un cancer du sein ou colorectal chez les femmes ménopausées.

Marie-Céline Jacquier - Vendredi 15 Novembre 2013
Partagez |
Plus de cancers chez les femmes qui mangent beaucoup de pain...
AugmenterRéduireTaille du texte

Les femmes qui mangent beaucoup de pain augmenteraient leur risque de développer un cancer du sein ou du côlon-rectum. Une augmentation importante que l’on ne retrouve pas chez celles qui préfèrent les pâtes, d’après une petite étude qui vient de paraître dans Annals of Oncology.  

Les aliments riches en glucides, comme les sucreries et les féculents, sont dits à index glycémique élevé : ils induisent une élévation importante et rapide du taux de glucose dans le sang, ce qui accroît, à terme, le risque de résistance à l'insuline et de diabète. Or, le diabète représente un facteur de risque pour différentes pathologies, comme certains cancers. Même en l'absence de diabète, les aliments à index glycémique élevé pourraient favoriser le cancer.

Lire : Comment le sucre et les féculents donnent le cancer

Des chercheurs des universités de Toronto et de Milan ont étudié 2 569 femmes italiennes avec un cancer du sein confirmé par histologie et 1 953 hommes et femmes italiens avec un cancer colorectal. 2 588 et 4154 personnes, admises dans les mêmes hôpitaux pour d’autres raisons, ont servi de contrôles. L’objectif de cette étude était de savoir s’il existait une association entre la consommation de pain, de pâtes, et le risque de cancer du sein et colorectal.

Le pain et les pâtes sont deux aliments de base que l'on peut trouver dans un régime méditerranéen. Bien que ce soit tous deux des féculents, ils pourraient affecter le risque de cancer différemment. En effet, ils induisent tous deux une réponse glycémique et insulinémiques, mais le pain blanc a un index glycémique généralement double de celui des pâtes.

Lire : Tableau des index glycémiques

D’après cette étude, le risque de cancer varie en fonction de l’aliment de base du régime : pain ou pâtes, mais uniquement chez les femmes. Aucune association significative n’a été trouvée chez les hommes. Le risque de cancer du sein chez les plus grosses consommatrices de pain augmentait de 28 % par rapport à celles qui en mangeaient le moins ; le risque augmentait beaucoup pour les femmes de 55 à 64 ans. L’association entre le pain et le cancer du sein se maintenait en tenant compte de la ménopause ou du surpoids. De plus, le risque de cancer du côlon était doublé chez les femmes qui mangeaient le plus de pain, par rapport à celles qui en mangeaient le moins ! Les associations ne restaient significatives que pour le pain chez les femmes ménopausées et en surpoids. Globalement, les femmes qui consommaient beaucoup de pâtes ne présentaient pas de telles augmentations du risque de cancer, comparées à celles qui mangeaient beaucoup de pain.

Pour les chercheurs, le pain favorise de hauts niveaux d’œstrogènes, les hormones féminines connues pour accroître le risque de cancer du sein. Il existe une autre différence entre le pain et les pâtes que les chercheurs n'ont pas mentionnée. Certes, l'IG n'est pas le même mais surtout, ce sont des aliments fabriqués à partir de deux sortes de blé : le blé tendre (42 chromosomes) pour le pain et le blé dur (28 chromosomes) pour les pâtes. L'hypothèse des modifications génétiques du blé pour expliquer cette différence de résultats entre les consommatrices de pain et celles de pâtes semble intéressante également.

Il s'agit cependant d'une étude cas-contrôles ne permettant pas, seule, de conclure à une relation de cause à effet.

Lire : "Le blé moderne est un OGM toxique"

Source

Augustin LS, Malerba S, Lugo A, Franceschi S, Talamini R, Serraino D, Jenkins DJ, La Vecchia C. Associations of bread and pasta with the risk of cancer of the breast and colorectum. Ann Oncol. 2013 Oct 22.

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
0 5 18-11-2013 15:23
Il y a aussi l'accompagnement qui n'est pas le même. Avec les pâtes, en Italie, on retrouve beaucoup de sauce tomate, de basilic, de câpres, d'olives, d'ail : autant d'anti-oxydants aux vertus protectrices.
Que mangeaient par contre ces italiens avec leur pain? de la charcuterie?
Citer
 
 
0 4 18-11-2013 15:19
Oui, comme le dit Krole, il me semble qu'une des grandes différences entre pain et pâtes est le mode de cuisson. Avec les pâtes, pas d'acrylamides (AGEs), alors qu'avec le pain, yen a plein. Or, les acrylamides sont reconnues comme donnant des cancers aux rats de laboratoire.
Il faudrait aussi savoir de quel type de pain on parle (type de farine, index glycémique, usage de levure, méthode de cuisson...).
Citer
 
 
+1 3 17-11-2013 20:01
ça manque un peu de précision tout ça : quelles farines, quelles céréales, pour quel pain et quelles pâtes ? Est-ce l'étude qui est imprécise ou cet article ?
Citer
 
 
+2 2 16-11-2013 20:23
Quid du rôle de la réaction de Maillard ???? Je suppose que le taux d'AGE est supérieur dans le pain par rapport aux pâtes, est ce que ça n'expliquerait pas, même très partiellement, cette différence de résultat ?
Citer
 
 
+4 1 14-11-2013 12:24
Dans l'article, il est mentionné "pain blanc" , or persiste à penser que les pains plus complets et truffés de noix ou noisettes se comportent de façon métabolique différemment .

Par ailleurs, qu'est ce que manger "beaucoup" de pain ??? C'est quoi beaucoup ???

Enfin, faire du sport de façon régulière augmente le taux de Testostérone en regard d'un taux d’œstrogènes et permet aux muscles de consommer une partie importante du glucose sanguin.

Dans cet article, il était fait mention de variables comme la Ménopause ou le surpoids mais apparemment pas de l'activité physique .
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Recettes sans gluten et sans lait à IG bas

Un régime sans gluten ni laitages peut vous changer la vie, à condition de ne pas se tromper. La plupart des aliments farineux sans gluten font grimper la glycémie parce que le blé y est remplacé par des farines de riz ou de maïs qui ont un index glycémique élevé. Si bien qu'on risque de prendre du poids ! Mais Christine Calvet vient de publier un recueil de recettes sans gluten et sans lait, à index glycémique bas : A table ! Sans gluten et sans lait. Une bonne idée pour se faire du bien sans fausse note ! Pour commander ce livre, c'est ici. (Publicité)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires