publicité

jeudi 23 octobre 2014 - pour plus de confort utilisez mozilla firefox ou google chrome

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Cholestérol : une sommité médicale anglaise dit pourquoi il a arrêté de prendre ses statines

Le Dr Kailash Chand, president de la British Medical Association, qui regroupe médecins et étudiants en médecine au Royaume-Uni met en garde contre la prescription de statines, une famille de médicaments qui font baisser le cholesterol.

Marc Gomez - Mercredi 05 Mars 2014
Partagez |
Cholestérol : une sommité médicale anglaise dit pourquoi il ...
AugmenterRéduireTaille du texte

Le Dr Kalaish Chand explique, dans un article publié dimanche à Londres par le Sunday Express, pourquoi il a arrêté de prendre les statines qui lui avaient été prescrites et met en garde contre leur généralisation. Selon le président de la British Medical Association, les futures directives britanniques qui visent à prescrire ces médicaments aux personnes dont le risque de développer une maladie cardiovasculaire (calculé) est égal ou supérieur à 10% (20% auparavant) « ne bénéficieront qu’aux laboratoires pharmaceutiques. »

C’est la première fois qu’une sommité médicale britannique élève ainsi la voix contre les statines.

Le débat sur les statines a été lancé pour la première fois en France en 2007 avec la parution du livre du Dr Michel de Lorgeril (chercheur au CNRS) « Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent, il vous soignera sans médicaments. » Le Dr de Lorgeril a ensuite publié « Cholestérol, mensonges et propagande », qui a convaincu le Pr Philippe Even de l’inutilité de traiter le cholestérol pour prévenir les maladies cardiovasculaires. Le Pr Even a fait paraître il y a un an « La vérité sur le cholestérol. » Ces prises de position qui vont à l'encontre de la pensée dominante ont jusqu'ici été traitées avec condescendance par les médias français.

Lire : Comment le Dr de Lorgeril a été accueilli au magazine de la santé de France 5 et Le refus du Monde de publier le billet du Dr de Lorgeril

Le Dr Kailash Chand, 60 ans, a pris conscience de la toxicité des statines après que son cardiologue lui a prescrit ces médicaments il y a 5 ans. « Après quelques semaines, j’ai commencé de ressentir des douleurs musculaires  épouvantables dans tout le corps, qui me réveillaient même la nuit. Au début, j’ai mis cela sur le compte du stress. » Preuve que même un grand nom de la médecine britannique peut être laissé dans l'ignorance des effets indésirables des statines.

Le Dr Chand a mené ses propres recherches et un an plus tard, il a arrêté de lui-même de prendre ses médicaments. « C’était le seul moyen de savoir si les statines étaient en cause puisque les médecins et les laboratoires disaient le contraire. Les choses ont commencé de rentrer dans l’ordre dans les deux ou trois semaines qui ont suivi. Aujourd’hui, je n’ai plus aucun symptôme. »

Le Dr Chand ne va pas jusqu’à remettre en cause les bénéfices des statines pour les patients qui ont des antécédents mais il s’insurge contre le fait d’en prescrire aux personnes en bonne santé.

En France, Michel de Lorgeril et Philippe Even contestent le principe même de donner des statines à des cardiaques ou des diabétiques. Michel de Lorgeril a montré dans une série d'articles parus dans les journaux médicaux internationaux que les essais récents et donc plus rigoureux n’ont pas trouvé que les statines font baisser la mortalité chez ces personnes. Une vive polémique oppose donc ces deux médecins à des médecins proches de l'industrie pharmaceutique qui prétendent que l'arrêt des statines chez ces patients auraient de graves conséquences.

Lire : Polémique sur l'arrêt des statines : la réponse du Pr Philippe Even

Les effets secondaires des statines sont eux, systématiquement passés sous silence : les études financées par l’industrie trouvent des effets secondaires chez moins d’un pour cent des patients, alors que les études indépendantes indiquent qu’au moins 20% sont affectés.

Plusieurs médecins britanniques vont écrire aux autorités sanitaires de leur pays pour leur demander de reconsidérer les critères de prescription des statines, et de ne pas se fier aux données fournies par les laboratoires pharmaceutiques, qui minimisent systématiquement le risque d’effets secondaires parmi lesquels, outre les douleurs musculaires, figurent le diabète, les cataractes, l’impuissance, les troubles cognitifs et hépatiques.

En France, le ministère de la Santé n'a jamais réagi aux demandes qui lui étaient faites de reconsidérer le rapport bénéfice/risque des statines.

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
-1 3 07-03-2014 18:35
pas tres fort le professeur qui decouvre les effets des statines sur les muscles et tendons:il faut lire les contrindication s.
 
 
+3 2 07-03-2014 09:07
Ce pourrait être banal tant les pratiques des laboratoires pharmaceutiques se suivent et se ressemblent depuis des années
C'est assez logique, le coût de mise au point d'un traitement doit coûter plusieurs millions d'euros, il est tentatn pour les actionnaires de minimiser les risques
Bref, qu'attendre de laboratoires privées dont les actionnaires ont le nez visé sur le cours de l'action
Et pour encore plus vendre, il suffit de réduire les seuils pour faire entrer encore plus de gens dans la population à risque concernée par le produit à vendre
 
 
+6 1 05-03-2014 15:00
Petit à petit, l'opposition aux statines progresse mais c'est un long combat face à la puissance financières des labos...
De plus en plus de voix commencent à se faire entendre (et pas les plus anodines, la preuve...) et il faut continuer !
Maladies cardiovasculair es, cholestérol et statines : le grand mensonge
http://www.cholesterol-statine.fr
 

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Recettes sans gluten et sans lait à IG bas

Un régime sans gluten ni laitages peut vous changer la vie, à condition de ne pas se tromper. La plupart des aliments farineux sans gluten font grimper la glycémie parce que le blé y est remplacé par des farines de riz ou de maïs qui ont un index glycémique élevé. Si bien qu'on risque de prendre du poids ! Mais Christine Calvet vient de publier un recueil de recettes sans gluten et sans lait, à index glycémique bas : A table ! Sans gluten et sans lait. Une bonne idée pour se faire du bien sans fausse note ! Pour commander ce livre, c'est ici. (Publicité)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires