publicité

jeudi 23 octobre 2014 - pour plus de confort utilisez mozilla firefox ou google chrome

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Même en mangeant sain et bio, on s’empoisonne aux phtalates et au bisphénol

Une alimentation rigoureusement saine ne permet pas d’éviter des taux alarmants de composés chimiques.

Marc Gomez - Jeudi 28 Février 2013
Partagez |
Même en mangeant sain et bio, on s’empoisonne aux phtalates ...
AugmenterRéduireTaille du texte
Mots-clés bio, bisphénol A, phtalates

Selon une étude publiée le 27 février dans Nature Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology, on avale des quantités inquiétantes de produits chimiques toxiques même si on mange bio et qu’on évite les contenants en matière plastique. Les enfants sont particulièrement exposés.

Le bisphénol A (BPA) et les phtalates sont des produits chimiques qui entrent notamment dans la fabrication des plastiques. Le BPA est présent dans les résines qui tapissent les boîtes de conserve. Les phtalates dans les déodorants et les produits cosmétiques. Il y en a donc partout. BPA et phtalates sont des perturbateurs endocriniens. Des études chez l’animal ont associé ces composés à des anomalies du système génital mâle. Epidémiologiquement, un lien est soupçonné avec l’obésité et le diabète. Le BPA est aussi accusé de favoriser l’hyperactivité, l’anxiété et la dépression chez les filles.

L’étude conduite par l’université de Washington (Seattle) a consisté à comparer l’exposition au bisphénol A et aux phtalates de 10 familles américaines. La moitié a suivi des consignes strictes visant à éviter ces deux composés, par exemple ne pas utiliser de récipients en plastique. L’autre moitié s’est vue remettre un panier pour 5 jours d’aliments bio, frais, d’origine locale, préparés sans le moindre contact avec des contenants en plastique.

Les chercheurs ont ensuite relevé chez les participants les concentrations urinaires des produits de dégradation des phtalates et du BPA. Ils s’attendaient à voir les taux baisser dans les familles ayant reçu les aliments frais et bio. Et là, surprise : c’est le contraire qui est arrivé. Les concentrations de ces substances chimiques sont apparues 100 fois plus élevées que dans la population générale. Les enfants présentaient des taux plus élevés que les adultes. Pour comprendre ce qui se passait, les chercheurs ont analysé les produits alimentaires qui leur avaient été donnés à consommer. Les laitages (beurre, crème, lait et fromage) avaient des concentrations supérieures à 440 nanogrammes/gramme. Les épices moulus (cannelle, poivre) affichaient des taux supérieurs à 700 ng/g, le record étant pour le coriandre avec 21400 ng/g.

Sur la base de ces résultats, les chercheurs estiment qu’un enfant américain de 3 à 6 ans est exposé chaque jour à 183 mg/kg de ces produits chimiques, alors que l’agence de protection de l’environnement (US EPA) a fixé la limite à 20 mg/kg/jour.

L’avis de LaNutrition.fr : La conclusion de cette étude est déprimante car même en évitant les conserves, en mangeant bio, on reçoit des doses élevées de BPA et de phtalates tout simplement parce que l’ensemble de la chaîne alimentaire est contaminée (par exemple, du BPA a été utilisé massivement pour tapisser les conduites d’eau). Sachant que ces produits ont une affinité pour les graisses, on peut conseiller de choisir des laitages maigres ou demi-écrémés plutôt qu’entiers. Il faudrait privilégier les fruits et légumes frais ou secs plutôt que les produits en conserve (leur préférer les aliments en bocaux). Eviter bien sûr les emballages plastiques, surtout au micro-ondes, éviter les films souples d’emballage au contact direct des aliments. Malgré tout, cela ne suffira pas et des mesures réglementaires sont nécessaires.

Pour aller plus loin : Sang pour sang toxique par le Pr Jean-François Narbonne.

Source

Sheela Sathyanarayana, Garry Alcedo, Brian E Saelens, Chuan Zhou, Russell L Dills, Jianbo Yu, Bruce Lanphear.Unexpected results in a randomized dietary trial to reduce phthalate and bisphenol A exposures. Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology, 2013.

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
+6 23 07-03-2013 03:21
ben, ça veut ptètre simplement dire que les "Bio" dégradent et évacuent plus facilement les phtalates et le BPA, non ?

Les autres en ont moins dans leur urines pcq ils les ont retenu dans leurs graisses et tissus....

C'est la SEULE explication que je vois...à moins d’imaginer que les champs ou les bocaux destinés au Bio seraient ciblés par des épandages clandestins ou un revetement particulier destinés à les empoisonner exprès pour faire dire que le Bio "n'est pas mieux" ;o))
 
 
+5 22 05-03-2013 09:26
Je crois qu'il ne faut pas se tromper de "cible" : critiquer la méthodologie de l'étude est une chose, en critiquer la publication en est une autre. Le site de lanutrition.fr a le mérite d'exister, avec ses forces et probablement ses faiblesses. Oui, à mon sens, sur la forme, le choix du titre est discutable. Non, toujours à mon sens, il ne faut pas mettre l'équipe de Th. Souccar au pilori même si la conclusion aurait pu être plus nuancée à mon sens concernant l'étude(on ne connaît pas,avant la réalisation du test, les taux de phtalates/bisphénol présents dans les urines du groupe qui a mangé bio pendant 1 semaine . Or, si ces taux sont cumulatifs, cela a son importance sur les résultats)mais lanutrition écrit quand même noir sur blanc qu'il est néanmoins préférable de manger bio: cela n'a rien d'un réquisitoire contre ce mode d'alimentation. Il faut peut-être garder l'église au milieu du village... PS : non,je n'ai aucun lien avec le site pour ceux qui se le demandent ;-)
 
 
+3 21 kiloway 04-03-2013 13:07
Citation en provenance du commentaire précédent de Melinda :
@ Mich51

Je crois que :

Thierry SOUCCAR a délégué le temps d'écrire un nouvel Opus sur l'ostéoporose et sa marchandisation par les dépistages systématiques sans objet et les traitements délétères , livre qui va sortir bientôt ...-mais chut- , à des journalistes scientifiques chevronnés -ou apprentis qui "produisent" des articles plus ou moins pertinents scientifiquemen t- .

Avez-vous remarqué que la quasi totalité de ces articles renvoient à des livres sur la boutique La Nutrition et font donc de la retape ???
Un cycle en boucle...

Je n'ai rien délégué du tout. Les articles sont relus avant d'être publiés, ce qui n'exclut évidemment pas les erreurs. Mais nous n'avons pas la possibilité matérielle d'ouvrir des discussions sur chaque sujet abordé. S'agissant de nutrition, beaucoup de ces sujets sont logiquement en rapport avec des thèmes traités plus en profondeur par des livres proposés sur le site. Ces références sont données à titre informatif, en toute transparence. Maintenant, chacun est libre d'aller s'informer chez Doctissimo ou Allô Docteur/Magazine de la Santé.
 
 
+2 20 04-03-2013 13:01
Citation en provenance du commentaire précédent de Mich51 :
Apparemment la Nutrition publie un article mais ne débat pas sur les réponses des internautes, c'est comme la dernière fois avec son article sur les sportifs qui s'hydrateraient de trop , bizarre? La Nutrition commence à perdre de sa crédibilité.

De quel débat s'agit-il ? Nous avons relayé les résultats d'une étude, certes limitée mais qui a le mérite de pointer une pollution massive par les produits chimiques. Il ne s'agit en aucune manière d'une attaque contre le bio, qui est un mode de production et de consommation à privilégier car réduisant considérablemen t la charge en pesticides.
 
 
-3 19 04-03-2013 10:03
@ Mich51

Je crois que :

Thierry SOUCCAR a délégué le temps d'écrire un nouvel Opus sur l'ostéoporose et sa marchandisation par les dépistages systématiques sans objet et les traitements délétères , livre qui va sortir bientôt ...-mais chut- , à des journalistes scientifiques chevronnés -ou apprentis qui "produisent" des articles plus ou moins pertinents scientifiquemen t- .

Avez-vous remarqué que la quasi totalité de ces articles renvoient à des livres sur la boutique La Nutrition et font donc de la retape ???
Un cycle en boucle...
 
 
+3 18 04-03-2013 09:00
Citation en provenance du commentaire précédent de José Perry :
Ce qui est déprimant, c'est qu'aucune personne n'ait souligné l'inculture scientifique de la méthode : 5 x 2 familles, c'est l'échantillon.
C'est la science ?

Bien vu!! je n'avais pas relevé le (bien trop) faible panel de familles. Cette pseudo-étude perd encore de sa crédibilité pour peu qu'elle en ait seulement eu...
 
 
+1 17 03-03-2013 14:33
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=nrit4Ipl7Ag

Regardez.

C'est explicite !!
 
 
+1 16 03-03-2013 14:27
Je vous conseille la lecture du livre de Marie Grosman et roger Langlet :

"Menace sur nos neurones"

http://www.amazon.fr/Menace-sur-nos-neurones-Parkinson/dp/2742796088/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1362316807&sr=1-1
 
 
-1 15 03-03-2013 08:52
Apparemment la Nutrition publie un article mais ne débat pas sur les réponses des internautes, c'est comme la dernière fois avec son article sur les sportifs qui s'hydrateraient de trop , bizarre? La Nutrition commence à perdre de sa crédibilité.
 
 
+5 14 03-03-2013 05:36
Ce qui est déprimant, c'est qu'aucune personne n'ait souligné l'inculture scientifique de la méthode : 5 x 2 familles, c'est l'échantillon.
C'est la science ?
 

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Recettes sans gluten et sans lait à IG bas

Un régime sans gluten ni laitages peut vous changer la vie, à condition de ne pas se tromper. La plupart des aliments farineux sans gluten font grimper la glycémie parce que le blé y est remplacé par des farines de riz ou de maïs qui ont un index glycémique élevé. Si bien qu'on risque de prendre du poids ! Mais Christine Calvet vient de publier un recueil de recettes sans gluten et sans lait, à index glycémique bas : A table ! Sans gluten et sans lait. Une bonne idée pour se faire du bien sans fausse note ! Pour commander ce livre, c'est ici. (Publicité)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires