publicité

mercredi 27 juillet 2016

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Index glycémique, charge glycémique et index insulinémique

  • L’IG a largement prouvé sa supériorité par rapport aux anciennes classifications.
  • Il présente toutefois quelques limites ce qui a conduit les chercheurs à faire appel à d’autres indices.
Elvire Nérin - Lundi 24 Janvier 2011
Partagez |
Index glycémique, charge glycémique et index insulinémique
AugmenterRéduireTaille du texte

L'index glycémique

L’index glycémique permet de comparer le pouvoir hyperglycémiant de portions d’aliments qui renferment le même poids de glucides. Il nous dit simplement à quelle vitesse le glucose de cet aliment se retrouve dans le sang. Il ne tient pas compte de la proportion de glucides que renferme cet aliment. Or, les effets d’un aliment sur l’organisme dépendent de son IG mais également de la quantité qui est ingérée. Par exemple, la purée de pomme de terre et le pain blanc ont tout deux un IG élevé. Si vous mangez une seule tranche de pain, son impact sur le sucre sanguin sera plus faible que si vous avalez une pleine assiette de purée.

Consulter le tableau des index glycémiques


La charge glycémique

En 1997, le professeur Walter Willett de l’université de Harvard propose le concept de charge glycémique (CG).

La charge glycémique d’un aliment évalue la capacité à élever le sucre sanguin d’une portion courante de cet aliment.

La charge glycémique s’obtient en multipliant l’IG par la quantité de glucides d’une portion de cet aliment, puis en divisant par 100.

CG = [IG x quantité de glucides d’une portion d’aliment (g)]/100

Exemples :

  • Une portion de corn flakes (30 g), aliment dont l’IG est de 82, contient 25 g de glucides. La charge glycémique est de (25 x 82)/100, soit 20,5.
  • Une assiette de purée (150 g), aliment dont l’IG est de 90, contient 22,5 g de glucides. La charge glycémique est de (22,5 x 90)/100, soit 20,2.

Une charge glycémique supérieure à 19 est considérée comme élevée.

Une charge glycémique inférieure à 10 est considérée comme basse.

Certains nutritionnistes préfèrent la notion de charge glycémique à celle d’index glycémique arguant que la charge glycémique reflète à la fois la qualité et la quantité des glucides d’un aliment. Pour Jenny Brand-Miller, le paramètre important est celui de la réponse glycémique et de ce point de vue là, index glycémique et charge glycémique sont des indices fiables car les études ont montré que tout deux permettaient de prédire cette réponse.

Charge glycémique d’un aliment

  • CG basse = 10 ou moins

  • CG modérée = 11-19

  • CG élevée = 20 ou plus

Charge glycémique par jour

  • CG basse < 80

  • CG élevée >120

La charge glycémique est principalement utilisée en épidémiologie pour prendre en compte à la fois la quantité et la qualité des aliments consommés.


L’index insulinémique

L’index glycémique d’un aliment évalue sa capacité à élever la glycémie. Cet index a révélé bien des surprises, nous l’avons vu, mais que se passe-t-il du côté de l’insuline ?

L’insuline est l’hormone qui est sécrétée par le pancréas immédiatement après l’ingestion de glucides pour permettre l’utilisation du glucose par les cellules et éviter qu’il ne reste trop dans le sang. La glycémie doit impérativement être maintenue entre 0,8 et 1,2 g/l. En 1997, Suzan Holt et Jenny Brand-Miller de l’université de Sydney (Australie) se sont intéressées à la sécrétion d’insuline provoquée par différents aliments et ont proposé pour cela un autre index : l’index insulinémique. Comme pour l’IG, l’II compare l'élévation du taux d’insuline dans le sang après l’ingestion d’un aliment, à celle provoquée par le pain blanc, pour une quantité de calories identique (240 kcal).
Logiquement, index glycémique et index insulinémique doivent se recouper. C’est ce que les deux chercheuses ont observé le plus souvent. La barre chocolatée dont l’IG est élevé, obtient également un II très haut (122). Toutefois il y a quelques exceptions en particulier les produits laitiers. Le yaourt, dont l'IG est de 62 (IG modéré), entraîne une réponse du pancréas quasiment aussi forte que celle obtenue avec la barre chocolatée (II 115).

Consulter le tableau des index insulinémiques

Sur 38 aliments (aliment de référence le pain blanc : index insulinémique II = 100)

 

index insulinémique le plus bas

La cacahuète: II = 20


index insulinémique le plus élevé

Confiseries de type Dragibus: II = 160

 

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
+3 2 paléolithique 17-09-2014 15:00
Malheureusement il st difficile d'avoir les infos utiles pour calculer tout cela.
 
 
-2 1 29-10-2013 23:07
yeahhh j'ai trouvé le graal, je savais pas que c'était si simple et si précis ! en tant que bodybuilder je suis au ange, mille merci à vous
 

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Le lait et le cancer

L'idée que les produits laitiers pourraient favoriser certains cancers a longtemps été niée par les autorités sanitaires et bien sûr l'industrie laitière. Quels sont les liens réels entre laitages et cancers ? Par quels mécanismes ? LaNutrition.fr fait le point sur les preuves scientifiques et vous explique les risques possibles selon les cancers ainsi que les portions quotidiennes à ne pas dépasser

>> Lire le dossier (Abonnés)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires