publicité

mercredi 22 octobre 2014 - pour plus de confort utilisez mozilla firefox ou google chrome

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Le mercure mis en cause dans les troubles déficitaires de l'attention

  • L'exposition des mères au mercure contribuerait au développement des troubles déficitaires de l'attention chez les enfants.
Jacques Robert - Mardi 09 Octobre 2012
Partagez |
Le mercure mis en cause dans les troubles déficitaires de l&...
AugmenterRéduireTaille du texte
Mots-clés mercure, poisson, TDAH

Le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) est un trouble neurologique qui touche 8 à 12% des enfants à travers le monde et dont les causes exactes sont encore méconnues. Dans plusieurs études la contamination au mercure a été suspectée, en effet ce métal lourd est un neurotoxique capable d'impacter de nombreux processus biologiques chez les êtres vivants.

Des chercheurs de l'université de santé publique de Boston aux Etats-Unis ont mené une nouvelle étude portant sur près de 500 femmes ayant eu un enfant entre 1993 et 1998. Leurs taux de mercure dans les cheveux avait été mesuré au corus de la grossesse et le développement neurologique des enfants a été évalué à l'âge de 8 ans.

Pour les chercheurs, l'analyse est claire : "Dans cette étude prospective, la teneur en mercure dans els cheveux était systématiquement associée aux symptômes du trouble déficitaire de l'attention, y compris en ce qui concerne l'inattention et l'impulsivité." Mais ils ajoutent : "Nous avons également constaté qu'une consommation plus importante de poisson pendant la grossesse était protectrice."

Cette dernière précision peut laisser songeur car la source principale d'exposition au mercure reste l'alimentation via les poissons qui l'accumulent le long de la chaîne alimentaire. Pour les chercheurs il semble que les acides gras oméga-3 du poisson, indispensables au développement du cerveau, jouent un rôle protecteur, à condition de consommer du poisson au moins deux fois par semaine. L'hypothèse d'une autre source d'exposition au mercure (comme les amalgames dentaires selon certains auteurs) n'est pas envisagée.

Les chercheurs concluent en signalant les difficultés à estimer le rapport entre les bénéfices d'une consommation de poissons pendant la grossesse et les dangers d'une légère exposition au mercure dans le cadre de recommandations nutritionnelles pour les femmes enceintes.

Pour vous aider, LaNutrition.fr vous explique tout dans son article Grossesse : faut-il avoir peur du poisson ?.

Référence

Sagiv SK, Thurston SW, Bellinger DC, Amarasiriwardena C, Korrick SA. Prenatal Exposure to Mercury and Fish Consumption During Pregnancy and Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder–Related Behavior in Children. Arch Pediatr Adolesc Med. 2012;():1-9. doi:10.1001/archpediatrics.2012.1286.

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Recettes sans gluten et sans lait à IG bas

Un régime sans gluten ni laitages peut vous changer la vie, à condition de ne pas se tromper. La plupart des aliments farineux sans gluten font grimper la glycémie parce que le blé y est remplacé par des farines de riz ou de maïs qui ont un index glycémique élevé. Si bien qu'on risque de prendre du poids ! Mais Christine Calvet vient de publier un recueil de recettes sans gluten et sans lait, à index glycémique bas : A table ! Sans gluten et sans lait. Une bonne idée pour se faire du bien sans fausse note ! Pour commander ce livre, c'est ici. (Publicité)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires