publicité

jeudi 24 avril 2014 - pour plus de confort utilisez mozilla firefox ou google chrome

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Statines et cholestérol : la longue marche vers la vérité

  • On nous a fait croire pendant des années que le cholestérol était un ennemi qu'il fallait faire baisser à grandes rasades de médicaments (les statines) ou de margarine anticholestérol
  • La vérité commence à apparaître dans les médias.
Thierry Souccar - Mardi 26 Février 2013
Partagez |
Statines et cholestérol : la longue marche vers la vérité
AugmenterRéduireTaille du texte
Mots-clés cholestérol, statines

En septembre 2012, les Dr Philippe Even et Bernard Debré s’en prenaient dans un livre retentissant à la prescription de médicaments inutiles – au premier rang desquelles les statines. (1) Aujourd'hui le Pr Even s'attaque de front à ces médicaments et aux laboratoires qui les vendent, avec la parution du livre La vérité sur le cholestérol (Le Cherche Midi). L'analyse des essais cliniques menés pour évaluer l'efficacité des statines le conduit à conclure que "d’une manière ou d’une autre, et souvent de plusieurs manières, chaque essai multiplie les pièges, les illusions, les non-dits, les chausse-trapes et pour tout dire les truquages ou les falsifications de la part de l’industrie."

Une prise de conscience dont a fait état un dossier spécial du Nouvel Observateur jeudi 14 février 2013, et qui, comme l'écrit Anne Crignon dans l'hebdomadaire, doit beaucoup aux travaux du Dr Michel de Lorgeril, un cardiologue français du CNRS (Grenoble). Ce chercheur dénonce depuis des années, preuves scientifiques à l’appui, l’imposture du dépistage et du traitement du cholestérol.

Michel de Lorgeril s’est fait connaître comme principal investigateur de la célèbre étude de Lyon (initiée avec Serge Renaud), qui a établi la preuve qu’un régime de type méditerranéen riche en acides gras oméga-3 (issus du colza) diminue la mortalité chez des cardiaques. Cette étude connue dans le monde entier a contribué (hélas avec retard, en raison de la mauvaise volonté de l’industrie agro-alimentaire) à mettre à disposition des Français des matières grasses bien plus équilibrées que celles de tournesol et de maïs qui régnaient jusqu’alors - j'ai raconté cette incroyable histoire dans Santé, mensonges et propagande (écrit avec Isabelle Robard). Michel de Lorgeril est aussi l’un des pères du French Paradox, selon lequel, en dépit d’un cholestérol moyen plutôt élevé, les Français jouissent d’une excellente santé cardiovasculaire du fait de leur mode de vie et en particulier d’une consommation modérée de vin.

Ces travaux ont fait de lui à l’étranger un chercheur reconnu et éminemment respecté, probablement l’un des seuls spécialistes français de nutrition dont la renommée dépasse nos frontières. Je l’ai connu à cette époque, et j’ai relayé ses travaux dans Le Nouvel Observateur et Sciences et Avenir.

L’autre French Paradox, c’est que ses travaux auraient dû lui voir dérouler un tapis rouge dans notre pays. Au contraire, l’unité dans laquelle il œuvrait, que beaucoup à l’étranger nous enviait a été fermée par l’Inserm. Le Dr de Lorgeril s’est retrouvé praticien à l’hôpital de Saint-Etienne, sans réels moyens de poursuivre ses recherches. Il est aujourd'hui à Grenoble, dans une unité du CNRS.

Jusqu’au milieu des années 1980, Michel de Lorgeril a cru que le cholestérol était le vrai coupable des maladies cardiovasculaires. Il a même conduit des études pour tenter de prouver cette implication. C’est parce que toutes ses études se sont révélées négatives qu’il a cherché à comprendre ce qui se passe réellement.

Ce qui se passe réellement, c’est que contrairement à ce qu’on lit partout, le cholestérol ne « bouche » pas les artères, et la théorie du cholestérol ne tient pas la route. Michel de Lorgeril et d'autres ont amplement publié sur ce sujet. J’ai proposé à Michel de rassembler ces preuves dans un livre. C’est ainsi que « Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent, il vous soignera sans médicament » est paru le 13 juin 2007.

Le jour-même, trois communiqués de presse, pas moins, s’en prenaient aux conclusions du livre et à son auteur. Ils émanaient l’un de l’industrie du médicament, l’autre de la Société française de cardiologie, et le dernier, à nouveau de la Société française de cardiologie, assistée de la Fédération française de cardiologie, et d’autres organismes plus obscurs comme le Collège National des Cardiologues Français, la Nouvelle Société Française d’Athérosclérose (ex-Arcol et SFA), la Société Française d’Hypertension Artérielle, l’Association de Langue Française pour l'Etude du Diabète et des Maladies Métaboliques et la Société Française de Nutrition.

Ces « sociétés savantes expertes » autoproclamées (qui ne sont que de simples associations de médecins, de surcroît liées aux laboratoires pharmaceutiques) dénonçaient les propos « fantaisistes » et les « mauvais conseils» de l’auteur. Le président de la Société française de cardiologie, Nicolas Danchin à l'époque, ira même jusqu’à accuser Michel de Lorgeril de tenir des propos « criminels ».

Après avoir refusé de publier le droit de réponse que nous lui avions adressé, la Société française de cardiologie finira par s’exécuter sous la menace du procès qui s’annonçait. Ambiance…

En 2008, Michel de Lorgeril publie le livre « Cholestérol, mensonges et propagande », dans lequel il montre, toujours études à l’appui, que les statines ne diminuent pas la mortalité. Les essais qui concluent au contraire ont été biaisés, comme par exemple l'étude Jupiter. En plus, ces médicaments entraînent des effets indésirables, parfois graves comme le diabète, pudiquement passés sous silence par les laboratoires.

En 2011, les hypolipémiants ont coûté à la collectivité française près d'un milliard et demi d'euros, et beaucoup plus encore si l'on tient compte de la prise en charge des effets indésirables. Pour un bénéfice vraisemblablement nul.

Si abaisser le cholestérol par des statines ou des margarines aux stérols végétaux ne diminue ni le risque d’infarctus ni celui d’AVC, que faire ? C’est à cette question que Michel de Lorgeril et Patricia Salen répondent avec leur dernier livre « Prévenir l’infarctus et l’accident vasculaire cérébral ». Ces maladies, expliquent-ils, sont des maladies du mode de vie, qui ne peuvent être prévenues ou guéries qu’en modifiant son alimentation, en se livrant à un minimum d’exercice physique, en diminuant son stress. Au moment où les médias sortent enfin de leur frilosité et relaient les critiques sur les statines, ce message de bon sens mérite d’être entendu non seulement par les patients et les bien-portants mais aussi par ceux qui sont en charge de la santé publique.

Lire aussi

L'argent du cholestérol, un scandale français

Le cholestérol, un coupable sans preuves

Vidéo

Cholestérol, un business qui rend malade

Un entretien avec Michel de Lorgeril

Consulter aussi

Le blog de Michel de Lorgeril

(1) Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux. Le Cherche Midi, 2012.

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
+2 22 29-03-2013 20:26
Citer :
attention !
(3) il faut raison garder

dr eric ledru
médecin de santé publique
dr en immunologie


Ce docteur, apparu en mars 2013, utilise le vocabulaire des leader d'opinion "il faut raison garder".

Cherchez sur Google "statines il faut raison garder" et vous verrez cette expression citée des dizaine de fois dans tous les médias, comme s'ils avaient tous les mêmes éléments de langage, dicté par les communicants de l'industrie Pharma.

Je pense que ce Dr Ledru n'existe pas et est un profil créé par un employé d'une firme Pharma.
Citer
 
 
+2 21 06-03-2013 10:56
Il y a étude et étude.

Une méta-analyse n'est pas une étude. C'est une moyenne, un moyen statistique de reprendre des données biaisées, sans pouvoir faire le tri entre mensonge par omission et chiffres réels (non publiés).

De plus, l'industrie PHARMA a des milliards à dépenser en promotion de ses molécules. Des articles sur les statines, il y en a des milliers, dont 99% sont à jeter direct à la poubelle car ils ne ressemblent même pas à un début d'étude sérieuse et bien construite, sans conflit d'intérêt.

Médecins et patients sont intoxiqués par leur vision (idéalisée) d'une science pure, éloignée du marketing.

Réveillez, on est en 2013, sur une planète mondialisée et mercantile. Une grande partie de la science a été mise, lentement mais sûrement, au service de l'économie.

Voir le dernier article du FORMINDEP, sur les recommandations .
Citer
 
 
+3 20 Frédéric Missonnier 26-02-2013 20:04
Bonjour,
Que penser de l'étude publiée dans The Lancet le 10/12/2011 portant sur 20500 personnes et la baisse de la mortalité sur 11 ans grâce à la simvastatine ? Thierry Souccar nous avait promis un commentaire du Dr de Lorgeril sur cette étude (je l'ai peut-être raté).
Et que penser de celle du 11/08/2012 du même Lancet concluant qu'un traitement en prévention primaire pour des personnes à faible taux de cholestérol est positif ?
Je m'étais habitué à l'idée martelée par le Dr de Lorgeril qu'aucune étude post 2004 n'avait été positive sur la réduction de la mortalité cardiovasculair e par des statines. Même si je le crois, je voudrais comprendre où est le loup...
Citer
 
 
+5 19 18-02-2013 00:41
En tant que délégué médical j'ai participé au lancement de la pravastatine puis l'ai "présentée" pendant une vingtaine d'années: mon avis est que c'est essentiel en prévention secondaire et peu utile en prévention primaire
Les études de préventions primaires sont toutes biaisées.
En R. de Risque Absolu: -2,2% de mortalité, c'est peu. En fait, il faut veiller à augmenter ses HDL (régime crétois -omegas 3 ) , se bouger ! les risques essentiels sont le tabac, l'HTA, les thrombus (bi), le diabète et les labos.
le cholestérol, bof, comme disent de nombreux chercheurs, pas achetés.
Les labos sont experts en analyses statistiques, très peu de médecins. Ca va changer avec les jeunes médecins qui ont une formation à l'analyse statistique critique des études dès la 1° année, mais si les anciens voulaient s'en donner la peine, ils pourraient l'acquérir !! Peu d'esprit critique...
Citer
 
 
-9 18 17-02-2013 21:07
attention !
(1)au "guru" de Dorgeril, cardiologue travaillant au CNRS mais acoquiné avec un certain lobby bio, et qui tente de faire passer dans les médias l'idée que le cholestérol n'est pas toxique, pour faire vendre de coûteux additifs alimentaires sans action sur ce dernier;
(2) à la campagne anti-statines: l'effet bénéfique cardio-vasculaire de ces molécules est bien prouvé, même si on connaît mal leur mécanisme d'action, et la réduction de la production du cholestérol LDL n'est sans doute qu'une des cibles connues de ces médicaments;
(3) il faut raison garder et adopter une alimentation équilibrée (moins de viande, plus de poissons gras, plus de légumes, éviter beurre, huile d'arachide au profit des huiles végétales autres, etc..., et pratiquer une activité physique. Rien de neuf, en somme. Mettre la prévention au premier plan pour éviter tant que faire se peut le recours aux médicaments.
dr eric ledru
médecin de santé publique
dr en immunologie
Citer
 
 
+2 17 Yves Talagrand 17-02-2013 13:47
J'ai un peu de mal avec l'idée que le cholesterol ne jouerait aucun rôle dans le développement de l'atheroscerose. Mais il me semble simplement que, plutôt que de faire baisser le taux de cholesterol, il vaudrait mieux essayer d'inhiber son oxydation et sa glycation et de limitrer (par des anti-inflammatoires naturels tels le curcuma) le processus inflamatoire au coeur de l'atherosclerose.
Citer
 
 
-7 16 16-02-2013 13:50
Les statines comme tous médicaments entraînent un bénéfice en contre partie d'un risque.
Pour les statines tous les médecins connaissent le risque de lésions musculaires et ces pourquoi dès que les patient se plaignent de douleur ils sont suivi par prise de sang "régulière" et les médecins adaptent alors posologie, change de statines etc
Mais actuellement les statines sont de loin le meilleur traitement pour le cholestérol ! La synthèse endogène de cholestérol que limitent les statines représente les 3/4 du cholestérol contre 1/4 qui proviennent de l'alimentation donc plutôt que de croire bêtement ce que nous disent les médias attendons d'avoir des études qui le prouvent.
Actuellement on nous apprend qu'un cholestérol supérieur à 3.3 augmente le risque d'accident vasculaire de 4 en sachant qu'il y a potentialisant avec les divers facteurs de risque
Citer
 
 
0 15 Massimo 14-02-2013 18:52
@Melinda,
je ne fais pas la pub aux statines, loin de là! Mais vos affirmations sont dépourvues de tout fondement et discréditent la position anti-statines. Quelle est votre formation, quelles son vos compétences? Affirmer que les lipoprotéines ne jouent aucun rôle dans l'athéroscléros e c'est.tout simplement ridicule - les auteurs des études qui mettent en cause l'effet des statines ne songeraient à dire de telles âneries.
Citer
 
 
0 14 14-02-2013 15:36
@ Massimo

Regardez au lieu de raconter n'importe quoi ...C'est un médecin spécialiste du cholestérol qui est interviewé dans l'émission mise en lien sur ce site !!!!!

D'autre part, juste pour signaler que l'info progresse , le site FranceTV infos met en ligne ce jour une interview du PR EVEN "Les statines danger ou remède miracle contre le cholestérol " :

http://www.francetvinfo.fr/video-sante-les-statines-danger-ou-remede-miracle-contre-le-cholesterol_250485.html
Citer
 
 
+2 13 14-02-2013 13:01
les gélules d'ail marchent formidablement bien sur l'excès de cholestérol...Le bon côté de tous ces scandales qui éclatent aujourd'hui est que l'on comprend enfin qu'un médicament est avant tout un produit TOXIQUE et qu'il n'y a pas d'effets SECONDAIRES mais des effets TOUT COURTS et délétères la plupart du temps..2013 verra-t-il enfin les consciences se réveiller et ne plus gober ce que le pseudo médecine d'aujourd'hui essaie de nous imposer.Il existe des pays où il est tout à fait normal de sortir de chez son médecin sans ordonnance..si, si!!le pauvre Hipocrate doit se retourner dans sa tombe ,lui dont le 1er précepte était "d'abord ne pas nuire"...
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Recettes sans gluten et sans lait à IG bas

Un régime sans gluten ni laitages peut vous changer la vie, à condition de ne pas se tromper. La plupart des aliments farineux sans gluten font grimper la glycémie parce que le blé y est remplacé par des farines de riz ou de maïs qui ont un index glycémique élevé. Si bien qu'on risque de prendre du poids ! Mais Christine Calvet vient de publier un recueil de recettes sans gluten et sans lait, à index glycémique bas : A table ! Sans gluten et sans lait. Une bonne idée pour se faire du bien sans fausse note ! Pour commander ce livre, c'est ici. (Publicité)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires