publicité

lundi 23 janvier 2017

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

L'alimentation de bébé avant 1 an

Allaitement ou lait artificiel animal ou végétal exclusifs jusqu'à 6 mois, en complément des aliments non liquides par la suite et jusqu'à un an.

Thierry Souccar - Mercredi 11 Janvier 2017
Partagez |
L'alimentation de bébé avant 1 an
AugmenterRéduireTaille du texte

Arte a diffusé le 10 janvier 2016 un reportage sur le lait et un autre sur le mouvement vegan. Suite à ces reportages, une question m'a été posée sur l'alimentation des bébés après la transition alimentaire, qui intervient en général vers l'âge de 6 mois : peut-on ne pas donner de lait de vache une fois que bébé est passé aux aliments non liquides ? La question était ambigüe, et la réponse ("oui") semble l'avoir été aussi. Elle a pu laisser penser qu'après l'introduction d'aliments non liquides, un bébé n'a plus du tout besoin d'aliments lactés adaptés à ses besoins, ce qui n'est pas le cas comme je l'ai déjà dit et écrit. LaNutrition.fr se range aux directives internationales sur l'alimentation des nourrissons : 

  • L'allaitement est la forme d'alimentation privilégiée pendant 6 mois exclusivement et 1 an au moins
  • Si nécessaire, il peut être complété ou remplacé par des laits artificiels, spécialement formulés pour les besoins de bébé. Ces laits sont soit d'origine animale (la majorité), soit d'origine végétale. Ces derniers assurent la croissance des bébés qui ne tolèrent pas les laits d'origine animale, ou qui suivent une alimentation végétarienne. 
  • Des aliments non liquides peuvent être introduits (selon les experts - les avis divergent) soit à partir de 4 mois, soit à partir de 6 mois, le consensus aujourd'hui étant plutôt 6 mois. Il y a plusieurs décennies, le sevrage intervenait souvent bien plus tôt, mais on pense qu'en agissant ainsi on pourrait favoriser plus tard des maladies chroniques.
  • Ce régime non liquide peut être constitué d'aliments industriels ou faits maison. La composition des aliments industriels doit répondre selon leur type à des critères stricts de teneur en vitamines, acides gras, minéraux, pesticides. Mais une étude récente a trouvé que les aliments faits maison étaient au moins aussi intéressants nutritionnellement, voire plus intéressants que les aliments industriels.
  • De 6 mois à 1 an, les recommandations sont de poursuivre l'alimentation lactée en parallèle. Donc si bébé a reçu du lait maternel jusqu'à 6 mois il peut continuer de têter 6 mois de plus et/ou les parents peuvent opter pour un lait artificiel qui peut être animal mais peut parfaitement être aussi végétal - c'était le sens de ma réponse. De même si un bébé a reçu un lait artificiel à base de lait animal avant 6 mois, les parents ont le choix de continuer ainsi ou changer pour un lait artificiel d'origine végétale.
  • Attention : contrairement à ce qu'on croit souvent, ces laits artificiels végétaux ne sont pas toujours mieux tolérés que ceux qui renferment des protéines animales. Et contrairement à ce qu'on lit souvent, ces formules spéciales (souvent à base de soja) ne semblent pas poser de problèmes de développement aux bébés, ni nuire à leur sexualité. Des études sont en cours mais plusieurs dizaines de millions de bébés américains ont été nourris avec des laits artificiels à base de protéines de soja sans présenter de troubles particuliers.
  • Ni les jus végétaux basiques du commerce, ni les laits de vache, chèvre, brebis basiques du commerce ne sont adaptés aux besoins d'un enfant de moins d'un an

Après un an, les enfants peuvent bien sûr consommer des produits laitiers classiques s'ils les tolèrent. Ce site conseille de le faire avec modération. Ces aliments n'ont cependant pas un caractère indispensable. Votre pédiatre saura vous guider dans le choix des laits, la transition alimentaire et les périodes qui suivent.

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Le lait et le cancer

L'idée que les produits laitiers pourraient favoriser certains cancers a longtemps été niée par les autorités sanitaires et bien sûr l'industrie laitière. Quels sont les liens réels entre laitages et cancers ? Par quels mécanismes ? LaNutrition.fr fait le point sur les preuves scientifiques et vous explique les risques possibles selon les cancers ainsi que les portions quotidiennes à ne pas dépasser

>> Lire le dossier (Abonnés)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires