LaNutrition.fr avait raison : vous pouvez donner du soja à un bébé

Par Lanutrition.fr Publié le 29/04/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Il n’y a pas de différence de développement des organes reproducteurs chez les bébés, qu'ils soient allaités, ou nourris avec des formules adaptées à base de lait de vache ou de soja.

Dans un rapport de 2005 intitulé « Sécurité et bénéfices des phytoestrogènes apportés par l’alimentation », l'Agence française de sécurité alimentaire (ANSES, ex-Afssa) déconseillait l'utilisation avant 3 ans de formules pour bébés à base de soja car elles pourraient perturber le développement des tout petits. Ce rapport, fortement médiatisé, avait été critiqué ici-même pour son manque de rigueur. En effet, non seulement les auteurs du rapport étaient-ils incapables de citer la moindre donnée négative chez l'homme, mais plusieurs d'entre eux étaient en situation de conflit d'intérêt pour leurs liens avec l'industrie laitière. Nous écrivions alors, sur la base des données publiées et des entretiens avec experts et toxicologues, qu'un bébé, qu'il soit garçon ou fille, peut consommer une préparation à base de soja sans aucun risque pour sa santé.

Des chercheurs de l’Arkansas Children’s Nutrition Center à Little Rock qui ont comparé le développement d’enfants nourris avec différents laits publient des résultats rassurants dans le Journal of Nutrition et confirment l'avis de LaNutrition.fr.

Le soja est une plante de la famille des légumineuses très consommée en Asie. Il est particulièrement prisé par les végétariens et végétaliens en raison de sa richesse en protéines. Il permet ainsi de proposer des substituts aux viandes et aux produits laitiers grâce à différents produits comme le tofu ou le lait de soja.

Les préparations pour enfants à base de protéines de soja renferment des isoflavones, dont la structure chimique est proche d'hormones humaines femelles, les estrogènes.  Ce sont la génistéine et la daidzéine. 

Lire : Les isoflavones du soja

Ces isoflavones peuvent se lier à deux familles de récepteurs aux estrogènes (ERα etERβ) et les activer. Ils se fixent sur les récepteurs spécifiques des oestrogènes et peuvent soit stimuler leur action soit au contraire la diminuer. Ces isoflavones ont inspiré des réactions parfois délirantes chez des nutritionnistes médiatiques, dans certains milieux alternatifs, comme la fondation Weston Price aux Etats-Unis et sur certains sites déconsidérés comme le tristement célèbre "santé-nutrition.org".

Le soja qui tue : La vérité sur un article délirant

L’objectif de cette étude était de comparer les organes reproducteurs d'enfants qui n’avaient pas tous eu la même alimentation infantile. Grâce à l’ultrasonographie, les chercheurs ont mesuré les volumes et caractéristiques de différents organes : bourgeons mammaires, utérus, ovaires, prostate, testicules. 101 enfants (50 garçons et 51 filles) âgés de 5 ans, qui faisaient partie de la cohorte Beginnings, ont participé. Lorsqu’ils étaient bébés, 35 avaient été allaités, 32 nourris avec des laits artificiels et 34 avec des formules à base de soja.

Les résultats de cette nouvelle étude montre que chez les filles, il n’y avait pas de différences significatives de volumes des bourgeons mammaires, des ovaires, de l’utérus, du nombre de kystes ovariens, de leur taille ou de la forme de l’utérus, en fonction de l'alimentation infantile. De la même façon, chez les garçons, il n’y avait pas de différences significatives sur les volumes des bourgeons mammaires, des testicules ou de la prostate, ou sur des caractéristiques structurales, quelle que soit l'alimentation.

Rappelons que l'allaitement est la forme à privilégier pour nourrir bébé, et que les jus de soja (tonyu) comme le lait de vache du supermarché ne sont absolument pas adaptés aux besoins du bébé.

En conclusion, dans cette cohorte, l’alimentation n'avait pas d'effet sur les volumes des organes reproducteurs et leurs caractéristiques structurales à l’âge de 5 ans. Cette étude confirme que le soja ne pose aucun problème de développement aux enfants. LaNutrition.fr demande donc à l'ANSES à retirer son rapport calamiteux de 2005 auquel des pédiatres et des médias continuent de se référer.

Lire l'interview d'Hervé Berbille : "Une place de choix pour le soja"

Source

Andres A, Moore MB, Linam LE, Casey PH, Cleves MA, Badger TM. Compared with Feeding Infants Breast Milk or Cow-Milk Formula, Soy Formula Feeding Does Not Affect Subsequent Reproductive Organ Size at 5 Years of Age. J Nutr. 2015 Mar 11. pii: jn206201.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top