publicité

samedi 28 mai 2016

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Les additifs favorisent la perméabilité intestinale et l'auto-immunité

Lorsque l’intestin ne joue plus son rôle de barrière, le passage d’antigènes peut induire des maladies auto-immunes. Une situation favorisée par les additifs alimentaires.

Marie-Céline Jacquier - Lundi 02 Mars 2015
Partagez |
Les additifs favorisent la perméabilité intestinale et l...
AugmenterRéduireTaille du texte

La fréquence des maladies auto-immunes s’est beaucoup accrue ces dernièrs décennies dans les pays occidentaux, suggérant une cause environnementale. Deux articles, dont l’un paru en février 2015 (1), suggèrent que les additifs alimentaires, plus fréquents dans notre alimentation, modifient la perméabilité intestinale et augmentent ainsi le risque de maladies auto-immunes.

L’intestin, en plus de son rôle de digestion et d’absorption, constitue une barrière entre le milieu intérieur et l’environnement. A ce titre, il doit empêcher les pathogènes, allergènes, toxines, présents dans la lumière de l’intestin d’entrer dans l’organisme.

Lire l'avis du Dr Outi Vaarala : "Le lait de vache augmenterait la perméabilité intestinale"

Dans une revue parue dans Autoimmunity Reviews, deux auteurs montrent que des changements de la perméabilité intestinale sont associés aux additifs alimentaires.  Les auteurs signalent que le glucose, le sel, les émulsifiants, les solvants organiques, le gluten, les nanoparticules sont de plus en plus utilisés par l’industrie agroalimentaire. Mais ces additifs censés améliorer la qualité des aliments augmentent les fuites au niveau des jonctions serrées et donc la perméabilité intestinale.

Les jonctions serrées situées entre les cellules de l’épithélium intestinal permettent un équilibre entre la tolérance et l’immunité contre les antigènes du non-Soi. Le mauvais fonctionnement des jonctions serrées est fréquent dans des malades auto-immunes. La déstabilisation des jonctions serrées conduit à l’entrée d’antigènes étrangers immunogènes qui activent la cascade auto-immune. Un mauvais fonctionnement de la barrière intestinale pourrait donc expliquer l’incidence croissante des maladies auto-immunes.

Dans un autre article datant de 2011 (2), une chercheuse hongroise expliquait déjà comment des additifs alimentaires (les surfactants) pouvaient causer des dysfonctionnements de la barrière intestinale. Le terme de surfactant désigne des molécules amphipathiques ayant une portion hydrophobe non-polaire attachée à un groupement hydrophile. On les appelle aussi détergents ou émulsifiants, selon les applications de ces molécules.

Lire : 22 additifs qui n'ont rien à faire dans nos assiettes

Pour la chercheuse, en parallèle de l'utilisation des surfactants comme additifs, il y a eu une augmentation de l’incidence des maladies liées à l’hyperperméabilité intestinale. D’après elle, les surfactants ou émulsifiants augmentent la perméabilité intestinale. Une hyperperméabilité peut induire un processus inflammatoire qui conduit à encore plus de perméabilité, d’où un cercle vicieux. Ceci pourrait favoriser les maladies allergiques et auto-immunes.

Lire l'avis de Georges Mouton : "Les maladies auto-immunes et les allergies sont liées aux désordres intestinaux"

Des études sur les jumeaux ont montré que l’hérédité compterait pour 1/3 du risque de maladie auto-immune et l’environnement pour les 2/3 restants. Pour développer une maladie auto-immune, il faudrait donc 3 conditions : une prédisposition génétique, une exposition à un antigène et un mauvais fonctionnement de la barrière intestinale.

Le régime Seignalet, qui élimine gluten et produits laitiers, a pour but de restaurer la perméabilité de l'intestin. Des milliers de personnes rapportent qu'elles ont été améliorées par ce régime, qui ne guérit pas mais comme l'indisue Jean-Marie Magnien "met au silence la maladie". Il faudrait donc, pour augmenter son efficacité, prêter attention aux additifs alimentaires.

 Lire : Un extrait de "Comment j'ai vaincu la douleur et l'inflammation" de Jacqueline Lagacé

Sources

(1) Lerner A, Matthias T. Changes in intestinal tight junction permeability associated with industrial food additives explain the rising incidence of autoimmune disease. Autoimmun Rev. 2015 Feb 9. pii: S1568-9972(15)00024-5. doi: 10.1016/j.autrev.2015.01.009.

(2) Csáki KF. Synthetic surfactant food additives can cause intestinal barrier dysfunction. Med Hypotheses. 2011 May;76(5):676-81. doi: 10.1016/j.mehy.2011.01.030.

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Le lait et le cancer

L'idée que les produits laitiers pourraient favoriser certains cancers a longtemps été niée par les autorités sanitaires et bien sûr l'industrie laitière. Quels sont les liens réels entre laitages et cancers ? Par quels mécanismes ? LaNutrition.fr fait le point sur les preuves scientifiques et vous explique les risques possibles selon les cancers ainsi que les portions quotidiennes à ne pas dépasser

>> Lire le dossier (Abonnés)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires