publicité

lundi 25 juillet 2016

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Polémique sur l'arrêt des statines. Le commentaire du Pr Even

Dans un article récent très médiatisé, des médecins français assurent que l'arrêt de leur traitement anticholestérol par une partie de la population, à la suite de la polémique sur les effets réels des statines, se traduira en un an par 4992 "événements cardiovasculaires majeurs" dont 1159 décès. Le Pr Philippe Even, auteur de "La vérité sur le cholestérol" commente cette publication.

Pr Philippe Even - Vendredi 11 Octobre 2013
Partagez |
Polémique sur l'arrêt des statines. Le commentaire du P...
AugmenterRéduireTaille du texte

Note du Pr Even : ce commentaire est rédigé pour les médecins et pour les journalistes intéressés par les questions médicales. Il peut être trop complexe pour les patients, qui en bénéficieront peut-être indirectement.

Introduction

L’article récent de N. Danchin et collaborateurs a une apparence, la protection des patients légitimement déstabilisés par la remise en cause des dangers allégués du cholestérol (CHO) et de l’utilité des statines.

Il aboutit à une réalité, la défense des intérêts financiers des firmes pharmaceutiques et ceux de certains cardiologues et de leurs multiples sociétés, associations, fédérations, syndicats, collèges d’enseignement et journaux de cardiologie, athérosclérose, hypertension, « lipidologie », etc., qui tous ne vivent que par les subsides de l’industrie.

L’article est fondé sur une quadruple méprise : une erreur qui, pérennisée depuis 50 ans, a pris la dimension d’un dogme, le mythe des dangers du cholestérol ; une illusion, l’efficacité des statines ; une micro-enquête bâclée et une extrapolation statistique illicite.

Et comme si cela ne suffisait pas, l’article fourmille d’erreurs factuelles.

Mais avant d’aller plus loin, rappelons que 10% des Français et le quart des 45 à 80 ans, soit 6 millions, sont sous statines, ce qui place la France de loin au premier rang mondial, devant même les Etats-Unis, où 10% de la population est également traitée (30 millions), mais où la fréquence des maladies artérielles est 2,5 fois plus grande qu’elle ne l’est chez nous. Une situation d’autant plus étrange qu’aucune statine n’a été découverte en France et qu’aucun des grands essais qui les ont propulsées au premier rang des ventes mondiales de médicaments n’a été mené en France  ou par des Français (à l’exception de SPARCL par l’excellent neurologue P. Amarenco), absents pour inventer, absents pour évaluer, mais présents pour prescrire comme des moutons de Panurge.

Ce marché, fabriqué depuis 20 ans, est le premier marché de médicaments du monde et, en France, loin devant les antibiotiques, les antidépresseurs et la plupart des antihypertenseurs et des chimiothérapies anticancéreuses. Il a rapporté en 20 ans, 300 milliards de $ aux firmes pharmaceutiques et coûte chaque année 2 milliards d’€ à la Caisse nationale d’assurance-maladie française (l’équivalent par exemple du salaire brut de 35.000 infirmières).

Remettre en cause l’efficacité des statines, c’est donc frapper l’industrie pharmaceutique au cœur et c’est cela, et cela seulement, qui explique la violence de certaines réactions et l’impossibilité de tout dialogue scientifique constructif, au profit des anathèmes, des exorcismes et de l’excommunication des contestataires. Pourtant, l’histoire montre que la vérité finit toujours par s’imposer, même en médecine et elle s’imposera ici comme ailleurs.

Le journal et les auteurs

Précisons aussi que cet article a été publié dans un journal français, que, malgré son nouveau titre anglais, à peu près personne ne lit, les Français parce qu’il est écrit en anglais, et les Anglo-saxons parce qu’il est français ! Ces articles ne sont entendus que quand le Quotidien du Médecin les reprend le jour même à coups de cymbales, en alertant l’Agence française de presse médicale, l’AFP, et finalement le Figaro et tous les journaux. Aucun journal anglo-saxon à comité de lecture n’aurait publié un si pauvre factum. Ce journal est [publié par la Société française de cardiologie, elle-même liée à l’industrie - NdE], et il a un très bas niveau scientifique, classé au 20ème rang des 20 journaux internationaux de cardiologie en terme d’impact (son « facteur d’impact » est 10 fois inférieur à celui des grands journaux, tels que Circulation ou le Journal of the American College of Cardiology ou le European Heart Journal). Il est en outre édité par Elsevier, un éditeur international, condamné il y a peu à plusieurs milliards d’amende, pour avoir publié de faux journaux (fake-journals), sans comité de lecture, destinés à diffuser directement les messages de l’industrie aux médecins.

L’article est signé de quelques médecins de l’Hôpital universitaire européen Georges Pompidou et d’une clinique privée, cornaqués par l’un des deux cardiologues français les plus étroitement attachés depuis 20 ans à l’industrie pharmaceutique, dont il est devenu l’un des porte-voix attitré et qui est actuellement lié par des contrats financiers personnels de consultance (pas des contrats de recherche, ne vous y trompez pas) à 14 grandes firmes, dont toutes celles qui commercialisent les statines, MSD, Pfizer, Astra-Zeneca, BMS et naturellement à J. Servier. Grâce à ces collaborations intensives, N. Danchin, non pas signe, mais cosigne seulement 1 article d’une ou plusieurs années de travail tous les 18 jours… c’est dire la place importante qu’il y occupe, celle du passager, plus souvent que celle du chauffeur (dans 17 de ses publications, son nom ne figure même pas en première page, relégué en petits caractères à la fin de l’article) !

Erreur, illusion, micro-enquête, extrapolation illicite, tels sont les quatre piliers de l’article.

L'erreur de fond

L’ERREUR est de croire encore que le CHO encrasse les artères et crée les plaques d’athérome et à travers elles, est à l’origine des thromboses coronaires et cérébrales, qui conduisent à l’infarctus du myocarde (IM) et aux accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Sur le fond, je n’en dirai pas plus ici, car il s’agit d’une grande controverse scientifique, hors du champ de ce commentaire.

Bornons-nous à rappeler que :

- Le CHO n’est pas une graisse, mais un cristal acide biologiquement inaltérable, qui structure les membranes cellulaires, protège la vie cellulaire et stabilise les récepteurs membranaires, qui permettent les communications entre les cellules, jouant ainsi un rôle-clé dans le développement et dans les fonctions neuronales et qu’il joue en outre un rôle majeur dans le transport des graisses dans le sang et jusqu’aux cellules en les accrochant aux protéines des LDL sous forme de CHO estérifié. Structurant, protecteur, stabilisateur et transporteur, telles sont ses 4 fonctions, sans oublier qu’il est aussi le précurseur des hormones corticoïdes et sexuelles, de la vitamine D et des acides biliaires. Pas de développement embryonnaire, pas de renouvellement des tissus, pas même de vie, sans CHO, comme on le voit dans les syndromes de déficit génétiques où ses taux de 0,1 à 1,3 g/l s’accompagnent de mort fœtale, de graves dysmorphies de la face et des membres et de microcéphalies, qui sont souvent mortelles avant l’âge de 2 ans. Telle est l’une des raisons pour lesquelles les statines entrainent une série de complications, en particulier musculaires, neurologiques, psychologiques et sexuelles et sont prohibées chez les femmes susceptibles d’être enceintes. Fort heureusement, aux doses utilisées, il est rare qu’elles abaissent le CHO en-dessous de 1,5 g/l.

- Les mystérieuses plaques sont de simples cicatrices liées aux chocs pulsatiles de la pression artérielle répétés 3 milliards de fois au long de la vie sur les branchements et les courbures des vaisseaux et à leur cicatrisation inflammatoire incessante par les macrophages venus du sang, très actifs et donc riches en carburant, donc en graisses, et qui se multiplient sur place, prolifèrent et lèsent le muscle des parois artérielles (Science 2013).

- Simple marqueur, simple témoin, le CHO n’y joue aucun rôle déterminant démontré et peut-être pas même secondaire, même si, aussi inerte et inaltérable qu’un cristal, il transporte des acides gras très oxydables, susceptibles eux, dans un deuxième temps, d’accroître l’inflammation locale et la croissance et la fragilité des plaques. Voire.

Rappelons encore qu’on n’a jamais réussi à créer expérimentalement de véritables plaques chez l’animal par perfusion de CHO, sans blesser, griffer, simultanément les parois des artères. On obtient seulement une surcharge multiviscérale diffuse, comme celle observée dans les hypercholestérolémies familiales génétiques, qui, même si elle peut entraîner des obstructions coronaires et des IM chez des sujets très jeunes, est une tout autre maladie que l’athérome où le CHO et surtout les graisses s’accumulent dans tous les tissus, foie, muscles, tendons et artères.

Rappelons encore qu’il n’y a aucun lien de causalité démontrée entre mortalité coronaire et taux de CHO, comme le montrent de nombreuses études épidémiologiques (Framingham, Wolfson Institute, MRFIT, Honolulu, etc.), malgré deux d’entre elles toujours citées par les cardiologues, mais complètement falsifiées, comme l’ont montré de multiples analyses (Enquête des 7 pays et du CTSU d’Oxford). Rappelons d’ailleurs que la fréquence de l’athérome est en France presqu’aussi basse qu’au Japon, 1,5 fois inférieure à celle de l’Italie et de l’Espagne, 2 à 3 fois inférieure à celle du nord de l’Europe et des Etats-Unis, alors que les taux de CHO y sont aussi élevés que dans ces pays. Ajoutons encore que les patients qui souffrent d’IM n’ont pas un CHO plus élevé que ceux qui n’en souffrent pas. Une évidence simple, mais toujours esquivée.

Rappelons enfin à ceux qui s’en étonnent, que cette erreur vieille de 50 ans, n’est pas une exception en médecine, ni plus généralement en sciences. Ainsi, a-t-on longtemps cru que des centaines de milliers de pneumothorax et thoracoplasties guérissaient la tuberculose, qu’il a fallu 30 ans pour que la silicose soit reconnue comme maladie professionnelle, 30 ans aussi pour qu’on reconnaisse que le tabac était la cause de 90% des cancers du poumon, 30 ans pour interdire l’amiante, dont beaucoup de médecins, liés à l’industrie, niaient les dangers, 10 ans pour imposer le Salbutamol dans l’asthme contre la théophylline, 10 ans et des milliers de morts de nourrissons qu’on faisait dormir sur le ventre avant d’enfin les retourner,35 ans pour sortir le Médiator du marché, 20 ans pour s’apercevoir que le traitement hormonal de la ménopause ne protégeait pas des maladies cardiaques et artérielles et des cancers, et qu’au contraire, il en augmentait probablement la fréquence et qu’enfin, en 1997, l’OMS classait la pilule parmi les cancérigènes, alors qu’elle réduit très sensiblement la fréquence des cancers. La responsabilité du CHO dans l’athérome n’est donc qu’une erreur de plus, mais difficile à éradiquer parce que l’industrie pharmaceutique en a fait un immense marché et que beaucoup de cardiologues en vivent, car 6 millions de consommateurs de statines, c’est au bas mot 12 millions de consultations et d’examens biologiques par an.

L'illusion des statines

L’ILLUSION concerne l’efficacité des statines pour réduire les accidents cardiovasculaires (ACV), proclamée comme un dogme intangible et, comme on va le voir, sans preuve, dès les premières lignes de milliers d’articles depuis 20 ans et de nouveau, dans celui de N. Danchin. Illusion pour la plupart des médecins, mais mensonge délibéré de la part de quelques-uns, qui, justement, fabriquent l’illusion.

Pour étayer leurs arguments, les auteurs de cet article s’appuient sur une seule des 13 grandes études synthétiques (on appelle ça des métanalyses) publiées depuis 2003 (LAW 2003, CCTC 2005, 2010 et 2012, COCHRANE 2003. 2011 et 2013, CHOUDHRY 2006, ABRAMSON 2007, MILLS 2008, BRUGTS 2009, RAY 2010, WRIGHT 2010) portant chacune sur 35.000 à 170.000 patients (souvent les mêmes), suivis en moyenne 4 ans, en prévention dite primaire ou secondaire (PP et PS), selon qu’ils ont ou non déjà soufferts d’IM ou d’AVC.

Référence unique, mais surtout fausse (référence 7), car elle n’est pas celle de la CCTC annoncée dans le texte et publiée en 2005 dans le Lancet, mais celle d’un groupe néerlando-americano-anglo-japonais, publiée dans le British Medical Journal en 2009. Seuls les hyper-experts s’y retrouveront.

Il n’est cependant pas sans signification que les auteurs se réfèrent dans le texte aux travaux du CCTC, réalisés par le CTSU d’Oxford, le groupe de statisticiens de loin le plus favorable aux statines et pour cause, car, malgré ses apparences officielles et publiques, le CTSU est une officine privée, certes liée par contrat à la Radcliffe Infarmery d’Oxford, qui lui confère son apparence publique, mais il est pour la plus grande part, et de loin, financé statutairement par MSD (Merck, Sharp and Dome) et au cas par cas, par les firmes GSK, Astra-Zeneca et BMS, fabricants des statines. Le CTSU a été fondé par Sir R. Doll, lourdement condamné il y a 3 ans, peu avant sa mort, pour malversations et falsifications graves. L’officine s’est particulièrement illustrée au service des grandes firmes pharmaceutiques en produisant des évaluations ou des études épidémiologiques, fondées sur des statistiques volontairement falsifiées (régression linéaire logistique logarithmique et mystérieux et arbitraire shrinking factor), dont pas un médecin ne s’est rendu compte, et visiblement pas N. Danchin, et qui lui ont permis de faire croire, entre autres, que les risques de l’hypertension artérielle commençaient  à une systolique de 11 et ceux du CHO à 1,50 g/l et croissaient ensuite linéairement, ce qui a conduit à traiter les hypertensions artérielles dès 12 ou 13 et le CHO quel que soit son niveau, selon l’axiome « the lower, the better », ce qui a permis de quadrupler les marchés de l’industrie qui ne finance pas le CTSU pour rien.

La référence unique à une métanalyse est un danger. Les métanalyses sont faites pour deux raisons. La première est de gagner du temps de lecture, puisqu’elles rassemblent en un seul article les données de 10 à 50 d’entre eux, permettant aux gens pressés de gagner beaucoup de temps. Mais elles sont surtout faites pour augmenter le nombre de cas étudiés de 5.000 à 100.000 et atteindre ainsi la précieuse signification statistique après laquelle courent tous les essais cliniques individuels, mais il est évident que s’il faut 50.000 malades pour mesurer un effet thérapeutique, cet effet est nécessairement microscopique et sans incidence clinique. Ajoutons encore que les métanalyses regroupent des malades très différents en termes d’âge, de sexe, d’ethnie, de risques et de maladies associées, qui faussent les résultats globaux en tirant argument de la réponse de certains, pour en traiter d’autres. Les métanalyses sont de dangereuses synthèses.

Pour en revenir au « travail » de N. Danchin, non seulement la référence est incertaine et donc invérifiable, mais les données qui en seraient extraites sont présentées de façon volontairement trompeuses, pour donner l’impression d’une plus grande efficacité des statines, un tour de passe-passe, qui utilise non pas les pourcentages de réduction de la mortalité coronaire ou des ACV par les statines par an, comme le veut la simplicité, la vérité et le système métrique, mais en les multipliant par le nombre d’années de traitement qu’ils ne précisent pas, les exprimant ainsi en « personnes.année (p.a)», ce qui tend à amplifier les apparences d’efficacité (exemple : si la mortalité est réduite de 1% par an pendant 5 ans, nos auteurs écrivent qu’elle est réduite de 5% par p.a, sans nous indiquer la durée, et le tour est joué). Tel est le nouvel « espace-temps » de l’industrie.

Ainsi, en PP, les auteurs parlent de réduction de 0,53% pour la mortalité et de 1,44% pour les ACV, exprimés en p.a, sans dire sur quelle durée 1, 2, 5, 8 ans, sont calculés ces pourcentages, alors qu’en refaisant le calcul, on aboutit à des réductions annuelles minuscules de 0,08% / an pour la mortalité cardiovasculaire (vous avez bien lu 8, pour mille !) et de 0,36%, soit moins de 4/1000/an pour les ACV totaux (ACVT), soit plus de 99,6% d’inefficacité, obligeant à traiter 280 patients par an pour éviter un accident et 1250 pour éviter un décès annuel.

De même en PS, les auteurs évoquent des réductions de 1,76% et 3,27% de la mortalité cardiaque et des ACV en p.a, mais obtenues respectivement en 8,0 et 4,8 ans, soit des efficacités respectives de 0,21% et 0,69% par an, conduisant à traiter 475 patients pour éviter un décès et 145 pour éviter un ACV, donc des traitements annuels inefficaces dans respectivement 99,79 et 99,31% des cas.

(Ces données issues rappelons-le encore d’une référence inconnue, mais probablement du CCTC du CTSU d’Oxford, sont une fois recalculées, assez voisines, à un facteur de 1,5 ou 2 près, de celles des autres métanalyses).

Evaluation personnelle des statines

Nous avons mené une étude en cours de rédaction portant sur les 24 plus grands essais cliniques prospectifs, comparatifs, randomisés, en double-aveugle, sélectionnés à partir de 1200 publications pour leur rigueur, leur ampleur et leur portée générale et qui regroupent 170.000 patients suivis en moyenne 5 ans, 60.000 en PP et 110.000 en PS, ce qui constitue la plus importante série réunie jusqu’ici dans la littérature.

Ces 24 essais ont été analysés selon 5 critères (mortalité coronaire ou cardiaque, ACV majeurs, ACVM, AVC, ACV mineurs et ACV totaux, ACVT), soit 24 x 5 = 120 résultats. Et le bilan pulvérise l’image d’efficacité des statines :

- 65/120, soit 54% de résultats négatifs, c’est-à-dire non-significatifs.

- Réduction de la mortalité coronaire ou cardiaque dans 4 essais seulement/24 (17%), mais aussi augmentation de la mortalité coronaire dans 3 essais qu’il a fallu stopper prématurément 2 fois (ASCOT et JUPITER) et enfin 16 essais négatifs, soit au total 80% d’échecs.

Il est intéressant de rappeler que les 4 études positives sont toutes antérieures à 2002 et que la première d’entre elles (4S, 1994), celle qui a propulsé les statines sur le marché, en annonçant une réduction relative de mortalité de 42% en 5 ans (mais une réduction absolue de seulement 0,65% par an) n’a jamais, et de loin, été confirmée à cette échelle. Elle est pourtant la plus citée par les cardiologues (26.000 citations contre au plus 200 à 500 pour les autres et 100 fois seulement pour les études négatives, délibérément ignorées, malgré le sérieux plus grand des EC des années post-2002). Notez que les 4 EC positifs datent de 1994 à 2002 et qu’aucun depuis ne les a jamais confirmés, peut-être parce que les EC après 2003 (affaire du Vioxx) sont un peu plus contrôlés qu’avant.

- Pour les ACV majeurs, 14 EC positifs sur 24 (7/24 pour les AVC).

Si négatifs qu’ils aient été, ces EC n’en avaient pas moins reçu des noms mirobolants : JUPITER, MIRACL, IDEAL, MEGA, VICTORY, PROSPER, ILLUMINATE, PROVE IT, ASPEN, ASCOT, CORONA, ENHANCE, etc., dont 5 se terminent par une même phrase talismanique : « Bien que nos résultats soient négatifs, ils ne contredisent pas (« they do not detract) l’utilisation des statines pour prévenir les maladies cardiaques ». Rideau !!!

Bilan déjà peu brillant, mais plus que cette négativité de plus de la moitié des essais cliniques, les EC statistiquement positifs ne montrent que des réductions sous statines extraordinairement minuscules cliniquement non signifiantes, trop faibles pour être opérationnelles (il est important de toujours séparer la significavité statistique et la signifiance clinique).

Ces résultats sont si faibles qu’ils obligeraient à traiter en moyenne, selon les cas ou les EC, de 100 à 200 et plus souvent 300 à 700, patients pour écarter un accident par an, et parfois jusqu’à 2.000 ! A 700 €/an par traitement (statines, consultations et examens), ceci porterait le coût d’un accident écarté de 200.000 à 500.000 € et même parfois plus d’un million, des sommes impossibles à financer pour tous les systèmes de santé du monde.

On pourrait arguer que la santé n’a pas de prix et que réduire de 0,2% / an la mortalité coronaire d’un million de Français à risque, permettrait de reculer la mort de 2.000 Français par an (dont la moitié de plus de 80 ans et à 300.000 € par tête).

Or, ces résultats minuscules ne sont pas même crédibles parce que si les statines réduisaient la mortalité de l’ordre de 4 ou 5.000/an et les ACV de 18.000, comme le prétendent les auteurs, cela devrait entraîner une forte réduction des 50 à 60.000 décès par IM ou AVC annuels, une réduction que les statistiques épidémiologiques ne montrent pas, loin s’en faut. Ces réductions éventuelles seraient d’ailleurs dues avant tout aux autres traitements préventifs plus actifs que les statines, antiagrégants, anticoagulants, antihypertenseurs, modification du style de vie, réduction du tabac, contrôle du diabète et réanimation cardiaque d’urgence.

Nous avons d’ailleurs comparé l’efficacité des statines à celle des antiagrégants, en se basant sur les plus grandes métanalyses (HEART 2001, HAYDEN 2002, CTSU 2002). Elles montrent que la réduction de mortalité et des ACV majeurs sont 5 à 10 fois supérieures à celle obtenue par les statines et capables de réduire les ACVM de 15 à 30% sur 10 ans. De vrais traitements préventifs.

Nous avons aussi analysé l’effet des différents régimes en nous appuyant sur 21 grands EC, qui montrent que, malgré leur très faible efficacité (en particulier 3 fois moins marquée pour réduire le CHO), les régimes sont cependant 3 fois plus actifs que les statines pour réduire la mortalité coronaire et à peine inférieurs à elles pour réduire les ACV, spécialement les régimes à base de poissons gras, de noix et d’ω-3.

Des essais cliniques falsifiés

Pas biaisés, mais délibérément falsifiés à toutes les étapes, ce que nos naïfs cardiologues convaincus d’avance et qui ne les lisent même pas, n’ont pas remarqué, car ils croient aux dogmes et pensent ne pas avoir à se reporter aux réalités factuelles et aux données chiffrées. Je décris ci-dessous 13, chiffre fatidique, de ces falsifications de la recherche clinique :

1. Tous les essais sont sponsorisés et financés par les firmes, à l’exception d’un, financé par le gouvernement américain et justement négatif (ALLHAT).

2. Une firme ne peut investir 500 millions de $ ou plus dans des EC de milliers de malades sur 5 ans, dans des centaines de centres et des dizaines de pays, en recrutant et payant de 200 à 1.200 médecins investigateurs, et conclure à l’inefficacité ou au danger de ses molécules. Elle doit impérativement leur trouver au moins quelques atouts, fussent-ils mineurs, que ses services marketing pourront ensuite exploiter en oubliant les aspects négatifs.

3. Si les EC n’étaient pas falsifiés, les firmes ne refuseraient pas l’accès à leurs résultats bruts. Il n’y a aucune raison de refuser d’ouvrir les dossiers, s’il n’y a rien à cacher. Or, de nombreux procès ont montré que les firmes masquaient les résultats négatifs, publiant au contraire plusieurs fois des résultats positifs sélectionnés, La question de l’accès à ces données est actuellement débattue à l’échelle mondiale, tant il s’agit d’une donnée essentielle, mais l’industrie se bat bec et ongles pour défendre ce qu’elle considère comme une propriété intellectuelle et industrielle et au titre de la protection de l’intimité des malades… alors qu’il suffit d’un quart d’heure pour anonymiser tous les noms propres de ces résultats bruts. Cette controverse remplit actuellement chaque semaine toutes les grandes revues médicales.

4. Les données brutes recueillies sur le terrain sont ainsi le plus souvent triées et sélectionnées par les médecins salariés des firmes et non par les médecins qui ont réalisé l’essai sur le terrain, ni par aucun médecin indépendant. Les données gênantes sont alors le plus possible éliminées (dans 20 procès, l’industrie a été condamnée pour cela 20 fois à 1 à 3 milliards de $ d’amendes, dont Pfizer, Lilly, GSK, MSD, Wyeth, etc. ont fait les frais, amendes très lourdes car ce ne sont pas seulement des échecs qui sont dissimulées, mais des dizaines de morts en cours d’essai escamotés ou classés comme « perdus de vue » et qui, s’il avaient été révélés, auraient évité les centaines et parfois les milliers de morts causés par certaines molécules, Vioxx ou antidépresseurs par exemple). Pour les statines, ce ne sont pas de morts qu’il s’agit, mais de complications beaucoup moins graves et d’échecs.

5. Les EC de statines excluent de 60 à 90% des malades initialement recrutés, souvent après une période-test de 4 à 8 semaines sous placebo ou sous statines (période dite de run-in), ne retenant que des malades « idéaux », pas trop vieux, sans pathologies associées, sans risques de complications musculaires, hépatiques, cutanées, neurologiques, psychiatriques ou sexuelles des statines, des patients assez graves pour risquer un ACV, mais pas trop pour ne pas en mourir rapidement. Les résultats de ces essais sont ensuite extrapolés à toute la population générale, qui est réagira évidemment de façon bien différente, en particulier par des complications sérieuses 5 à 10 fois plus fréquentes que celles recensées dans les EC, où l’on a précisément éliminé dès le départ tous les sujets potentiellement susceptibles d’en faire et qui ne consacrent que 3 à 5% des articles à analyser les effets secondaires.

6. Au cours de ces EC de 5 ans en moyenne, 70% des patients sont perdus de vue (parmi les « perdus de vue », les firmes incluent souvent les accidents qui conduisent à interrompre le traitement). 30% interrompent d’eux-mêmes l’essai et ceux qui le terminent ne se traitent en moyenne que 75% du temps, tandis qu’à l’inverse, ceux qui sont sous placebo sont mis par leur médecin traitant à une statine dans plus de 20% des cas, de sorte qu’au bout de 5 ans, il est bien difficile de savoir qui a pris ou pas pris une statine, mais pour s’apercevoir, il faut lire les EC ligne par ligne, pas distraitement du bout d’une canne blanche. Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

7. Les critères d’évaluation sont « adaptés » et comportent non seulement les mortalités coronaires et cardiaques et les IM caractérisés, mais beaucoup de « cardiac events », d’évènements cardiaques mal définis, peu objectifs et mêlés à ce qui relève de décisions médicales,  telles que les hospitalisations et revascularisations par stents ou pontages. Ces critères individuels sont souvent regroupés en critères « composites » à géométrie variable, visant à  augmenter la signification statistique au prix d’une réduction de la signifiance clinique. Remarquons aussi que la définition de l’IM est aujourd’hui très floue (la troisième définition internationale en distingue 8 variétés, de la mort subite aux infarctus « silencieux » ou seulement « suspectés », avec des frontières ténues avec les syndromes coronaires aigus et les angor instables).

Notons encore que beaucoup de malades souffriront, au cours de l’essai, d’angor, puis d’angor instable, puis ferons 1 ou 2 IM silencieux ou pas, recevront un stent ou un pontage coronaire et seront hospitalisés plusieurs fois, de sorte que les mêmes malades apparaîtront plusieurs fois dans les statistiques, comme dans les armées mexicaines. Autrement dit, une salade illisible de critères d’évaluation permettant toutes les dérives.

8. Les résultats sont ensuite présentés de façon attractive, en termes de ce qu’on appelle la réduction relative : 100 morts d’un côté, 80 de l’autre, donc 20% de réduction. Résultat spectaculaire, mais qui masque qu’il a fallu traiter 2.000 patients pendant 5 ans pour y parvenir, soit une réduction, dite absolue, de 20/2.000, soit 1%... en 5 ans, soit 0,2% par an, soit 2 patients sur 1.000 bénéficiant du traitement, ce qui oblige à traiter 500 malades par an pour écarter un accident par an. Les cardiologues doivent comprendre que ne s’intéresser qu’aux 20% de réduction relative en 5 ans est une grave erreur.

9. Les analyses statistiques sont réalisées par les statisticiens appointés des firmes et parfois grossièrement falsifiés et de façon très visible, même pour les non-experts, mais à condition de lire réellement les résultats. J’en ai donné des exemples dans mon livre sur « La Vérité sur le Cholestérol ».

10. Les articles sont ensuite rédigés par des compagnies satellites, filiales des compagnies pharmaceutiques, spécialisées dans la rédaction à la chaîne des articles à publier et jusqu’à 500 par an, par des rédacteurs professionnels baptisés « auteurs-fantômes » (ghost writers), qui sont ensuite proposés pour signature à des « auteurs-invités » (guest authors), universitaires complaisants, qui soldent ainsi leur nom pour 10.000 $ pour un article pré-rédigé, qu’ils ne modifient souvent même pas, parce qu’ils sont souvent presque sincèrement convaincus d’avance des dangers du CHO et de l’efficacité des statines. Ayant ainsi valorisé leur titre universitaire en dollars, ils valorisent en contrepartie l’article par leur signature, signature d’autant plus connue qu’ils répètent l’opération chaque année ou plusieurs fois par an (voir en France les innombrables publications de N.D. ou de quelques autres cardiologues). Ils atteignent ainsi à une notoriété quantitative qui les propulsent au premier rang des estrades de congrès et au bureau ou à la tête des sociétés de cardiologie.

11. Valorisés par leur « guest authors », les articles sont acceptés les yeux fermés par les éditeurs des grands journaux, qui sont d’autant moins exigeants sur la qualité scientifique des travaux qu’ils ont eux-mêmes, et de plus en plus, même les plus grands, besoin pour survivre de la publicité pharmaceutique et surtout des commandes de « suppléments » et de centaines de milliers de tirés à part, distribués ensuite directement aux médecins par les visiteurs médicaux.

12. Après quoi, les mêmes universitaires qui ont cosigné ces articles conduisent leurs sociétés savantes, toujours à cours d’argent, à promouvoir la molécule à travers leurs congrès et séminaires internationaux, nationaux régionaux et départementaux.

13. Enfin, les agences de santé des états, qui ont la charge d’établir des recommandations officielles, font plutôt naïvement et comme naturellement appel à ces mêmes représentants des sociétés savantes, pour les rédiger, de sorte qu’en pratique l’industrie pharmaceutique tient quasi-directement la plume des prescripteurs avec l’appui de ses visiteurs médicaux et des journaux à sa merci comme tant de publications médicales. Il faut alors tout le travail, la lucidité l’abnégation, le courage et la rigoureuse honnêteté de la revue indépendante « Prescrire » et de quelques associations de généralistes, comme Formindep, pour résister à cette marée d’informations falsifiées.

(Sur tous ces sujets, voir le livre de M. Angell, que j’ai traduit, du Pr J. Kassirer, de R. Smith, tous anciens éditeurs en chef du New England Journal of Medicine ou du British Medical Journal, ou du Dr B. Goldacre, aussi du Guardian que je traduis,… ou de J. Virapen, ex de Lilly, qui va sortir et dix autres).

Car il y a bien d’autres roueries encore, cousues de fil blanc, pour peu qu’on veuille bien ouvrir les yeux et ne pas résumer l’action médicale à la prescription de médicaments récents, quelle que soit leur réelle efficacité, leur prix et leurs risques, comme c’est actuellement le cas avec les nouveaux anticoagulants, les nouveaux antidiabétiques, etc.

La nano-enquête bâclée de N. Danchin et son extrapolation illicite 

Troisième et quatrième piliers vermoulus de l’article de N.D., l’extrapolation illicite d’une micro-enquête bâclée en un mois, sur 142 patients interrogés par un simple questionnaire écrit, soit 1 pour 50.000 des Français sous statines !

Donc 26 de ces 142 patients envisageaient de stopper les statines (18%) (« very few », très peu, disent les auteurs, l’auraient effectivement fait). En extrapolant à tous les Français sous statines, c’est 4.492 accidents cardiovasculaires et 1.159 morts coronaires de plus à prévoir dans l’année, disent-ils, dont les auteurs du « Guide des Médicaments » et celui de « La Vérité sur le Cholestérol » seraient responsables, soit plus de 3 décès par jour, un toutes les 7 heures ! Remarquons au passage que les cardiologues n’ont pas hésité depuis 10 ans que les statines sont largement utilisées, à poursuivre les essais pour tenter désespérément d’apporter la preuve de leur efficacité ou pour lancer de nouvelles statines ou pour en augmenter les doses et qu’ils ont ainsi introduits 100.000 patients dans ces essais, dont 50.000 sous placebo sans le savoir, et cela pendant 5 ans. De combien de morts, si on utilise leurs critères, sont-ils ainsi eux-mêmes responsables ?

Rappelons succinctement et sans entrer dans les détails, qu’un résultat statistique fondé sur un échantillon de 142 personnes n’apporte, selon la règle de Schrödinger (Nobel de Physique), qu’une précision très faible, ici de l’ordre de ± 10%. Son extrapolation à 6 millions de Français se fait donc en première approximation avec une précision comparable de ± 600.000. Le résultat n’est donc pas 1.159 morts supplémentaires, mais 1.159 ± 600.000, sans évidemment la moindre signification, la dispersion étant 500 fois supérieure à la grandeur mesurée.

L’extrapolation réalisée dans cet article devrait entrer dans les annales des sottises statistiques et être, à ce titre, enseignée sous le nom « d’erreur Danchin »  aux enfants des écoles dès la classe de 6ème. Il est d’ailleurs probable et à espérer que les auteurs n’y croient pas eux-mêmes, mais ils n’ont clairement pas mesuré le ridicule de leur argumentation. Il y a des erreurs qui devraient briser des carrières. Mais ce n’est pas la première des cardiologues de l’HEGP. En 2011, le Pr JY. L. s’était illustré (Lancet 2011, 378 : 662) en s’élevant hystériquement contre la lenteur de l’Agence Européenne du Médicament, qui avait mis 6 mois de plus que la FDA américaine pour autoriser le nouvel anticoagulant Pradaxa, en affirmant que ce retard de 6 mois avait été responsable d’un véritable génocide européen, qu’il chiffrait à 90.000 AVC supplémentaires que le miraculeux Pradaxa aurait permis d’éviter. Il était évident dès cette époque et largement confirmé aujourd’hui que le Pradaxa n’est pas plus efficace que les anciens anticoagulants, mais qu’il est plutôt plus dangereux et surtout beaucoup plus cher que les thérapeutiques antérieures, comme le montre la lecture des EC et les avis, toujours pertinents, de « Prescrire » et de la Commission de Transparence de la haute Autorité de Santé.

Conclusion

Bien qu’il contribue à déstabiliser un peu plus les médecins et surtout les patients, cet article très remarqué, au moins par le Quotidien du Médecin, comporte deux éléments positifs.

Premier élément, ma remise en cause de l’utilité des statines serait parvenue aux oreilles de 68% des patients et 18% songeraient à l’interrompre, après en avoir discuté avec leur médecin et je l’espère, pas de leur propre chef, car la valeur d’une prescription vaut ce que vaut le dialogue médecin-malade, même si, comme l’écrit si bien F. Saldmann, notre principal médicament c’est nous-mêmes.

Deuxième élément positif, les controverses sur le CHO et sur les statines que certains cardiologues avaient décrétées définitivement closes (« il n’y a pas de controverse », avait déclaré, péremptoire, le cardiologue le plus compromis avec l’industrie pharmaceutique, plus même que N. Danchin (un fonctionnaire de l’Etat en même temps titulaire de 17 contrats financiers personnels, membre de 6 « Advisory Reboards » et plusieurs « Speaking Bureaus » des compagnies, coacherman d’un grand « Registry » international réunissant 1500 médecins et 50000 malades dans 60 pays, entièrement financé par une grande firme, évidemment par philanthropie). La controverse de Valladolid du CHO aura pourtant bien lieu désormais, quoi qu’en pense ce « gran inquisitor ». La voici rallumée grâce à N. Danchin, que j’en remercie. Mon prochain livre et mon prochain article dans un journal scientifique ne pourront plus être étouffés.

Il en va de la sécurité des patients, car il y a beaucoup à dire des complications sérieuses et même quelquefois graves des statines auxquelles les auteurs des EC ne consacrent que 3 à 9% de leurs articles, ne les évaluant qu’à 3% des patients, prétendues le plus souvent pas plus fréquentes et même parfois moins fréquentes que sous placebo, mais après avoir éliminé des essais tous ceux qui pouvaient en souffrir. Hors EC, elles imposent pourtant l’arrêt des traitements dans 14 à 17% des cas, alors que le Pr Philippe Gabriel Steg, autre Danchin, le « gran inquisitor » (qui cosigne, lui, un article tous les 9 jours, record de France), estime que les statines sont « very safe » (très sûres).

Il en va aussi de la vérité scientifique et il faudra bien éradiquer les mythes archaïques sans base objective et rétablir à la place qu’elle mérite, l’une de nos plus précieuses molécules, le CHO, de façon à résister demain aux futurs anti-CHO que prépare désespérément l’industrie pour remplacer la poule aux œufs d’or des statines, aujourd’hui génériquées. Ce ne sera pas chose facile pour elle, qui a déjà essuyé de terribles échecs avec l’Ezetimibe et surtout les Cetrapides (qui, au prétexte d’augmenter les HDL, le soi-disant « bon cholestérol », ont pratiquement doublé le nombre de morts avec le désormais fameux EC « ILLUMINATE » au nom prédestiné), mais elle a de grands espoirs dans les futurs anti-PCSK-9, des anticorps monoclonaux ou des mini-ARN qui, s’ils s’avéraient cliniquement efficaces, seraient un traitement non pas à 1, mais à 50 € par jour. Il faudra bien alors en réduire les indications pour les financer. Il est cependant fort probable que ces nouveaux anti-CHO n’auront aucun effet clinique mesurable et échoueront à maintenir les ressources financières de quelques grandes firmes. Résultats dans 3 ans.

Pour ces deux éléments positifs, je remercie Nicolas Danchin et ses collaborateurs, mais j’aurais préféré qu’ils m’invitent à discuter au fond. Mais il leur faudra préparer leur dossier mieux qu’ils ne l’ont fait pour cet article. Je veux d’ailleurs bien leur apprendre gratuitement la biologie, la biochimie et les statistiques qu’ils paraissent ignorer.

P.S. Je n’ai pas relevé ici les petites erreurs dont fourmille l’article, soit au niveau des références (telles les références 7 et 10) ou le fait qu’il y aurait, disent-ils, 8,7% des Français sous statines, soit avec 6 millions de consommateurs, 58 millions de Français et non 65 millions, ou encore le nombre de sujets en PS qui serait de… 1.218 millions. Je n’ai pas non plus donné la liste des 800 références et des 20 ouvrages anglo-saxons sur lesquels est basé ce commentaire. Ça viendra. (plus de 150 figurent dans mon livre « La Vérité sur le Cholestérol »).

Pr Philippe Even, professeur émérite, Université Paris Descartes

Le Pr Philippe Even n’a et n’a jamais eu aucun lien financier avec quelque industrie que ce soit.

Lire également le commentaire du Dr Michel de Lorgeril

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
+3 15 03-06-2014 10:24
J'ai dit à mes amis de supprimer les anti-cholestérols et ils se sentent mieux, notamment plus de douleurs musculaires et fatigue. bravo au courage de Pr Even et Debré. Mais que font nos politicards habitués à fermer les yeux devant ces scandles sanitaires
 
 
+2 14 02-06-2014 16:15
J'appartiens à une famille de médecins (une fille hématologue et deux beaux-frères respectivement généraliste et chirurgien et, depuis des décennies, je suis de près par curiosité intellectuelle l'évolution des sciences.
C'est ainsi que je pense bien avoir compris cet article. Médicament allopathique = poison potentiel, aux "effets indésirables" toujours possibles. Les fortes sommes englouties dans une molécule inclinent naturellement un laboratoire à en valoriser les effets éventuellement favorables et à minimiser ses effets nocifs. Le résultat du télescopage au sein d'une même entreprise des intérêts financiers de la recherche et l'évaluation scientifique de ses résultats relève de la gageure, sans avoir à imaginer – mais sans exclure toutefois – un traitement sciemment biaisé de cette gageure.
Ainsi, cet article me semble très convaincant.
Comment couper effectivement le lien entre recherche de l'industrie pharmaceutique et contrôle des mises sur le marché ?
 
 
+1 13 18-03-2014 11:50
Citation en provenance du commentaire précédent de lenaif :
Je prends des statines depuis 4 ans et je m'en trouve très bien.
Ce ne sont pas les soi-disant vérités du Pr Even qui me feront arrêter.

Et jusqu'à quand ça ira bien pour vous croyez vous ? J'ai pris des statines pendant 20 ans, et ça allait bien aussi. Mais petit à petit au fil des ans les problèmes sont apparus. Et aujourd'hui je ne les tolère plus du tout.
 
 
-7 12 22-11-2013 22:52
Je prends des statines depuis 4 ans et je m'en trouve très bien.
Ce ne sont pas les soi-disant vérités du Pr Even qui me feront arrêter.
 
 
+6 11 30-10-2013 22:36
Un grand bravo pour cet article, je commence à croire de nouveau que le visage du bien est toujours parmi nous. Sidérant je n'arrive pas a trouver les mots pour réagir, je sais je ne peux tout savoir et peut être même que déjà sur l'autel du sacrifice des firmes eh oui mais criminelles dans ce cas, sans le courage et l'honnêteté de ce grand monsieur le professeur Even nous serions juste des petits cobayes insignifiants. Merci à vous professeur.
 
 
+3 10 30-10-2013 22:15
Le professeur Éven est un véritable héro, j'ai lu cet article avec beaucoup d'émotion et d'effroi, nous savons que le biz des grosses firmes se structure de manière opaque mais ici il s'agit d'une grosse arnaque criminelle. J'arrête les statinnes à l'instant, j'avais un doute quat à l'efficacité des ces petites pilules, depuis que je mange des noix et des séances de jogging 2 fois par semaine je me porte mieux et j'ai la pêche. Merci professeur Éven, vous êtes entendu.
 
 
+3 9 Papouillet 25-10-2013 18:56
Permettez-moi une remarque d'ordre mathématique qui n'arrange pas le cas de l'étude "Danchin", s'il en était besoin.
Au chapitre "l'illusion des statines", vous écrivez que, tous calculs faits, la réduction de mortalité annuelle est de 0,08% soit 8 pour mille.
0,08% ne serait-il pas plutôt 8 pour dix mille.
C'est à dire de plus en plus voisine de zéro, et parfaitement non-signifiante.
 
 
+8 8 17-10-2013 11:26
Naïveté d'un grand nombre de médecins, qui ne se sont pas aperçus pendant des années, qu'ils étaient manipulés par l'industrie pharmaceutique, se référant à leurs "Spécialistes" de confiance.
 
 
+12 7 13-10-2013 09:54
Merci aux donneurs d'alerte.Merci au Pr EVEN - Merci aux justes, il en reste.
Les magasins diététiques indépendants tiennent aussi ce discours depuis longtemps. Cette analyse est très bien faite. Elle synthétise divers aspects biologiques, physiologiques, commerciaux, sociétaux, etc. Rares sont ceux capables d'étudier un sujet dans sa globalité.
 
 
+16 6 12-10-2013 12:43
Merci au Professeur Even de continuer ce combat pour "éclairer" des élites de la santé qui sont bien évidement plus préoccupées par leurs "égo" et leurs statuts sociaux aux risques de gaspiller des vies humaines , que par la santé .
Continuez!!
 

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Le lait et le cancer

L'idée que les produits laitiers pourraient favoriser certains cancers a longtemps été niée par les autorités sanitaires et bien sûr l'industrie laitière. Quels sont les liens réels entre laitages et cancers ? Par quels mécanismes ? LaNutrition.fr fait le point sur les preuves scientifiques et vous explique les risques possibles selon les cancers ainsi que les portions quotidiennes à ne pas dépasser

>> Lire le dossier (Abonnés)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires