publicité

mercredi 17 septembre 2014 - pour plus de confort utilisez mozilla firefox ou google chrome

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Les experts américains déconseillent le dépistage du cancer de la prostate par PSA

Les bénéfices du dépistage sont très minces par rapport aux inconvénients.

Sylviane Passard - Mercredi 03 Avril 2013
Partagez |
Les experts américains déconseillent le dépistage du cancer ...
AugmenterRéduireTaille du texte

De très nombreux médecins prescrivent à leurs patients hommes, à partir de 40 ans, un dosage de l’antigène spécifique de la prostate ou PSA, dans le cadre du dépistage du cancer de la prostate – et ce, même en l’absence de symptômes.

Le groupe d’experts de l’United States Preventive Services Task Force, une organisation créée en 1984 sous l’égide du ministère de la santé, pour formuler des recommandations de santé publique aux Américains, vient dans un avis, de conseiller aux patients comme aux médecins de ne pas pratiquer ce dépistage, parce que les bénéfices potentiels de ce test ne sont pas supérieurs à ses inconvénients.

Ce point de vue était déjà celui de LaNutrition.fr en janvier 2012.

Lire : Non aux traitements inutiles et invalidants

Le cancer de la prostate est l’un des cancers les plus fréquents chez l’homme. Un test sanguin qui mesure le niveau d’antigène spécifique de la prostate ou PSA peut détecter un cancer avant que des symptômes apparaissent. Si le PSA est élevé, le médecin peut demander une biopsie.

La plupart des cancers se développent très lentement, et les hommes qui en sont atteints meurent le plus souvent d’une autre cause. A l’heure actuelle, il est impossible de dire avec certitude quels cancers sont agressifs, et quels autres ne menacent pas le patient. Or le dépistage place les hommes peut générer un stress inutile, et des traitements tout aussi inutiles qu’ils soient chirurgicaux, hormonaux ou de radiothérapie, sans parler des complications et effets secondaires (troubles sexuels, incontinence et parfois même décès).

Lire : Les opérations inutiles de la prostate sont une tragédie

Les experts de l’USPTF, après avoir analysé l’ensemble des données disponibles, ont conclu que le dépistage par PSA prévient zéro à un décès pour 1000 hommes dépistés. Aucune étude ne trouve de bénéfice sur la mortalité totale.

Les experts américains reconnaissent cependant que des hommes puissent demander un tel dépistage, et que des médecins puissent le proposer. La décision de mesurer le PSA, disent-ils, doit être réfléchie ; le patient dit être informé des bénéfices et des risques potentiels qu’elle peut entraîner.

A noter que le PSA peut aussi s’élever en l’absence de tumeur, par exemple, dans les prostatites.

Ces recommandations ne concernent pas les patients ayant eu un diagnostic de cancer ou ayant été traités pour un cancer.

Les causes du cancer de la prostate sont mal connues, et probablement multiples. Sur le plan alimentaire, la consommation élevée de produits laitiers (au niveau des recommandations officielles, soit 3 à 4 par jour), a été mise en cause dans de très nombreuses études.

Lire : le lait est toxique pour la prostate.

Les aliments glycémiants seraient aussi en cause.

Lire : Comment le sucre et les féculents donnent le cancer

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
0 2 10-04-2013 11:15
C’est vrai que le dépistage du cancer de la prostate comporte des risques et qu'il peut y avoir des "faux" positifs. Mais pour les personnes à risque (antécédents familiaux, âge…) il est nécessaire et efficace!
A ce sujet, cet article aborde PRÉCISÉMENT ce paradoxe et le rôle du dépistage dans le cancer de la prostate:
http://www.carenity.com/pathologies/cancer-de-la-prostate/depistage-du-cancer-de-la-prostate
 
 
0 1 03-04-2013 12:41
En tant que naturopathe, j'ai fournit du prostasan de la maison Vogel à mon père qui avait un taux PSA très élevé. Cela fait plus de cinq ans et tout est rentré dans l'ordre. A bon entendeur.
 

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Recettes sans gluten et sans lait à IG bas

Un régime sans gluten ni laitages peut vous changer la vie, à condition de ne pas se tromper. La plupart des aliments farineux sans gluten font grimper la glycémie parce que le blé y est remplacé par des farines de riz ou de maïs qui ont un index glycémique élevé. Si bien qu'on risque de prendre du poids ! Mais Christine Calvet vient de publier un recueil de recettes sans gluten et sans lait, à index glycémique bas : A table ! Sans gluten et sans lait. Une bonne idée pour se faire du bien sans fausse note ! Pour commander ce livre, c'est ici. (Publicité)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires