publicité

jeudi 08 décembre 2016

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Dr Tom Jefferson : "On ne sait toujours pas si le vaccin contre la grippe est efficace"

Le Dr Tom Jefferson (Groupe Cochrane) rappelle dans cet entretien que les vaccins contre la grippe n’ont toujours pas fait la preuve de leur efficacité.

LaNutrition.fr - Vendredi 29 Janvier 2016
Partagez |
Dr Tom Jefferson : "On ne sait toujours pas si le vacci...
AugmenterRéduireTaille du texte
Mots-clés grippe, vaccins

Dans tous les pays développés, les gouvernements sont à l’origine de campagnes de santé publique qui encouragent les patients vulnérables - notamment les personnes âgées - et les personnels de santé à se faire vacciner contre la grippe. Ces conseils sont-ils basés sur des preuves scientifiques solides ? Non, répond le Dr Tom Jefferson, épidémiologiste au groupe indépendant Cochrane (Londres). Avec ses collègues il a publié plusieurs revues systématiques des études sur l'efficacité des vaccins antigrippaux. Conclusion : les preuves sont insuffisantes pour soutenir l’idée que les vaccins contre la grippe réduisent les taux d'infection ou la mortalité, y compris chez les personnes âgées. Il répond à nos questions.

LaNutrition.fr : Le groupe Cochrane a publié une analyse des études portant sur l'efficacité des vaccins contre la grippe chez les personnes âgées. Qu’avez-vous trouvé ?

Dr Tom Jefferson : Nous avons examiné les études sur les vaccins chez les personnes âgées et chez les personnels de santé qui travaillent auprès des personnes âgées, et nous avons trouvé que leurs résultats ne sont tout simplement pas plausibles. Nous avons des études qui prétendent que les vaccins ont  jusqu'à 90% d'efficacité sur la mortalité, toutes causes confondues, chez les patients vaccinés par rapport aux non-vaccinés. Si cela était vrai, cela signifierait que le vaccin contre la grippe est efficace non seulement contre la mortalité liée à la grippe, mais aussi contre la mortalité cardiovasculaire, les accidents vasculaires cérébraux, l'hypothermie, les accidents et toutes les autres causes fréquentes de décès chez les personnes âgées. C'est très clairement absurde.

Cela ne veut pas dire que ces études et d'autres, prises dans leur ensemble, suggèrent que les vaccins ne fonctionne pas pour les personnes âgées. La réponse est en forme de point d'interrogation. Nous ne savons pas quelle protection les vaccins offrent – s’ils en offrent seulement une. Je ne pense pas que ce soit une mauvaise chose que de ne pas savoir. L'incertitude est le moteur de la science. Nous avons besoin de grandes études pour savoir.

Pourquoi pensez-vous de telles études n'ont pas été faites ?

Je ne sais pas. Cela fait des années que nous réclamons des niveaux de preuve plus conséquents, sous la forme d’études contre placebo : une population vaccinée, l’autre pas, mais les gouvernements ne semblent pas vouloir répondre à cette question. C'est une situation extraordinaire.

L’argument qui vous est opposé, c’est que ce ne serait pas éthique de comparer un vaccin à un placebo, parce que cela reviendrait à priver les patients d’un traitement crucial pour leur santé. Etes-vous d'accord ?

Non. Puisque nous ne savons justement pas si les vaccins sont efficaces, on ne peut pas opposer ce type d’objection. Mais si on croit réellement que les placebos, ce n’est pas éthique, alors pourquoi ne pas comparer la vaccination à des mesures qui ont fait leurs preuves comme les masques, le lavage des mains, les gants, la mise en quarantaine – des mesures de santé publique qui ont prouvé leur efficacité?

Vous êtes un grand fan de ces interventions dites physiques. Pourquoi ?

Il existe des preuves solides qu’elles sont efficaces contre tous les virus grippaux, et pas seulement les souches spécifiques contre lesquelles le vaccin contre la grippe est dirigé. Elles sont culturellement acceptables et bon marché, et elles réduisent les taux de transmission d'autres virus aussi. Un grand Américain appelé Stephen Luby, du Centre de contrôle des maladies [CDC, Atlanta] a publié une étude conduite à Karachi, au Pakistan, qui a révélé que ces interventions physiques sauvent des vies. Il devrait recevoir un prix Nobel pour son travail, mais je suis sûr que cela n’arrivera jamais.

Pourquoi pensez-vous que vos conclusions sur les vaccins sont ignorées des décideurs ?

Dans une étude, nous avons examiné le type de science sur laquelle les décideurs se fondent, et c'est inquiétant de voir le fossé entre la politique de santé publique et les preuves. Nous avons regardé ce qui se passe à l’Organisation mondiale de la santé, aux CDC, au Royaume-Uni, en Australie et en Allemagne - ils se basent sur ce qu’on appelle en science un "biais de citation." Ils citent des études en faveur des vaccins, mais d'autres études qui ne trouvent pas d'effet sont laissées de côté. Plus grave encore, il n'y a pas d'évaluation critique des méthodes. C’est troublant. Je pense que dans le cas de la grippe il ya le sentiment au sein des gouvernements que "il faut faire quelque chose". Eh bien, vous pouvez faire quelque chose : vous pouvez mieux promouvoir des mesures de santé publique qui ne coûtent rien tels que le lavage des mains. Car ça marche.

Avez-vous des difficultés à convaincre ?

Il n'ya aucune chance que le groupe Cochrane puisse rivaliser avec la communication des gouvernements. C'est David contre Goliath. Quand Obama encourage les vaccins, je n'ai aucune chance.

Alors, que recommanderiez-vous aux personnes de plus de 65 ans pour se protéger de la grippe ?

S'ils veulent se baser sur de bonnes preuves scientifiques, ils devraient se laver les mains. Je voudrais aussi les encourager à écrire à leur député ou leur sénateur, en leur demandant de faire pression sur leur gouvernement pour demander que soit conduite une étude en bonne et due forme pour savoir si ces vaccins fonctionnent réellement.

Êtes-vous sceptique sur l'efficacité de tous les vaccins ?

Comme je suis sceptique sur l’efficacité des vaccins anti-grippe, les gens me demandent toujours si je suis contre les autres vaccins. C’est faux. J'ai cinq enfants. Ils ont tous été vaccinés contre les principales maladies. Ces vaccins ont fait leurs preuves. Je ne suis pas anti-vaccins. Je suis anti-preuves insuffisantes.

Pour aller plus loin, lire : Vaccins, mensonges et propagande 2ème éd - Sylvie Simon.

 

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
+1 2 kiloway 22-02-2012 14:46
Citation en provenance du commentaire précédent de Mathias GROSSIORD :
Pourriez-vous lister les études qui démontrent un impact positif du lavage de mains?
j'ai lu sur un autre forum que cela n'avait jamais été démontré scientifiquemen t...

Merci

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/14651858.CD006207.pub4/abstract;jsessionid=2ADA548370B2C69E30F8061EF2DD5DAB.d01t02
 
 
0 1 matsch 22-02-2012 12:51
Pourriez-vous lister les études qui démontrent un impact positif du lavage de mains?
j'ai lu sur un autre forum que cela n'avait jamais été démontré scientifiquemen t...

Merci
 

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Le lait et le cancer

L'idée que les produits laitiers pourraient favoriser certains cancers a longtemps été niée par les autorités sanitaires et bien sûr l'industrie laitière. Quels sont les liens réels entre laitages et cancers ? Par quels mécanismes ? LaNutrition.fr fait le point sur les preuves scientifiques et vous explique les risques possibles selon les cancers ainsi que les portions quotidiennes à ne pas dépasser

>> Lire le dossier (Abonnés)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires