publicité

vendredi 19 septembre 2014 - pour plus de confort utilisez mozilla firefox ou google chrome

Abonnez vous à la newsletter de lanutrition.fr

Aliments à la loupe

Comment le lait perturbe votre métabolisme

Le lait active des facteurs de croissance et favorise la prolifération cellulaire en envoyant des signaux métaboliques aux cellules.

Marie-Céline Jacquier - Mercredi 07 Août 2013
Partagez |
Comment le lait perturbe votre métabolisme
AugmenterRéduireTaille du texte

Le lait est l’aliment développé par l’évolution des mammifères pour le développement des nouveau-nés. La consommation de lait de vache et de produits laitiers tout au long de l'existence est un comportement relativement récent dans l’histoire d’Homo sapiens puisqu'il apparaît dans de petits foyers humains il y a dix mille ans environ (sur les 7 millions que compte l'espèce humaine).  Cette consommation tout au long de la vie ne prévient pas les fractures osseuses comme le fait croire l'industrie laitière, et elle a des conséquences sur la santé que l'on commence seulement à cerner. 

Lire : Pas besoin de lait pour être en bonne santé, disent 2 chercheurs de Harvard

La consommation de lait de ruminant au-delà de la période néonatale est associée à une augmentation de la taille moyenne de l'enfant et de l'adolescent. Elle est aussi associée à un risque accru de diabète de type-1 chez les enfants à risque, de maladies auto-immunes (comme la sclérose en plaques) et de certains cancers (prostate, ovaires) ; mais elle est aussi liée à un risque plus faible de cancer du côlon… Les effets biologiques du lait sont donc complexes mais réels. 

Lire : Le lait entier accélérerait la progression du cancer de la prostate

 

Lire : Nouvelle preuve que le lait de vache augmenterait le risque de diabète de type 1

Un nouvel article du Journal of Nutrition présente les voies de signalisation dans lesquelles le lait s’immisce pour favoriser la croissance, la prolifération des cellules et probablement certaines pathologies. Selon les chercheurs allemands qui ont réalisé cette revue de littérature, deux grandes catégories de constituants du lait envoient des signaux aux cellules humaines : certains acides aminés et les micro-ARN.

Tout d'abord, le lait contient du tryptophane, un acide aminé favorisant la synthèse de sérotonine, qui elle-même augmente la sécrétion d’hormone de croissance. En effet, la consommation de lait accroît les taux d’hormone de croissance, mais aussi du facteur de croissance IGF-1. Les protéines du lactosérum (whey) fournissent aussi des quantités importantes d’acides aminés branchés : leucine, isoleucine et valine. Or la leucine active un complexe cellulaire important pour la croissance et la prolifération des cellules (mTORC1). Ce complexe est impliqué dans différentes maladies de civilisation : obésité, diabète de type-2, hypertension, maladie d’Alzheimer, cancer de la prostate. Les acides aminés branchés sont d’ailleurs utilisés par les sportifs pour augmenter leur masse musculaire.

Lire : Comment augmenter la force musculaire

En parallèle, le lait contient de petites vésicules appelées « exosomes », mesurant 50 à 100 nm, à l’intérieur desquelles se trouvent des fragments d’ARN : les micro-ARN aussi nommés « miRs ». Les micro-ARN contrôlent des gènes en s’associant aux séquences d’ARNm. Or le lait contient des concentrations particulièrement élevées d’ARN ; ces micro-ARN jouent un rôle dans le développement du système immunitaire du nouveau-né, mais qu’en est-il plus tard ? Dans les vésicules, les micro-ARN du lait de vache sont protégés de la dégradation : ils résistent à la chaleur, si bien que le lait pasteurisé en contient toujours des concentrations non-négligeables !

Les micro-ARN du lait passeraient la barrière intestinale pour rejoindre la circulation générale. Plusieurs micro-ARN du lait de vache auraient un effet néfaste sur la santé humaine :
•    miR-21 : véritable oncogène, il contribue à la prolifération des cellules dans le cancer du rein. 

•    miR-103 : tout comme miR-21, ce micro-ARN favoriserait l’adipogenèse, c’est-à-dire le développement du tissu adipeux, et donc l’obésité,
•    miR-29b : ce micro-ARN maintient des niveaux élevés d’acides aminés branchés dans le sang, phénomène qui favoriserait la résistance à l’insuline. A noter d'ailleurs que tous les laitages ont un index insulinémique élevé, c'est-à-dire qu'ils entraînent une sécrétion importante d'insuline.

Certains de ces effets biologiques du lait sont confirmés par l'épidémiologie, d'autres pas. Par exemple, en dépit d'une stimulation importante de la sécrétion d'insuline, il n'y a pas aujourd'hui de preuves que la consommation de lait ou de produits laitiers augmente les risques d'obésité ou de diabète de type-2.

Source

Bodo C Melnik, Swen Malte John et Gerd Schmitz. Milk is not just food but most likely a genetic transfection system activating mTORC1 signaling for postnatal growth. Nutrition Journal 2013, 12:103. 25 juillet 2013. doi:10.1186/1475-2891-12-103.

Réduire Augmenter Taille du texte
Partagez |

Pour aller plus loin : La sélection de LaNutrition.fr

Commentaires  

 
0 6 05-09-2013 15:57
Citation en provenance du commentaire précédent de GianFrancoBre :
Convaincu des méfaits du lait de vache, j'ai supprimé toute consommation suite à des problèmes très importants sur mon intestin : j'étais malade et obligé à appeler un médecin.
Mais je consomme yaourt de lait de brebis. Est-ce que vous pensez qu'il y a des contre indication avec les yaourt ?
Merci pour vos conseils.
Cordialement
GFB

Si vous tolérez les protéines laitières, vous pouvez consommer des yaourts. Si vous ne tolérez pas le lactose, évitez les yaourts auxquels on a ajouté de la poudre de lait.
 
 
0 5 05-09-2013 14:48
Convaincu des méfaits du lait de vache, j'ai supprimé toute consommation suite à des problèmes très importants sur mon intestin : j'étais malade et obligé à appeler un médecin.
Mais je consomme yaourt de lait de brebis. Est-ce que vous pensez qu'il y a des contre indication avec les yaourt ?
Merci pour vos conseils.
Cordialement
GFB
 
 
0 4 28-08-2013 00:42
La partie de l'article qui parle des acides aminés du lait, est clairement une supercherie! là ont veut nous prendre pour des nigauds. Les protéines du soja par exemple, contiennent à peine moins d'acides aminés branchés que le lait et de plus ces protéines végétales sont très riches en arginine, un acide aminé réputé pour sa capacité à stimuler la production d'hormone de croissance, il en est d'ailleurs de même pour les protéines de pois. Les protéines de l'oeuf sont également très riche en acide aminés branchés.
Cette pseudo hypothèse ne tient donc pas la route et fait douté du reste de l'article... Là franchement j'avoue être déçu du niveau.
 
 
+1 3 24-08-2013 15:42
Le lait c'est monstrueux!
http://www.youtube.com/watch?v=gUnwj6T3I0A
 
 
-1 2 yves collomp 24-08-2013 10:26
J'ai arrêté le lait de nombreuses année car Dextreit, Geoffroy et autres naturistes m'avaient indiqué que l'homme est le seul mammifère qui boit un autre lait que celui de sa mère mais le livre de "TATY" "Qui a peur de ce grand méchant lait" m'a convaincu de m'y remettre . Bien sûr lait cru biologique non chauffé. Un bon verre de ce lait ce n'est que 3 grammes de gras et de bon gras, ce n'est pas acide, ce n'est pas salé, ça passe tout seul et c'est goûteux.
Alors ce lait est-il une "vacherie?".
Merci de m'éclairer.
Yv
 
 
+1 1 23-08-2013 14:27
Pas besoin d'être médecin pour constater les méfaits des produits laitiers.
Langue blanche, mauvaise haleine, pesanteur, gaz énormes. Mais où trouver le calcium ?
Voire mycose buccale avec certains fromages.
Quand je supprime ces produits, ma bouche est intacte.
En tout cas, un grand bravo à la nutrition.fr ! j'espère avoir des conseils pour le calcium.
POUR LE CODE, MERCI DE PENSER AUX PERSONNES MALVOYANTES.
 

Pour publier un commentaire sur cet article, vous devez être abonné(e) à LaNutrition.fr

Recettes sans gluten et sans lait à IG bas

Un régime sans gluten ni laitages peut vous changer la vie, à condition de ne pas se tromper. La plupart des aliments farineux sans gluten font grimper la glycémie parce que le blé y est remplacé par des farines de riz ou de maïs qui ont un index glycémique élevé. Si bien qu'on risque de prendre du poids ! Mais Christine Calvet vient de publier un recueil de recettes sans gluten et sans lait, à index glycémique bas : A table ! Sans gluten et sans lait. Une bonne idée pour se faire du bien sans fausse note ! Pour commander ce livre, c'est ici. (Publicité)

La boutique

publicité

publicité

Les guides de A à Z

Les traitements

Les maladies

Les aliments

Les régimes

Les compléments alimentaires