Dégénérescence maculaire : vers un complément alimentaire encore plus efficace

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 16/05/2013 Mis à jour le 06/02/2017
L'ajout de lutéine et zéaxanthine à un complément classique de vitamines C et E, cuivre et zinc ralentit la progression de la maladie. Les oméga-3 n’apportent pas de bénéfice supplémentaire.

Les personnes souffrant de DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) reçoivent aujourd'hui un complément antioxydant avec des vitamines, des minéraux et du bêta-carotène car un tel complément ralentit la progression de la maladie. Peut-on améliorer encore les bénéfices de la supplémentation en modifiant la formule originale ? C’était l'objectif de l’étude AREDS2 (Age-Related Eye Disease Study 2), qui a duré 5 ans et impliqué plus de 4000 patients âgés de 50 à 85 ans (1). Cette étude a été publiée dans le Journal of the American Medical Association.

Dans les pays développés, la DMLA est la première cause de malvoyance chez les plus de 50 ans. Cette maladie dégénérative de la rétine toucherait un million de personnes en France.

L’étude AREDS a été lancée en 1992 pour savoir si un supplément quotidien de vitamines C et E, bêta-carotène, de zinc et de cuivre peut limiter la progression de la DMLA et réduire le risque de cataracte. En 2001, les chercheurs ont rapporté que par rapport au placebo la formulation originale réduit de 25% environ le risque de progression de la DMLA, sans effet sur la cataracte. Sur 10 ans, le risque de DMLA avancé est réduit de 25 à 30%.

La formule originale de l'étude AREDS :

  • Bêta- carotène- 15 mg (25000 UI)
  • Vitamine C- 500 mg
  • Vitamine E- 400 UI
  • Zinc (oxyde)- 80 mg
  • Cuivre (oxyde)- 2 mg

Les chercheurs ont voulu savoir si l’ajout de caroténoïdes (lutéine, zéaxanthine) et d’acides gras oméga-3 (EPA et DHA) à la formule originale pouvait apporter un effet protecteur supplémentaire.

Les caroténoïdes sont une grande famille de pigments végétaux de couleur jaune-orange. On en trouve dans les carottes (bêta-carotène), les tomates (lycopène), mais aussi dans la courgette, le broccoli, les épinards, le maïs ou le jaune d'oeuf (lutéine, zéaxanthine). Des études ont montré que lutéine et zéaxanthine préservent la rétine des réactions d'oxydation qui pourraient l'endommager.

On trouve les acides gras oméga-3 notamment dans l'huile de colza et de cameline, les graines de lin (acide alpha-linolénique), mais aussi sous la forme de molécules à longues chaînes (EPA, DHA) dans les poissons gras sont des molécules connues pour préserver la vue. Le DHA préserve le bon fonctionnement des cellules rétiniennes, et bloque expérimentalement la prolifération de vaisseaux anormaux dans la rétine.

Lire : Caroténoïdes, zinc, oméga-3 : ces nutriments qui préservent votre vue

Les oméga-3 et les caroténoïdes ont fait l'objet de travaux qui suggèrent qu'un régime riche en lutéine, zéaxanthine et en DHA contribue à diminuer le risque de développer une DMLA. Cependant, on ne savait pas très bien si ces nutriments ont un bénéfice une fois que la maladie est installée.

Consulter notre dossier sur les oméga-3

Les participants de l’étude AREDS2 souffraient d’une DMLA intermédiaire sur les deux yeux, ou d’une DMLA avancée sur un œil. Ils ont reçu soit un placebo, soit des caroténoïdes (10 mg de lutéine et 2 mg de zéaxanthine par jour), soit des oméga-3 à longues chaînes (650 mg d’EPA et 350 mg de DHA par jour), soit lutéine, zéaxanthine et oméga-3.

Parallèlement, ils ont pris la formule originale d’AREDS (avec du bêta-carotène), ou 3 versions modifiées de cette formulation : l’une identique à la formulation originale mais sans bêta-carotène, et deux formules dans lesquelles la dose de zinc était ramenée à 25 mg, avec ou sans bêta-carotène.

Résultats : le fait d’ajouter des oméga-3 ou de la lutéine/zéaxanthine à la formulation originale (avec du bêta-carotène) n’apporte pas de bénéfice supplémentaire. En revanche, le remplacement du bêta-carotène par la lutéine/zéaxanthine se traduit par une diminution de 18% du risque de progression vers une forme avancée de dégénérescence maculaire. Ce bénéfice est encore plus marqué (26%) dans le groupe des personnes qui consomment spontanément peu de lutéine et zéaxanthine.

Au bout de 5 ans, la probabilité d’atteindre un stade de DMLA avancé était de 31 % dans le groupe placebo, 29 % dans le groupe « lutéine et zéaxanthine », 31 % dans le groupe « oméga-3 » et 30 % dans le groupe « lutéine et zéaxanthine + oméga-3 ». Le fait de diminuer la dose de zinc n’a pas influencé les résultats.

Comme lutéine, zéaxanthine et bêta-carotène sont tous trois des caroténoïdes, ils entrent en compétition au niveau de l'absorption par les tissus. Ce qui pourrait expliquer pourquoi lutéine et zéaxanthine n'ont pas eu d'effet avec la formulation originale.

Il a aussi été observé un nombre plus élevé de cancers du poumon dans le groupe qui a reçu du béta-carotène, par rapport à celui qui n'en a pas reçu ; cet effet est surtout visible chez les anciens fumeurs. Ce qui apporte un argument supplémentaire pour éliminer le bêta-carotène de la formule et le remplacer par lutéine et zéaxanthine.

Face aux résultats décevants concernant les oméga-3, les auteurs n’excluent pas que les doses utilisées étaient peut-être insuffisantes… En effet, d’autres travaux ont montré un effet protecteur des oméga-3, et en particulier du DHA. Ainsi, selon un article datant de février 2013 (2), un taux élevé de DHA limiterait de 68% le risque de DMLA. Mais dans cette étude française, les doses journalières d'oméga-3 utilisées étaient différentes : 840 mg pour le DHA (soit plus du doble que dans l'étude AREDS2) et 270 mg pour l’EPA.

Complément alimentaire conseillé pour la vision : Visio-Nut (D.Plantes)

Sources

(1) The Age-Related Eye Disease Study 2 (AREDS2) Research Group.Lutein + Zeaxanthin and Omega-3 Fatty Acids for Age-Related Macular DegenerationThe Age-Related Eye Disease Study 2 (AREDS2) Randomized Clinical Trial. JAMA. 2013;309(19):2005-2015.

(2) Souied EH, Delcourt C, Querques G, Bassols A, Merle B, Zourdani A, Smith T, Benlian P; Nutritional AMD Treatment 2 Study Group. Oral Docosahexaenoic Acid in the Prevention of Exudative Age-Related Macular Degeneration: The Nutritional AMD Treatment 2 Study. Ophthalmology. 2013 Feb 7.

 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top