Est-il éthique de manger des plantes ?

Par Lanutrition.fr Publié le 04/11/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Les plantes sont des êtres intelligents, estime le philosophe Michael Marder. Voilà pourquoi il faut les manger avec respect.

Manger des plantes peut sembler plus éthique que manger un animal. Cependant, pour le philosophe Michael Marder, qui a écrit deux livres sur les plantes (1,2), il serait bon de repenser notre rapport au végétal.

Nous avons souvent du mal à imaginer les plantes comme des êtres intelligents car on relie généralement l'intelligence à la présence d’un cerveau et d’un système nerveux, dont les plantes sont dépourvues. Pourtant, pour le philosophe, les plantes sont des êtres intelligents, sociaux et complexes. La preuve en est qu’elles communiquent entre elles.

Par exemple, Michael Marder cite une recherche parue en 2014 (3) qui montre que les plantes « peuvent repousser ou accélérer leur propre floraison en fonction des informations qu’elles ont reçues de leurs voisines via des molécules émises par les racines. Si, dans des conditions de laboratoire, une plante est exposée plus longtemps à la lumière, non seulement elle fleurira plus vite, mais elle transmettra aussi par les racines l’information sur ces circonstances favorables à une autre plante qui n’en profite pas directement ». Conséquence : la plante destinataire de l’information fleurira aussi plus tôt que prévu.

Mais le système agricole actuel, qui ne se préoccupe pas forcément du « bien-être végétal », considère plutôt les plantes comme des machines organiques servant à produire nourriture, bois ou carburant. De plus, les pratiques agricoles agissent sur le patrimoine génétique des plantes, dans l’objectif de générer plus de profits.  

Concernant notre alimentation proprement dite, le philosophe signale qu’ « il faut savoir que nous pouvons nous nourrir de certaines de leurs parties, comme les fruits, sans tuer l’organisme entier. Dans les cultures non-occidentales, c’était vraiment un critère important pour un régime acceptable : le jaïnisme, par exemple, bannit la consommation de végétaux racines, comme les carottes ou les betteraves. » En effet, dans cette religion, on considère que les racines hébergent les âmes des plantes.

Globalement, le philosophe pense que nous accordons trop d’importance aux choix personnels dans les comportements alimentaires, en oubliant les végétaux et les animaux qui nous entourent. En définitive, « manger n’est pas une activité très éthique » en soi car celui qui mange détruit ce qu’il mange ! Mais il admet aussi que « La façon la plus éthique de manger est de se nourrir de fruits et légumes qui ont poussé localement. »

Enfin, au lieu de penser uniquement à ce qui est dans notre assiette, le philosophe aimerait que l’on pense aussi à la manière dont on reçoit et respecte cette nourriture, par exemple en remerciant pour ce don qui nous est fait.

Lire : Les fruits et légumes font voir la vie en rose

(1) Plant-Thinking: A Philosophy of Vegetal Life, Michael Marder, 2013, Paperback.

(2) The Philosopher's Plant: An Intellectual Herbarium, Michael Marder, 2014, Paperback.

(3) Falik O, Hoffmann I, Novoplansky A. Say it with flowers: flowering acceleration by root communication. Plant Signal Behav. 2014;9:e28258.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top