Moins de polyarthrite rhumatoïde chez les consommatrices de poissons

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 28/08/2013 Mis à jour le 10/03/2017
Les femmes dont le régime est riche en acides gras oméga-3 provenant du poisson sont moins touchées par la polyarthrite rhumatoïde.

Manger un poisson gras au moins une fois par semaine limiterait le risque de polyarthrite rhumatoïde sur le long terme. C’est la conclusion d’une étude suédoise à paraître dans les Annals of the Rheumatic Diseases.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune qui se manifeste par une inflammation des articulations qui peuvent se déformer, entraînant parfois une invalidité. Les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde présentent aussi un risque plus élevé de maladie cardiaque, d’infections, d’anxiété, de dépression et de leucémie. Environ 1 % de la population française souffrirait de cette maladie, les femmes étant plus souvent touchées. En dépit de facteurs génétiques, le mode de vie pourrait influencer le développement de la maladie.

32 000 femmes nées entre 1914 et 1948, participant à la « Swedish Mammography Cohort », ont été suivies pendant 7 ans. Leur consommation de poisson a été relevée grâce à des questionnaires et les chercheurs ont utilisé les registres nationaux pour identifier les nouveaux cas de polyarthrite rhumatoïde.

Les poissons gras comme le saumon, le hareng, la truite fumée, les sardines ou les maquereaux, contiennent des acides gras oméga-3. Ces molécules favorisent une bonne santé cardiovasculaire ; ils ont aussi un effet anti-inflammatoire, d’où leur intérêt potentiel dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde.

Consulter notre dossier sur les oméga-3

Résultats : Pendant le suivi, 205 femmes ont développé une polyarthrite rhumatoïde. Les femmes qui mangeaient plus de 0,21 g par jour d’oméga-3 provenant de poissons avaient un risque réduit de 52 % de développer la maladie par rapport à celles qui en mangeaient le moins. 0,21 g par jour d’acide gras oméga-3 correspond à une portion par semaine d’un poisson gras, ou quatre portions par semaine d’un poisson maigre comme le cabillaud.

Lire : Mercure : combien de poisson par semaine ?

Ces travaux confirment les recommandations nutritionnelles concernant le poisson. En effet, malgré les risques de contamination de certains poissons par le mercure, l’ANSES recommande de manger du poisson deux fois par semaine. Lanutrition.fr recommande aux omnivores de manger 2 à 3 portions de poisson par semaine, dont une provenant d’un poisson riche en oméga-3.

A se procurer, le livre Comment j'ai vaincu la douleur et l'inflammation chronique de Jacqueline Lagacé (un extrait ICI  >>)

Source

Di Giuseppe D, Wallin A, Bottai M, Askling J, Wolk A. Long-term intake of dietary long-chain n-3 polyunsaturated fatty acids and risk of rheumatoid arthritis: a prospective cohort study of women. Ann Rheum Dis. 2013 Aug 12. doi: 10.1136/annrheumdis-2013-203338.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top