4 solvants accusés de mettre en danger la santé de nos enfants

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 28/04/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Des scientifiques accusent le benzène, le xylène, le toluène et l’éthylbenzène d'être des perturbateurs hormonaux, à l'origine d'asthme et de troubles du développement.

L’air que l’on respire dans nos habitations n’est pas forcément moins pollué que celui des rues… Dans un article paru dans Environmental Science and Technology Journal, des chercheurs affirment que des solvants courants dans notre quotidien pourraient perturber les systèmes hormonaux, à des niveaux pourtant considérés sans danger par les autorités sanitaires américaines.

Les BTEX (benzène, toluène, éthylbenzène et xylène) sont 4 composés chimiques présents dans une grande variété de produits : adhésifs, détergents, pesticides, solvants, carburants, encres, laques, peintures, résines, cosmétiques… Ces 4 molécules sont ubiquitaires dans les habitations, lieux de travail et à l’extérieur. Le benzène est classé par le Centre international de recherche sur le cancer comme «cancérogène avéré» pour l'homme sur la base de leucémies observées dans des études épidémiologiques. Il pourrait être à l'origine de lymphomes. Le toluène est présent dans la fumée de tabac. L’éthylbenzène est utilisé comme intermédiaire dans la production de la mousse de polystyrène. Il entre dans la fabrication de peintures, de vernis-laques, d'adhésifs, d'encres, d'agents de nettoyage, de colorants, de parfums, de plastiques, de produits pharmaceutiques et de pesticides. On en trouve dans l'essence. Le xylène peut être utilisé dans tous les produits cosmétiques (à l'exception des produits d'hygiène buccale) et ce, avec certaines restrictions de concentration : 1 % dans les parfums fins ; 0,4 % dans les eaux de toilette et 0,03 % dans les autres produits.

Lire : Les enfants de plus en plus exposés à des neurotoxiques

L’objectif de cet article était de savoir si les niveaux de BTEX étaient un problème dans l’air ambiant. Pour cela, les chercheurs ont étudié plus de 40 études sur les impacts pour la santé d’une faible exposition à ces produits chimiques. Les niveaux d'exposition étudiés étaient inférieurs aux concentrations de référence de l’US Environmental Protection Agency, à savoir le niveau d’inhalation qui ne serait pas susceptible de causer des problèmes pour la santé chez un individu. Sur les 42 études inclues dans cette revue de littérature, 11 testaient l’exposition prénatale et 20 l’exposition au cours de l’enfance.

Résultats : L’exposition aux BTEX était associée à des effets sur les fonctions immunitaires, métaboliques, respiratoires et reproductives, ainsi que sur le développement. Les effets pour la santé comprenaient : anomalies du sperme, croissance fœtale réduite, maladie cardiovasculaire, problèmes respiratoires, asthme.

Les chercheurs de l’université du Colorado Boulder et du TEDX (The Endocrine Disruption Exchange) affirment que de tels impacts sur la santé pourraient être dus à la capacité de ces produits à interférer avec les hormones : ces 4 produits pourraient avoir des effets de perturbateurs endocriniens à des niveaux d’exposition considérés sans danger par les autorités sanitaires.

Pour Ashley Bolden, principale auteur de l’étude, de nombreux problèmes de santé, comme l’asthme, le faible poids de naissance, les maladies cardiovasculaires, les naissances prématurées, les anomalies du sperme, peuvent avoir pour origine un problème précoce dans le système endocrine en cours de développement. Cependant, l’analyse n’a pas prouvé le lien de cause à effet entre l’exposition à de faibles niveaux de produits chimiques et des problèmes hormonaux.

Lire : La pollution intérieure inquiète dans les crèches

Ces produits peuvent se retrouver dans l’air intérieur ou extérieur par combustion de carburant fossile. Dans plusieurs études, les niveaux de produits chimiques étaient plus élevés dans l’air intérieur qu’à l’extérieur, probablement à cause de la faible circulation de l’air.

Lire : L'air que l'on respire dans les salles de sport est pollué

Source

Bolden AL, Kwiatkowski CF, Colborn T. New Look at BTEX: Are Ambient Levels a Problem? Environ Sci Technol. 2015 Apr 15.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top