Les enfants de plus en plus exposés à des neurotoxiques

Par Lanutrition.fr Publié le 17/02/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité

11 toxiques répandus dans l'environnement sont dangereux pour le développement du cerveau.

Au cours des dernières années, la fréquence de troubles du comportement comme l’autisme et l’hyperactivité s’est accrue. D’après un article de Lancet Neurology, des changements dans l’environnement dans lequel grandissent les enfants pourraient jouer un rôle.

Les désordres du développement neurologique et comportemental toucheraient 10 à 15 % des naissances. Des troubles comme l’autisme ou l’hyperactivité ont des conséquences sur la qualité de vie, la réussite scolaire et le comportement. Or les facteurs génétiques n’expliqueraient pas plus de 30 à 40 % de ces troubles neurologiques. C’est pourquoi l’environnement doit jouer un rôle.

Lire : Les 10 produits chimiques en lien avec l'autisme et les troubles neurologiques

Des chercheurs américains ont passé en revue les articles portant sur les substances neurotoxiques pour les enfants. En 2006, ils en avaient identifié 5 : le plomb, le méthylmercure, les PCB, l’arsenic et le toluène. L’exposition à ces neurotoxines était associée à des changements dans le développement neuronal du fœtus, des performances scolaires plus faibles et un QI réduit chez des enfants d’âge scolaire. 7 ans plus tard, ils ont trouvé 6 autres produits chimiques qui perturberaient le développement normal du cerveau :

  • le manganèse : une étude canadienne a montré une corrélation entre les concentrations de manganèse dans les cheveux et l’hyperactivité. Au Bangladesh, l’exposition au manganèse de l’eau de boisson a été associée à des résultats en mathématiques moindres chez des enfants d’âge scolaire,
  • le fluorure (forme ionique du fluor) : d’après une méta-analyse de 27 études d’enfants exposés au fluorure de l’eau de boisson, principalement en Chine, celle-ci contribuerait à une perte de 7 points de QI,
  • le tétrachloroéthylène (un solvant) : dans une étude française sur 3 000 enfants, les chercheurs ont fait le lien entre une exposition à des solvants lors de la grossesse et des déficits de comportement des enfants à 2 ans. Il y avait un risque augmenté d’hyperactivité et de comportements agressifs. Les femmes exposées à des solvants au travail étaient des personnels d’hôpital, chimistes, femmes de ménage, coiffeuses, esthéticiennes,
  • les éthers diphényl polybromés (retardateurs de flamme),
  • des pesticides : chlorpyriphos-éthyl, DDT (et son métabolite le DDE). Certains pesticides interdits dans les pays riches sont toujours utilisés dans des pays pauvres, comme le DDT et le DDE.

Lire : 93 % des cours d'eau français contaminés par les pesticides

Le cerveau en développement est particulièrement vulnérable à ces produits chimiques et le placenta ne bloque pas le passage de nombreux produits toxiques. De plus, ces composés neurotoxiques conduisent à des dommages souvent incurables et irréversibles.

Les phtalates et le bisphénol A que l’on retrouve dans différents types de plastiques ont des effets sur la signalisation hormonale. Des expositions prénatales aux phtalates sont liées à des déficits du développement neuronal, des anomalies du comportement, une attention réduite.

Pour les chercheurs, le nombre de substances neurotoxiques présentes dans l’environnement est sous-estimé.

Lire : La pollution chimique, une "bombe à retardement" pour 68 experts

Source

Philippe Grandjean, Philip J Landrigan. Neurobehavioural effects of developmental toxicity. Lancet Neurology. Mars 2014. Volume 13: 330-338.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top