Dans les cacahuètes et le vin rouge, une molécule qui fait du bien

Par Juliette Pouyat Publié le 24/05/2016 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité

Obésité, cancer, troubles de la mémoire… Seul ou associé à l’hespéridine de l’orange, le resvératrol présente de nombreuses vertus.

Le resvératrol est un polyphénol naturellement présent dans les aliments tels que les raisins rouges, les framboises, le chocolat noir et le vin rouge. Le vin rouge contient entre 0,02 et 0,58 mg de resvératrol pour 100 mL, selon la variété de raisins, le chocolat 0,035 à 0,185 mg pour 100 g alors que les cacahuètes rôties en renferment 0,55 mg/100 g et le beurre de cacahuète 3,25 mg/100 g (l'un des aliments les plus riches en resvératrol). Le resvératrol existe aussi sous forme de compléments alimentaires.

Associé à un composé de l’orange, le resvératrol améliore la santé des personnes obèses

Les oranges et le raisin rouge contiennent des composés capables de lutter contre les maladies liées à l’obésité, notamment le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires. Deux molécules présentes respectivement dans l’orange et le raisin - l’hespérétine (métabolite de l’hespéridine) et le trans-resvératrol- lorsqu’elles sont associées ont en effet une action bénéfique sur la glycémie, l’action de l’insuline et la santé des artères.

Les personnes en surpoids ou obèses ont un risque accru de résistance à l’insuline, de problèmes de contrôle de la glycémie et de maladies cardiovasculaires.

Les personnes souffrant d’obésité ou atteintes de diabète de type 2 présentent des concentrations élevées de méthylglyoxal, un puissant agent de glycation dérivé du sucre. Le méthylglyoxal modifie les protéines par glycation et a des effets néfastes sur la santé métabolique – notamment sur la résistance à l’insuline- et vasculaire.

Dans cette étude les chercheurs ont émis l’hypothèse qu’en augmentant l’expression d’une enzyme, la glyoxalase 1 (Glo1) -dont le rôle est de neutraliser les effets néfastes du méthylglyoxal-, ils pourraient améliorer la santé métabolique et vasculaire chez des patients obèses. En effet, lorsqu’ils sont associés, le trans-resvératrol et l’hespérétine agissent en synergie pour augmenter les niveaux de glyoxalase.

Les chercheurs ont donné à 32 personnes en surpoids ou obèses (IMC supérieur à 25) soit une association des deux molécules – hespérétine 120 mg et trans-resvératrol 90 mg-  quotidiennement pendant 8 semaines soit un placebo. Les participants ont gardé la même alimentation et la même activité physique qu’avant le début de l’étude. Les chercheurs ont ensuite analysé leur taux de sucre et leur santé artérielle.

Les résultats montrent que chez les participants ayant un IMC supérieur à 27,5, les deux molécules associées -hespérétine et trans-resvératrol- augmentent de 27% l’expression et l’activité de l’enzyme Glo1 et diminuent de 37% la concentration plasmatique en méthylglyoxal. De plus, chez les participants ayant reçu les 2 molécules, les chercheurs ont remarqué une diminution du taux de glucose, une amélioration de la sensibilité à l’insuline et de la fonction artérielle ainsi qu’une diminution de l’inflammation vasculaire.

Les auteurs soulignent cependant que même si ces résultats sont encourageants, il n’est pas possible d’atteindre des doses thérapeutiques d’hespérétine et de trans-resvératrol par l’alimentation.

Une étude précédente avait déjà montré que le resvératrol pouvait améliorer la santé osseuse de personnes obèses qui souffraient d’un syndrome métabolique.

Lire : le resvératrol serait bénéfique pour la santé des os

Le resvératrol contre le déclin cognitif

Des chercheurs ont étudié les effets du resvératrol sur les performances de mémorisation et le métabolisme du glucose chez des séniors en bonne santé. Ils se sont aussi intéressés à son impact sur le fonctionnement d'une région du cerveau impliquée dans la mémoire : l’hippocampe.

46 hommes et femmes âgés de 50 à 76 ans ont été répartis au hasard en deux groupes équivalents : les uns ont reçu 200 mg par jour de resvératrol et les autres un placebo pendant 26 semaines. Avant et après cette période de 26 semaines, les participants ont subi des tests de mémoire consistant à retenir des mots sur 30 min. Les chercheurs ont aussi eu recours à l’imagerie cérébrale.

Les compléments de resvératrol étaient associés à des améliorations significatives dans les tests de mémoire par rapport au groupe placebo. Les compléments étaient aussi associés à une augmentation des liens qu'entretiennent certaines zones particulières de l'hippocampe avec une zone du cerveau activées par les processus de mémorisation, dans le cortex cérébral.

Dans une autre études, des chercheurs ont choisi d’étudier l’effet du resvératrol sur la progression de la maladie d’Alzheimer. 119 participants souffrant d’une forme légère à modérée de la maladie d’Alzheimer ont soit pris un placebo, soit des doses croissantes de resvératrol. Les patients qui ont été traités avec du resvératrol pendant 12 mois présentaient peu ou pas de changement dans les niveaux de béta-amyloïde 40 (Abeta40) dans le sang ou dans le liquide céphalorachidien. En revanche, les chercheurs ont constaté des diminutions des niveaux de béta-amyloïde 40 chez ceux qui avaient pris le placebo entre le début et la fin de l’étude.

« Une diminution du niveau d’Abeta40 est considérée comme une aggravation de la démence et une progression de la maladie d’Alzheimer ; pourtant nous ne pouvons pas encore conclure de cette étude que les effets du traitement du resvératrol sont bénéfiques » explique l'auteur de l'étude.

Les chercheurs ont trouvé que le resvératrol et ses principaux métabolites traversent la barrière hémato-encéphalique et agissent sur le système nerveux central.

Le resvératrol aide à lutter contre le cancer

Selon une étude, le resvératrol a la capacité d’inhiber les cellules cancéreuses du pancréas.

Pour le démontrer, les chercheurs de l’université de Rochester ont étudié le comportement de deux groupes de cellules cancéreuses lorsqu’on les soumet à des rayonnements : l’un sans resvératrol et l’autre avec 50 mg/mL de resvératrol. Les résultats montrent que les cellules traitées au resvératrol sont plus sensibles à la chimiothérapie.

L’effet anticancéreux du resvératrol est associé à la détérioration de la fonction mitochondriale. En effet les mitochondries représentent une source d’énergie pour les cellules que le resvératrol va inhiber, ce qui induit la mort des cellules cancéreuses.

De, plus une étude récente montre que le resvératrol conserve ses propriétés anti-cancéreuses même une fois digéré.

Lire : cancer : le resvératrol resterait efficace même une fois digéré

Sources

Xue M. Improved glycemic control and vascular function in overweight and obese subjects by glyoxalase 1 inducer formulation. Diabetes. 2016 May 11. pii: db160153. [Epub ahead of print]

Witte AV, Kerti L, Margulies DS, Flöel A. Effects of resveratrol on memory performance, hippocampal functional connectivity, and glucose metabolism in healthy older adults. J Neurosci. 2014 Jun 4;34(23):7862-70. doi: 10.1523/JNEUROSCI.0385-14.2014.

R. S. Turner, R. G. Thomas, S. Craft, C. H. van Dyck, J. Mintzer, B. A. Reynolds, J. B. Brewer, R. A. Rissman, R. Raman, P. S. Aisen. A randomized, double-blind, placebo-controlled trial of resveratrol for Alzheimer disease. Neurology, 2015; DOI: 10.1212/WNL.0000000000002035

Paul Okunieff, Weimin Sun, Wei Wang, Jung Kim, Shanmin Yang, "Anti-cancer effect of resveratrol is associated with induction of apoptosis via a mitochondrial pathway alignment", Advances in Experimental Medicine and Biology, 2008

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top