Du lait de soja pour prévenir le cancer de la prostate

Par Lanutrition.fr Publié le 27/06/2016 Mis à jour le 10/03/2017
Le lait ou jus de soja s'oppose au cancer de la prostate, selon une étude expérimentale coréenne.

Le lait ou jus de soja contient une variété de composants biologiquement actifs, les isoflavones. Les isoflavones, dont la génistéine, sont une classe de « phytoestrogènes » qui se comportent comme des modulateurs sélectifs des récepteurs aux estrogènes, les hormones femelles : elles se lient à certains récepteurs mais pas à d'autres, un peu comme des médicaments utilisés pour traiter les cancers du sein, ce qui a conduit certains chercheurs à dire que les isoflavones exerceraient les propriétés bénéfiques des estrogènes, sans en avoir les inconvénients.

Les études épidémiologiques, cliniques et expérimentales suggèrent que les aliments à base de soja (surtout fermenté) et/ou les isoflavones comme la génistéine pourraient prévenir le cancer de la prostate ou réduire sa progression, même si de nombreuses incertitudes demeurent.

Pourtant le soja est souvent présenté sur Internet et dans certains ouvrages comme un aliment toxique, voire mortel.

Lire : Le soja qui tue, la vérité sur un article délirant

Pour en savoir plus, des chercheurs ont testé un extrait de lait de soja issu de la digestion (ELSD) sur des cellules cancéreuses de la prostate humaines en s’intéressant notamment au récepteur des oestrogènes appelé ER-β. Ce récepteur intervient dans la croissance des cellules de la prostate. Pour schématiser, les hormones mâles favorisent la prolifération des cellules, alors que le récepteur ER-β a l’effet inverse : il supprime la prolifération et favorise la différentiation, ce qui s’oppose aux processus qui conduisent au cancer.

L’extrait étudié contenait 3 isoflavones : 1988 mg de daidzéine pour 100 grammes, de la glycitéine, à raison de 23,537 mg / 100 g et de la génistéine à hauteur de 0,685 mg / 100 g.

Les cellules cancéreuses ont été cultivées dans des milieux contenant un estrogène, le 17β-œstradiol, de la génistéine seule ou l’extrait ESLD contenant les 3 isoflavones.

La viabilité des cellules cancéreuses a été significativement plus élevée avec l’estrogène, alors qu'elle était nettement réduite par la génistéine ou l’extrait ELSD. L'expression du récepteur ERß a été presque complètement supprimée par la présence d’estrogène, alors qu'elle était significativement augmentée par l’extrait de lait de soja. En outre, l’expression des taux de PSA (un marqueur de l’activité de la prostate) a été considérablement réduite par SMD. L'expression de la protéine p21, qui favorise la mort cellulaire programmée, était significativement augmentée en présence de l’extrait de lait de soja, alors qu'elle était nettement réduite par les estrogènes.

Ces résultats indiquent que le lait ou jus de soja peut inhiber la prolifération des cellules cancéreuses humaines de la prostate par l'intermédiaire de la régulation de l'expression génétique de plusieurs acteurs de la cancérogénèse.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top