Les myrtilles améliorent la santé vasculaire

Par Lanutrition.fr Publié le 19/11/2013 Mis à jour le 10/03/2017
Cent grammes de myrtilles suffiraient à améliorer la fonction vasculaire.

Les myrtilles représentent une source de polyphénols qui pourraient aider à prévenir les maladies cardiovasculaires. De nouvelles études en amènent la preuve.

Les myrtilles sont particulièrement riches en anthocyanines, des pigments de la famille des flavonoïdes, qui donnent aux végétaux leur couleur bleue, pourpre, violette, ou rouge. Les anthocyanines sont de puissants antioxydants. Les extraits de myrtilles possèdent une activité antioxydante supérieure à ceux de la cerise, du germe de blé ou de la racine de ginseng.

Pour tout savoir sur le potentiel antioxydant des aliments, lire le Guide des aliments antioxydants, réalisé en collaboration avec LaNutrition.fr (lire un extrait ICI  >>).

Dans deux études contrôlées, en double-aveugle, sur 21 volontaires en bonne santé, des chercheurs britanniques viennent de montrer que la consommation de 100 grammes de myrtilles (apportant environ 766 mg de polyphénols) augmente la dilatation flux-dépendante des vaisseaux (flux-mediated dilatation ou FMD), un phénomène qui joue un rôle important dans la prévention de l'athérosclérose. Dans les situations pathologiques, cette dilatation, qui dépend de l'endothélium, est atténuée ou absente.

La consommation de myrtilles (correspondant à 766 mg de polyphénols) a entraîné une augmentation de la FMD 1 à 2 heures, puis à nouveau 6 heures après l'ingestion. Des consommations supérieures n'ont pas produit d'augmentation plus élevée de FMD. (1)

Une autre étude, chez l'animal, suggère que les myrtilles pourraient améliorer certains paramètres du syndrome métabolique. Le syndrome métabolique correspond à un ensemble de facteurs de risques : obésité, hypertension, inflammation, résistance à l’insuline, mauvais fonctionnement vasculaire, développement d’un environnement pro-oxydatif... Plus qu’une maladie à proprement parler, il s’agit d’une association de manifestations physiologiques. Au laboratoire, les chercheurs utilisent un rat obèse appelé « Zucker » comme modèle pour étudier le syndrome métabolique.

Des chercheurs de l’université du Maine ont testé sur le rat Zucker les effets d’un régime riche en myrtilles (Vaccinium angustifolium) sur la fonction vasculaire. Le rat Zucker a une mauvaise réponse vasculaire à la vasodilatation ou la vasoconstriction, ce qui gêne la circulation du sang. Les myrtilles sauvages sont une des sources les plus riches en anthocyanines et autres polyphénols. Elles contiennent du ptérostilbène qui favorise l’immunité en association avec la vitamine D. Les myrtilles avaient montré des effets cardiovasculaires bénéfiques dans d'autres modèles de rat, mais jamais dans un modèle de syndrome métabolique comme le rat Zucker obèse.

Lire : Raisin, myrtille et vitamine D stimulent l'immunité

36 rats obèses Zucker et 36 contrôles maigres ont suivi pendant 8 semaines un régime riche en myrtilles ou un régime témoin. La consommation de myrtilles des rats représentait l’équivalent de 2 tasses par jour chez l’homme. Normalement, les rats obèses Zucker ont une réponse réduite à la vasoconstriction (diminution du diamètre des vaisseaux) et une réponse exagérée à la vasodilatation (relâchement des vaisseaux). Le régime riche en myrtilles a restauré partiellement les réponses de constriction et atténué la réponse à la dilatation. Le monoxyde d'azote, qui est un vasodilatateur des vaisseaux, était significativement diminué avec le régime riche en myrtilles sauvages. Cette étude a reçu un financement de l’association nord-américaine des myrtilles sauvages. (2)

Par conséquent, un régime enrichi en myrtilles améliore la santé vasculaire des rats obèses Zucker en favorisant la réponse de constriction et en atténuant la réponse de dilatation des vaisseaux.

Les myrtilles pourraient donc améliorer la fonction endothéliale, la circulation sanguine et le contrôle de la pression artérielle. Ces propriétés vasculaires s'ajoutent aux autres vertus supposées de ces baies, qui seraient également bénéfiques contre l’asthme.

Lire : Santé : les myrtilles pourraient prévenir l'asthme

Source

(1) Rodriguez-Mateos A. Intake and time dependence of blueberry flavonoid-induced improvements in vascular function: a randomized, controlled, double-blind,crossover intervention study with mechanistic insights into biological activity.
Am J Clin Nutr. 2013 Nov;98(5):1179-91.

(2) Stefano Vendrame, Aleksandra S. Kristo, Dale A. Schuschke, Dorothy Klimis-Zacas. Wild blueberry consumption affects aortic vascular function in the obese Zucker rat. Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism, 2013; : 1 DOI: 10.1139/apnm-2013-0249.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top