L’exercice physique ralentirait la dégénérescence maculaire

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 19/02/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Des études expérimentales montrent que l’exercice pourrait ralentir la progression de la dégénérescence de la rétine.

En plus de favoriser un bon état physique et mental, l’exercice physique pourrait ralentir la dégénérescence de la rétine. C’est le résultat d’expériences réalisées sur des souris qui paraissent dans Journal of Neuroscience.

Au cours du vieillissement, la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) peut limiter l’acuité visuelle. Elle est due à une dégénérescence de la rétine, un tissu qui contient des cellules nerveuses sensibles à la lumière : les photorécepteurs. Des compléments alimentaires pourraient prévenir en partie la DMLA.

Lire : Dégénérescence maculaire : vers un complément alimentaire encore plus efficace

Des chercheurs de l’université Emory (Atlanta) ont étudié les effets de l’exercice aérobie sur des cellules rétiniennes en dégénérescence. Pour cela, ils ont fait courir des souris sur un tapis pendant 1 h par jour, 5 jours par semaine, pendant 2 semaines. En parallèle, des souris témoins sont restées sur des tapis statiques. Puis les chercheurs ont exposé les animaux à une lumière toxique, afin de créer un modèle de dégénérescence de la rétine. Les souris ont continué à faire de l’exercice pendant encore deux semaines.

Résultats : La lumière a causé une perte de 75 % de la fonction rétinienne et du nombre de photorécepteurs, mais les animaux entraînés ont perdu deux fois moins des cellules photoréceptrices que les autres. Leur fonction rétinienne était aussi deux fois meilleure : leurs photorécepteurs répondaient mieux à la lumière que ceux des témoins. D’après Machelle Pardue, qui a dirigé ces travaux,  « Cette recherche pourrait un jour conduire à des programmes d’exercices adaptés ou des thérapies combinées dans le traitement des maladies qui causent la cécité ».

Du point de vue moléculaire, les souris entraînées avaient des quantités plus importantes de BDNF, le facteur neurotrophique dérivé du cerveau : l’exercice a augmenté les niveaux de BDNF de 20 %. Si les chercheurs bloquaient les récepteurs du BDNF, la fonction rétinienne des souris entraînées était comparable à celle des souris restées inactives. Ceci suggère que le BDNF participe à ce mécanisme.

L'exercice en aérobie serait neuroprotecteur pour la dégénérescence rétinienne et cet effet est modulé par la protéine BDNF. Les personnes à risque pour une dégénérescence maculaire ou qui ont des signes précoces de la maladie pourraient donc la ralentir grâce à de l’exercice.

L’exercice permet aussi de restaurer des fonctions cognitives et motrices.

Lire : Le sport, un médicament miracle ?

Source

Eric C. Lawson, Moon K. Han, Jana T. Sellers, Micah A. Chrenek, Adam Hanif, Marissa A. Gogniat,Jeffrey H. Boatright, and Machelle T. Pardue. Aerobic Exercise Protects Retinal Function and Structure from Light-Induced Retinal Degeneration. The Journal of Neuroscience, February 2014. 12;34(7):2406-12. doi: 10.1523/JNEUROSCI.2062-13.2014.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRISTORE, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top