Le plomb dans l’eau du robinet

Par Lanutrition.fr Publié le 13/03/2008 Mis à jour le 10/03/2017
Quelle quantité de plomb trouve-t-on dans dans l'eau du robinet?Quels sont ses effets sur la santé ?

D’où vient le plomb ?

A la sortie des captages et des usines de traitement d’eau potable, l’eau ne contient généralement pas de plomb. C’est au contact de canalisations en plomb que l’eau se charge progressivement en plomb.

En effet, le plomb a été largement utilisé pour la fabrication de canalisations d’eau potable de petit diamètre. Il a cessé d'être employé dans les années 1950 pour les tuyaux intérieurs des installations privées. Le plomb a été utilisé pour les branchements publics jusque dans les années 1960 et de manière marginale, jusqu’en 1995. Malgré les dispositions réglementaires prises depuis (lire ci-dessous) dans les réseaux intérieurs de distribution, outre les tuyaux en plomb, d'autres matériaux peuvent relarguer du plomb dans l'eau : les alliages de cuivre (qui peuvent comporter jusqu'à 5 % de plomb), l'acier galvanisé (qui peut comporter jusqu'à 1 % de plomb), les soudures dites à l'étain, utilisées pour assembler les réseaux en cuivre et qui peuvent contenir jusqu'à 60 % de plomb, et même certains PVC d’origine étrangère stabilisés avec des sels de plomb.

Les facteurs susceptibles d’augmenter la teneur en plomb

- Le temps de stagnation de l’eau dans les canalisations avant la consommation ou le prélèvement.

- L’acidité et la minéralisation de l’eau. Une eau douce et acide se chargera plus de plomb au contact des canalisations.

- La température de l’eau. La solubilité du plomb dans l'eau est deux fois plus importante à 25°C qu'à 15°C. Pour cette raison ill est déconseillé d’utiliser les conduits d’eau chaude pour faire la cuisine.

- Certains phénomènes électrochimiques. La mise à la terre sur des canalisations d’eau potable ou la juxtaposition de matériaux différents accroît la dissolution du plomb dans l’eau) (par exemple, la présence de plomb et de cuivre dans un réseau intérieur).


Que dit la réglementation ?

Le décret du 5 avril 1995 a interdit la mise en place de canalisations en plomb dans les installations de distribution d’eau. L'arrêté du 10 juin 1996 a interdit l'emploi de brasures contenant du plomb. Enfin, l'arrêté du 29 mai 1997 modifié fixe la liste des métaux, alliages et revêtements métalliques autorisés pour la fabrication des équipements en contact avec l'eau potable. Il fixe des teneurs maximales en plomb pour certains alliages.

L’Organisation mondiale de la santé a fixé en 1994 une valeur guide pour le plomb de 10 µg/L. Le conseil européen s’est fondé sur cette valeur pour fixer dans la directive européenne 98/83/CE la limite de qualité du plomb dans l’eau à 10 µg/L à partir de décembre 2013. Les dispositions réglementaires du code de la santé publique en matière d’eau transposent en droit français cette directive européenne et fixe la même limite de qualité de 10 µg/L pour le 25 décembre 2013 avec une étape à 25 µg/L à partir du 25 décembre 2003.

Quelle est la situation en France ?

De nombreuses collectivités locales traitent leurs eaux afin de respecter la limite provisoire de 25 µg/L. Cependant, dans les cas où la longueur de canalisations en plomb est importante (quelques dizaines de mètres), la teneur en plomb au robinet du consommateur peut dépasser la limite de qualité de manière ponctuelle ou permanente.

Pour respecter le seuil de 10 µg/L, il faut éviter tout contact entre l'eau et le plomb des canalisations. Le seul traitement de l'eau ne suffit plus ; seuls la réhabilitation ou le remplacement de l’ensemble des canalisations en plomb dans les réseaux de distribution publics et privatifs avant le 25 décembre 2013 permettra de respecter cette nouvelle limite.

Les analyses montrent que jusqu’à 75 % de l’eau distribuée dans les logements dont les canalisations contiennent du plomb en renferme plus de 10 µg/L. On estimait en 2003 qu’un tiers des logements (environ 8,8 millions) était équipé de canalisations intérieures en plomb et qu’une proportion similaire était desservie par des branchements publics en plomb (environ 3,8 millions de branchements).

On ne dispose pas de données récentes sur l’apport alimentaire en plomb de la population française. Il est estimé à 60 mg/an environ pour la période 1970-1980. (3)

Y a-t-il des risques pour la santé ?

Le plomb pénètre dans l’organisme par voie pulmonaire et digestive. A ce titre, l’eau peut participer à l’imprégnation des personnes par le plomb. Le plomb est un toxique qui s’accumule en majorité dans les globules rouges. Il est surtout dangereux pour les nourrissons et les jeunes enfants. Il peut provoquer des retards mentaux et des troubles neurologiques, ainsi que des problèmes de mémoire et d’attention. Chez l’animal, l’accumulation de plomb dans les testicules inhibe sur la spermatogenèse et peut entraîner une stérilité chez le mâle. (1) Enfin, en observant des travailleurs exposés au plomb, les chercheurs ont constaté une élévation de la mortalité par cancer du poumon, du rein et de l’estomac. (2)

Références :

(1)Timms F. : Testicles and heavy metals. Histochemie 1966, 1, 15-21.

Chowdhury A.R. : Toxic effect of lead on the testis of rat. Biomed. Biochim. Acta 1984, 43, 95-100.

(2)Cooper W.C. : Mortality of lead worker. J Occup Med. 1975, 17,100-107.<br>

Cooper W.C. : Cancer and mortality patterns in the lead industry. Ann NY Acad Sci. 1976, 271,250-259.

(3)In Conseil supérieur hygiène publique : Plomb, cadmium et mercure dans l’alimentation : évaluation et gestion du risque. Tec et Doc, Paris, France, 1996 : 99-110

A découvrir également

Back to top