Lyme : les patients attaquent les fabricants de tests en justice

Par Lanutrition.fr Publié le 24/10/2016 Mis à jour le 10/03/2017
Un groupe de 130 patients a décidé de porter plainte contre les laboratoires qui commercialisent des tests de diagnostic de la maladie de Lyme.

Officiellement, en France, environ 27.000 cas de Lyme sont diagnostiqués chaque année ; en Allemagne c’est dix fois plus... Est-ce la faute aux tests, qui ne sont pas les mêmes dans les deux pays ? C’est l’avis de nombreux malades, réunis en associations, qui militent depuis des années pour que leur maladie soit mieux reconnue en France.

Lire  : Maladie de Lyme : le combat des malades continue

En septembre dernier, la ministre de la santé a annoncé un plan national de lutte contre la maladie, signe que les autorités commencent à s’alarmer de l’ampleur que prend la maladie sur le terrain. Ce plan prévoit entre autres que l’Institut Pasteur, en lien avec des laboratoires de recherche en santé animale, fasse des travaux pour développer de nouveaux outils de diagnostic.

Lire  : Le plan national contre Lyme commenté par Judith Albertat

La question de la fiabilité des tests actuellement utilisés en France se pose depuis plusieurs années déjà. Deux avocats, Julien Fouray et Catherine Faivre, ont annoncé qu’ils allaient porter plainte contre 5 laboratoires (BioMérieux, DiaSorin, Euroimmun, Bio-Rad et Siemens) au nom d’un groupe de 130 patients réunis dans l’action Lymaction. Ils reprochent aux fabricants un manque d’information sur la fiabilité de leurs tests. Les patients réclament 500.000 € chacun en dommages et intérêts car ils estiment que, faute d’un diagnostic adequat, ils n’ont pas été correctement traités.

Les tests mis en cause sont basés sur la technique ELISA : un échantillon sanguin est analysé afin de rechercher des anticorps contre la bactérie Borrelia, responsable de la maladie de Lyme. Le test ELISA a été validé par une conférence de consensus en 2006, mais il est très contesté. En cas de résultat positif, le test ELISA est confirmé par un autre test (Western blot). Comme le test ELISA est peu fiable, la biologiste Viviane Shaller a fait pratiquer d’autres tests à des patients, mais non-homologués en France, ce qui lui vaut d’être toujours poursuivie en justice. Son procès en appel a lieu en ce mois d’octobre 2016.

Lire  : Lyme : procès en appel pour Viviane Schaller et Bernard Christophe

Ceux qui dénoncent la fiabilité du diagnostic biologique avancent plusieurs arguments : le fait que les tests soient basés sur des souches peu présentes en Europe et que les anticorps dirigés contre Borrelia ne soient pas présents à toutes les phases de la maladie de Lyme. Mais pour BioMérieux, ces tests sont conformes à la réglementation. Comme ils ont été validés par les autorités de santé, la responsabilité de l’Etat pourrait être engagée.

Pour en savoir plus sur la maladie de Lyme, lire Maladie de Lyme, mon parcours pour retrouver la santé ou Lyme l'épidémie qu'on vous cache (un extrait ICI  >>) ou encore Soigner Lyme et les maladies chroniques inexpliquées (un extrait ICI  >>)

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top