Le biomonitoring : mieux comprendre les effets de la pollution

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 19/06/2006 Mis à jour le 15/02/2017 Edition Abonné
Pour nous préserver des toxiques environnementaux, la réglementation se base sur des valeurs-seuil dans l’air, l’eau et la nourriture. Cependant, leur niveau dans les fluides biologiques ne figure presque jamais au rang des critères retenus par les autorités sanitaires. Un vide que voudrait combler l’organisation de protection de la nature WWF (World Wildlife Fund) qui souhaite que la future législation européenne REACH soit plus dure à l’égard des produits chimiques persistants.

En octobre 2005, WWF a publié les résultats des analyses sanguines réalisées sur 13 familles (grand-mères, mères et enfants) issues de 12 pays européens. L’organisation a décompté un total de 73 produits chimiques potentiellement dangereux dans le sang des volontaires. C’est chez les grand-mères que l’on a relevé le...

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Retrouvez la suite de votre article en vous connectant à votre espace personnel.

Je m'identifie
Pas encore abonné ?

Accédez à des articles et conseils exclusifs en vous abonnant pour seulement 39 € / an.

Je m'abonne

A découvrir également

Back to top