Diabète et prédiabète : un régime très pauvre en glucides serait très efficace

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 22/04/2014 Mis à jour le 10/03/2017
En 3 mois, un régime cétogène, très pauvre en glucides, améliore le contrôle de la glycémie chez des patients obèses ou en surpoids, diabétiques ou prédiabétiques.

Si tout le monde semble s’accorder à dire que l’alimentation joue un rôle important dans le diabète, il n’existe pas vraiment de consensus sur le régime idéal pour les patients diabétiques. D’après un petit essai clinique paru dans PLoS One, un régime très pauvre en glucides serait plus efficace pour contrôler la glycémie que le régime pauvre en graisses, peu calorique souvent recommandé.

Le diabète est dû à un problème de contrôle du glucose sanguin. Différents traitements, dont des injections d’insuline, existent. Cependant, l’alimentation, et notamment la réduction des glucides alimentaires, pourrait prévenir le diabète. Récemment, il a été suggéré qu’un régime pauvre en glucides et riche en graisses est favorable aux patients diabétiques.

Lire : Faut-il encourager les diabétiques à manger plus gras ?

Dans cet essai clinique contrôlé randomisé pilote, des chercheurs de l’Université de Californie de San Francisco ont comparé deux régimes chez 34 patients obèses ou en surpoids, prédiabétiques ou diabétiques : 18 ont suivi un régime modérément riche en glucides (45 à 50% des calories), pauvre en graisses, restreint en calories, correspondant aux recommandations de l’American Diabetes Association, avec environ 165 g de glucides par jour ; 16 autres patients ont suivi un régime très pauvre en glucides avec environ 20 à 50 g de glucides par jour, riche en graisses, sans restriction calorique, dont l’objectif était d’induire une cétose nutritionnelle. Les participants se sont rencontrés pendant 2 h, une fois par semaine pendant 3 mois. Au cours de ces sessions, ils ont reçu des informations nutritionnelles mais aussi des conseils d’ordre psychologique pour favoriser chez eux un changement de comportement.

Les régimes très pauvres en glucides sont dits "cétogènes" car ils forcent l'organisme à utiliser les graisses comme source d'énergie, plutôt que les glucides. Normalement, ces glucides sont convertis en glucose qui sert de source d'énergie principale. Dans un régime cétogène, la pauvreté des glucides alimentaires conduit le foie à métaboliser les graisses sous la forme, entre autres, de corps cétoniques (bêta-hydroxybutyrate, acétoacétate, acétone).

La diète cétogène est plus contraignante qu’un régime « low carb » de type Nouveau régime Atkins. Les aliments permis sont toutes les graisses, en particulier oléagineux et huiles végétales dont l'huile de coprah (noix de coco), viandes, volailles, poisson, œufs, fromage, crème, noix, légumes verts à feuilles et la plupart des légumes sans amidon. 

Lire : Maigrir durablement en alternant régime pauvre en glucides et méditerranéen

Résultats : au bout de 3 mois, le niveau moyen d’hémoglobine glyquée, une mesure indirecte du contrôle du glucose sanguin, n’avait pas changé dans le groupe qui suivait un régime modéré en glucides, mais il avait diminué chez ceux qui suivaient la diète cétogène. 44 % des personnes de ce groupe ont arrêté un ou plusieurs traitements anti-diabètiques, contre 11 % dans l’autre groupe. Les personnes qui suivaient le régime pauvre en graisses ont perdu moins de poids que ceux qui ont fait une diète cétogène (2,6 kg contre 5,5 kg). De plus, les chercheurs ont trouvé une réduction significative des problèmes d’humeur chez ceux qui suivaient la diète cétogène. Cela pourrait être dû au fait que les niveaux de sucre dans le sang étaient plus stables dans ce groupe. Or les variations de sucre dans le sang sont liés à des problèmes d’humeur.

Ces résultats suggèrent qu’un régime cétogène associé à un soutien psychologique pourrait améliorer le contrôle de la glycémie chez les patients diabétiques, diminuer le recours aux traitements, favoriser la perte de poids.

Les régimes cétogènes ont été mis au point dans les années 1920 comme moyen de lutte (très efficace) contre l'épilepsie. Ils connaissent aujourd'hui un regain d'intérêt pour traiter un grand nombre de conditions comme des maladies neurodégénératives ou le diabète. Ces régimes ne sont pas anodins. Ils nécessitent un suivi médical et l'assistance de diététiciens-nutritionnistes. Ils peuvent avoir pour conséquences : constipation, acidose, calculs rénaux. Aujourd'hui on prescrit en parallèle des compléments de potassium (citrate ou bicarbonate).

Lire : Contre le diabète, essayez l'un de ces 4 régimes

Source

Laura R. Saslow, Sarah Kim, Jennifer J. Daubenmier, Judith T. Moskowitz, Stephen D. Phinney, Veronica Goldman, Elizabeth J. Murphy, Rachel M. Cox, Patricia Moran, Fredrick M. Hecht. A Randomized Pilot Trial of a Moderate Carbohydrate Diet Compared to a Very Low Carbohydrate Diet in Overweight or Obese Individuals with Type 2 Diabetes Mellitus or Prediabetes. PLoS One. 2014 Apr 9;9(4):e91027. doi: 10.1371/journal.pone.0091027. eCollection 2014.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top