L'acide folique diminue de 70% le risque de naissance prématurée

Par Lanutrition.fr Publié le 07/02/2008 Mis à jour le 06/02/2017
Selon la première grande étude menée sur le lien entre acide folique et prématurité, une supplémentation commencée au moins un an avant la conception permettrait de diminuer de 70% le risque de grande prématurité et de 50% celui d'accoucher avant terme.

Avoir des bons apports en acide folique durant la grossesse, c'est indispensable. Et pas seulement pour diminuer les risques d'anomalie du développement du système nerveux du foetus. Une étude menée aux Etats-Unis vient de mettre en évidence que les suppléments d'acides foliques peuvent réduire de manière substantielle le risque d'accouchement prématuré.

Ces résultats, présentés lors du 28ème Congrès annuel pour la médecine materno-foetale (Dallas, Etats-Unis), sont tirés d'une étude menée sur 38033 Américaines enceintes par des chercheurs de l'université du Texas, la plus vaste menée sur ce sujet à ce jour (1). Les scientifiques avaient pris soin d'exclure de leur étude les femmes enceintes de jumeaux ou celles qui souffraient d'hypertension artérielle qui ont plus de risque d'accoucher avant terme.

Ils révèlent qu' « une supplémentation en acide folique prise au moins un an avant la conception est associée à une diminution de 70% du risque de grande prématurité (âge gestationnel de 20 à 28 semaines) et de 50% du risque d'accouchement prématuré (28 à 32 semaines) » commente Radek Bukowski, le responsable de l'étude.

Ces résultats sont d'importance car on sait aujourd'hui que les enfants nés prématurément ont plus de risque de retard mental, de maladie pulmonaire chronique et de cécité.

Aux Etats-unis et au Canada, les céréales, notamment la farine de blé, sont enrichies en acide folique depuis 1998. Les différentes études menées sur le sujet montrent que cette mesure a permis de diminuer le nombre d'enfants souffrant de malformation du tube neural, notamment de spina bifida, une malformation de la mœlle épinière, d'un pourcentage allant de 15 à 50%. Elle pourrait également diminuer le risque de bec de lièvre de 33 % (2) et de pré-éclampsie (3).

Par ailleurs, plusieurs études récentes ont montré, chez l'adulte, que l'acide folique diminuait le risque d'infarctus, de maladie cardio-vasculaire et de démence (4).

A quand l’enrichissement en acide folique des farines françaises ?

 

Véronique Molénat

1-  R. Bukowski et al., "Preconceptional Folate Prevents Preterm Delivery", 28th Annual Society for Maternal-Fetal Medicine (SMFM) meeting, January 28, 2008 - February 2, 2008, Dallas, T

2- Wilcox AJ, Folic acid supplements and risk of facial clefts: national population based case-control study. BMJ. 2007 Mar 3;334(7591):464. Epub 2007 Jan 26.
3- Shi Wu Wen, "Folic acid supplementation in early second trimester and the risk of pre-eclampsia", American Journal of Obstetrics and Gynecology, January 2008, Volume 198, Issue 1, Pages 45.e1-45.e7
4- J.-M. Kim, "Changes in folate, vitamin B12 and homocysteine associated with incident dementia" Journal of Neurology Neurosurgery and Psychiatry, Published online ahead of print, doi 10.1136/jnnp.2007.131482

 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top