Les femmes heureuses moins touchées par l’ostéoporose

Par Lanutrition.fr Publié le 20/01/2015 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité
Les femmes ménopausées qui sont satisfaites de leur vie perdraient moins d'os au cours du vieillissement.

Bien-être et densité osseuse seraient liés : d’après une étude finlandaise parue dans Psychosomatic Medicine, les femmes ménopausées qui sont satisfaites de leur vie ont une meilleure densité osseuse et souffrent moins d’ostéoporose que celles qui ne sont pas satisfaites.

La densité osseuse diminue au cours du vieillissement, et notamment après la ménopause chez les femmes. Chez certaines femmes, la densité osseuse diminue plus rapidement. 

Lire : Les chasseurs cueilleurs avaient de meilleurs os que nous

Dans cet article, les chercheurs ont étudié le lien entre la satisfaction globale vis-à-vis de sa vie et la densité minérale osseuse de femmes ménopausées. En effet, un stress long associé à une dépression peut avoir des effets négatifs sur le métabolisme et donc la santé osseuse.

Pour cela, les chercheurs ont utilisé les données de la Kuopio Osteoporosis Risk Factor and Prevention (OSTPRE) Study. 2.167 femmes nées entre 1932 et 1941 chez qui la densité osseuse était connue en 1999 ont participé. Parmi elles, 1.147 ont eu une nouvelle mesure de densité osseuse 10 ans plus tard en 2009.

La satisfaction à l’égard de la vie a été mesurée par 4 questions concernant l’intérêt, la facilité de la vie, le bonheur et la solitude. En fonction de ces réponses, les participantes ont été classées en 3 groupes : satisfaites, intermédiaires et insatisfaites.

Résultats : Pendant le suivi de 10 ans, la densité osseuse des participantes a diminué en moyenne de 4 %, car la moyenne de la densité minérale osseuse du fémur est passée de 880 à 846 mg/cm. Mais la différence entre les personnes satisfaites et insatisfaites était de 52 %.

Les changements dans la satisfaction vis-à-vis de l’existence étaient liés à la densité osseuse : chez celles qui étaient moins satisfaites qu’au début, la densité osseuse s’est affaiblie de 85 % par rapport à celles dont la satisfaction a progressé. La satisfaction à l’égard de la vie et son amélioration prédisaient une perte d’os réduite ; en revanche, l’hospitalisation due à une dépression prédisait une augmentation de la perte d’os.

Même si on a coutume d'associer densité osseuse et risque de fractures, ce n'est pas le cas au niveau individuel : elle ne permet pas de prédire le risque de fractures d'une femme. La densité osseuse est un marqueur parmi d'autres de la qualité de l'os. Dans certains cas, elle peut refléter un état pathologique. Pour bien comprendre ce que mesure la densité osseuse et ce qui conditionne le risque de fracture, lire Le mythe de l'ostéoporose, de Thierry Souccar.

Cette étude montre que le fait d’être « bien dans sa tête » est associé à une perte d’os liée à l’âge, peut-être parce que la dépression s'accompagne d'un état inflammatoire chronique. D'ailleurs, les aliments riches en oméga-3, bons contre la dépression et l'inflammation, pourraient aussi freiner la perte osseus.

Lire : Moins de fractures de la hanche avec un régime riche en oméga-3.

Rauma PH, Koivumaa-Honkanen H, Williams LJ, Tuppurainen MT, Kröger HP, Honkanen RJ. Life satisfaction and bone mineral density among postmenopausal women: cross-sectional and longitudinal associations. Psychosom Med. 2014 Nov-Dec;76(9):709-15. doi: 10.1097/PSY.0000000000000114.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top