Parkinson : moins de dépression et de troubles cognitifs avec un niveau élevé de vitamine D

Par Collectif LaNutrition.fr - Journalistes scientifiques et diététiciennes Publié le 30/01/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Des niveaux élevés de vitamine D sont associés à de meilleures performances cognitives et moins de dépression chez les malades de Parkinson.

Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson qui ont des niveaux élevés de vitamine D dans le sang réussissent mieux certains tests cognitifs. D’après une recherche publiée dans Journal of Pakinson’s Disease, elles connaissent aussi moins de problèmes d’humeur ; ceci est surtout vrai pour les patients qui n'ont pas de problème de démence.

La maladie de Parkinson est une pathologie neurodégénérative dont les symptômes sont des tremblements involontaires et une rigidité musculaire. D’autres manifestations comme de la dépression, de l’anxiété, des problèmes de sommeil, peuvent apparaître avant les symptômes moteurs.

Lire : Des végétaux qui protègent de la maladie de Parkinson

L’objectif de ces travaux était d’examiner la relation entre les niveaux de vitamine D dans le sang et la fonction neuropsychiatrique de patients atteints de la maladie de Parkinson. 286 personnes touchées par la maladie ont subi des tests mesurant leur fonction cognitive et d’éventuels symptômes dépressifs. Le même jour, les niveaux de vitamine D dans le sang ont été dosés. Parmi les patients qui ont participé, 61 étaient déments et 225 n’avaient pas de démence.

Il y a des récepteurs de la vitamine D dans le cerveau, notamment dans l’hippocampe, une région importante pour l’apprentissage et la mémoire. C’est pourquoi la vitamine D pourrait jouer un rôle dans le système nerveux central. Chez l’animal, elle est impliquée dans le développement du système nerveux.

Résultats : des concentrations plus élevées en vitamine D étaient associées à de meilleures performances aux tests neuropsychiatriques chez les personnes qui n’étaient pas démentes. Des associations significatives ont été trouvées entre des concentrations élevées en vitamine D et l’aisance ou la mémoire verbale. Les concentrations en vitamine D étaient aussi inversement corrélées à la dépression chez les personnes non-démentes.

Lire : Dépression : le rôle de la vitamine D

Pour Amie Peterson, de l’université de l’Oregon, auteur de ces travaux, « Le fait que la relation entre la concentration en vitamine D et la performance cognitive soit plus forte chez les personnes non-démentes suggère qu’une intervention précoce avant l’apparition de la démence pourrait être plus efficace. » Or, la démence a des conséquences sur la fin de vie des malades : « Environ 30 % des personnes atteintes par la maladie de Parkinson souffrent de problèmes cognitifs et de démence, et la démence est associée à un placement en institution et une réduction de l’espérance de vie. » Cette étude ouvre donc la possibilité de nouvelles interventions pour prévenir les problèmes cognitifs et dépressifs des patients atteints par la maladie de Parkinson.

Il s'agit d'une étude d'observation ne permettant pas d'affirmer qu'il y a une relation de cause à effet entre le niveau de vitamine D et la mémoire, simplement une association.

Source

Peterson AL, Murchison C, Zabetian C, Leverenz JB, Watson GS, Montine T, Carney N, Bowman GL, Edwards K, Quinn JF. Memory, mood, and vitamin d in persons with Parkinson's disease. J Parkinsons Dis. 2013;3(4):547-55. doi: 10.3233/JPD-130206.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top