Une personne sur deux aura un cancer au cours de sa vie

Par Juliette Pouyat Publié le 06/02/2015 Mis à jour le 10/03/2017
C'est la conséquence de l'augmentation de l'espérance de vie, beaucoup de cancers étant liés à l'âge

Une nouvelle étude parue dans le British Journal of Cancer suggère qu'une personne sur 2 née à partir de 1960 sera atteinte d’un cancer au cours de sa vie. En cause : l’espérance de vie plus longue, l’âge étant le principal facteur de risque pour la plupart des cancers.

« Ce chiffre souligne la nécessité urgente de renforcer les services de cancérologie du système de santé publique britannique pour faire face à la population croissante et vieillissante et aux exigences de meilleurs diagnostics et traitements qui vont avec. La prévention doit également jouer un rôle central pour réduire l’impact de la maladie dans les prochaines décennies » disent les auteurs

Lire : l'alimentation entre dans une démarche globale de prévention du cancer

Grâce à la recherche, le taux de survie des malades du cancer a doublé au cours des 40 dernières années et environ la moitié des patients peuvent maintenant survivre à la maladie pendant plus de 10 ans. Mais étant donné que plus de personnes profitent de l’amélioration des soins de santé et d’une plus grande espérance de vie, le nombre de cas de cancers va vraisemblablement augmenter.

Lire : le thé vert, une piste pour de nouveaux traitements anti-cancéreux

Dans cette étude, les chercheurs ont estimé le risque de développer un cancer sur la durée de vie (lifetime risk), séparément chez les hommes et les femmes pour chaque année de naissance allant de 1930 à 1960.

Les résultats montrent que le risque de développer un cancer au cours de sa vie est passé de 38,5% pour les hommes nés en 1930 à 53,5% pour ceux nés en 1960. Pour les femmes, ce risque a augmenté de 36,7% à 47,5% sur la même période. Le risque de cancer pour les personnes nées après 1960 est donc de 50%. Cette augmentation du risque est essentiellement due à l’augmentation de la durée de vie.

D’après les résultats de cette nouvelle recherche, on peut estimer qu’une personne sur 2 -qui nait aujourd’hui- développera un cancer au cours de sa vie. L’âge est le principal facteur de risque pour la plupart des cancers. Or, aujourd’hui plus de personnes atteignent un âge avancé –avec une fréquence des cancers plus élevée- ce qui explique l’augmentation du risque sur toute une vie.

« Le cancer est essentiellement une maladie de la vieillesse avec plus de 60% de tous les cas diagnostiqués chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Si les gens vivent assez longtemps, ils auront plus de risque d’avoir un cancer à un moment donné. Mais il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire pour faire baisser cette probabilité : arrêter de fumer, être plus actif, boire moins d’alcool et conserver un poids santé » explique le Pr Peter Sasieni, auteur de l’étude. « Si nous voulons réduire le risque de développer un cancer, nous devons redoubler d’efforts et prendre des mesures maintenant pour mieux prévenir la maladie pour les générations futures ».

Selon le directeur de la recherche sur le cancer au Royaume-Uni, Harpal Kumar, « nous vivons plus vieux et nous sommes donc plus susceptibles de développer des maladies liées à l’âge. Nous devons anticiper pour être sûrs que le système de santé publique (le NHS National Health Service au Royaume-Uni) est apte à faire face. Si le NHS n’agit pas et n’investit pas dès maintenant, nous serons confrontés à une crise dans l’avenir, avec un recul des résultats sur le cancer ».

Diminuer le risque de cancers passe essentiellement par la prévention. Vieillir est un facteur de risque important, et le vieillissement est inéluctable, mais plus de 4 cancers sur 10 diagnostiqués au Royaume-Uni chaque année pourraient être évités par un changement de mode vie. C’est un objectif que chacun peut viser individuellement pour diminuer le risque.

La prévention et un diagnostic précoce lorsque le traitement est plus susceptible d’être efficace auront un impact significatif sur la survie. Lorsqu'un cancer est diagnostiqué, l'hygiène de vie est importante, tandis que des régimes alimentaires spécifiques sont aujourd'hui activement testés, comme la restriction calorique ou la diète cétogène.

Lire : "Le régime cétogène est encore trop peu connu des malades du cancer"

Sources

A S Ahmad, N Ormiston-Smith, P D Sasieni. Trends in the lifetime risk of developing cancer in Great Britain: comparison of risk for those born from 1930 to 1960. British Journal of Cancer, 2015; DOI: 10.1038/bjc.2014.606

Cancer Research UK. "One in two people in the UK will get cancer, experts forecast." ScienceDaily. ScienceDaily, 3 February 2015. <www.sciencedaily.com/releases/2015/02/150203204348.htm>.

Photo : artur84 pour freedigitalphotos

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top