Le surpoids et l’obésité en France

Par Thierry Souccar - Journaliste et auteur scientifique, directeur de laNutrition.fr Publié le 06/02/2008 Mis à jour le 07/07/2021
Article

Un adulte sur deux était en surpoids ou obèse en France en 2020. Si la prévalence du surpoids diminue, celle de l'obésité progresse. Etat des lieux de l'obésité, son évolution depuis 40 ans, les populations touchées, les facteurs de risque et solutions.

Qu’est-ce que l’obésité ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’obésité et le surpoids se définissent par « une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé ». Cette accumulation se manifeste par une augmentation de la taille et de la quantité de cellules graisseuses (adipocytes) dans le corps. 

L'obésité est une maladie grave qui conduit à une inflammation chronique et peut entraîner des complications telles que le syndrome métabolique, l'hypertension artérielle, l'athérosclérose, les maladies cardiovasculaires et rénales, le diabète de type 2, certains cancers et l’apnée du sommeil. L'obésité rend plus vulnérable aux infections respiratoires et à leurs complications, qu'il s'agisse de la grippe saisonnière ou de la Covid-19.

Le traitement dépend de la cause et de la gravité de votre état et de la présence de complications. Les solutions passent par des changements de mode de vie (alimentation, activité physique, sommeil, gestion du stress), des traitements amaigrissants, et dans certains cas la chirurgie.

Comment on mesure la corpulence

La corpulence d’un adulte est généralement approchée de trois manières : par l’indice de masse corporelle (IMC), le tour de taille ou le ratio tour de taille sur tour de hanches.

L'indice de masse corporelle

L’indice de masse corporelle (IMC) correspond au poids divisé par le carré de la taille, exprimé en kg/m2. L’IMC permet de mesurer la prévalence du surpoids et de l’obésité à l’échelle d’une population.

Chez l’adulte, l’OMS définit le surpoids et l’obésité ainsi :

  • IMC égal ou supérieur à 25 : surpoids
  • IMC égal ou supérieur à 30 : obésité
  • IMC égal ou supérieur à 40 : obésité sévère

Pour les enfants, il faut tenir compte de l’âge.

L’IMC reste une mesure imparfaite à l’échelle individuelle car le poids seul ne rend pas compte du degré d’adiposité d’une personne. Par exemple, un culturiste peut avoir l’IMC d’une personne obèse, sans être le moins du monde gras, tout simplement du fait de sa masse musculaire.

Le tour de taille

Pour cette raison, on mesure fréquemment le tour de taille. Celui-ci rend compte de l’obésité abdominale, qui est un facteur de risques de maladies cardiovasculaires, diabète et décès.

Selon l’American Heart Association, l’obésité correspond à un tour de taille supérieur à 88 cm chez les femmes et 102 cm chez les hommes. Mais la Fédération internationale du diabète a retenu les seuils de 80 cm chez les femmes et 90 chez les hommes.

Le rapport tour de taille/tour de hanches

Une autre mesure proche de celle du tour de taille est le rapport entre tour de taille et hanches. Pour l’OMS, l’obésité commence lorsque le rapport taille/hanches est supérieur à 0,85 pour une femme et à 0,90 pour un homme.

L’obésité dans le monde

L’OMS estime que le nombre de cas d’obésité a presque triplé depuis 1975. En 2016, plus de 1,9 milliard d’adultes étaient en surpoids, soit 39% de la population mondiale. Sur ce total, plus de 650 millions (13% de la population adulte) étaient obèses.

En 2016, plus de 340 millions d’enfants et d’adolescents âgés de 5 à 19 ans étaient en surpoids ou obèses. C’était aussi le cas, en 2019, de 38 millions d’enfants de moins de 5 ans.

Quelle est la proportion d’obèses en France ?

Selon l’enquête ObÉpi-Ligue contre l’obésité publiée le 30 juin 2021, l’IMC moyen était en 2020 en France de 25,5, en légère hausse par rapport à 2012 (il était de 25,4). Un adulte français sur deux (47,3 % exactement) était en situation de surpoids ou d’obésité. Le pourcentage d’adultes en surpoids et obèses est stable depuis 2012, une information à première vue satisfaisante.

Mais dans le détail, 30,3% des Français étaient en surpoids, un taux en recul de 2 points, alors que la part des obèses n'a cessé d'augmenter. L’obésité (IMC supérieur ou égal à 30) concernait en effet en 2020 en France 8,567 millions de personnes âgées de 18 ans et plus, soit 17 % de la population française adulte. L’obésité sévère (IMC supérieur ou égal à 40) touchait, elle, plus d’un million de Français soit 2% de la population adulte, en augmentation par rapport à 2012 où elle s’établissait à 1,2%.

La prévalence des personnes obèses a donc augmenté de 2 points depuis l’enquête ObÉpi de 2012, ce qui représente une hausse de 13%, et surtout, elle a doublé en 24 ans (depuis 1997).

Prévalence de l’obésité en France en pourcentage des plus de 18 ans

Insee 1980

6,1

Insee 1991

6,5

ObÉpi 1997

8,5

ObÉpi 2000

10,1

ObÉpi 2003

11,3

ObÉpi 2006

12,4

ObÉpi 2009

14,5

ObÉpi 2012

15,0

ObÉpi 2021

17,0

Quelles sont les populations les plus touchées par l'obésité ?

Les femmes sont plus affectées que les hommes : 17,4% de femmes obèses contre 16,7% d’hommes. Mais c’est chez les hommes que l’obésité a le plus progressé ; l’obésité sévère y a été multipliée par 3 en 8 ans. Hormis l’Ile-de-France, l’obésité touche plus les habitants du Nord de la Loire que ceux qui vivent au sud.

Répartition de l'obésité en France, selon ObÉpi

La proportion de personnes obèses augmente avec l’âge : 9,2% d’individus obèses entre 18 et 24 ans, mais 19,9% à 65 ans et plus. Par ailleurs, il existe un gradient d’obésité (retrouvé dans d’autres pays) selon les categories socio-professionnelles. En effet, l’obésité touche en 2020 :

  • 18% des ouvriers
  • 17,8% des employés
  • 14,4% des professions intermédiaires
  • 9,9% des cadres

Comment progresse l'obésité infantile en France

Selon l’enquête ObÉpi de 2020, 34% des enfants de 2 à 7 ans sont en surpoids ou obèses, l’obésité affectant 18% des enfants de cette classe d’âge. La prévalence de l’obésité est plus faible en grandissant, puisque 21% des enfants de 8 à 17 ans sont en surpoids ou obèses, dont 6% obèses.

Parmi les 8-17 ans en surpoids ou obèses, les auteurs de l’étude notent une sur-représentation des enfants de parents eux-mêmes en situation de surpoids ou d’obésité, de même qu’une sur-représentation des catégories populaires et des chômeurs et inactifs.

Quelles sont les causes de l'obésité et du surpoids ?

Plusieurs facteurs peuvent jouer un rôle dans la prise de poids. Certains de ces facteurs sont abordés brièvement ci-dessous. 

Alimentation

On peut grossir lorsqu'on avale plus de calories qu’on n’en brûle, que ce soit au repos (thermogénèse) ou en faisant de l'exercice. Ce déséquilibre est considéré comme le principal contributeur à la prise de poids.

Des études ont également mis en evidence la qualité de l’alimentation, les personnes consommant plus d’aliments ultra-transformés étant plus susceptibles que les autres de grossir. D’autres études ont conclu que la consommation de boissons sucrées est associée au surpoids et à l’obésité.

Plusieurs régimes alimentaires ont montré à des degrés divers, dans des études, un effet sur l’indice de masse corporelle et/ou le tour de taille. Certaines de ces études étaient de courte durée, ou portaient sur un nombre réduit de participants. Certains de ces régimes ont des contre-indications. Parmi ces régimes  figurent :

Le régime méditerranéen est celui pour lequel on dispose de plus de preuves. Le régime à IG/CG bas a donné de manière consistante des résultats favorables chez l'adulte et les plus jeunes.  Le régime cétogène est recommandé par l'Association européenne pour l'étude de l'obésité (EASO). Le jeûne intermittent aurait des effets proches de la restriction calorique (régime hypocaloriques) sur la perte de poids. Le régime paléo peut réduire la masse grasse, comme le montre un essai clinique ayant duré deux ans, mais il souffre d'un nombre encore réduit d'études.

Le moment où l’on s’alimente pourrait avoir une influence sur la corpulence, avec un risque de prise de poids lorsqu’on dîne plus tard.

Exercice physique

La pratique de l'activité physique est un des leviers qui permet de lutter contre l'obésité infantile. Chez l'adulte, l'association d'exercice aérobie et de musculation donne de meilleurs résultats que lorsque ces exercices sont pratiqués seuls. Les fractionnés (high intensity interval training ou HIIT) permettent une réduction du poids chez l'enfant et l'adulte. 

Environnement

Notre environnement a une influence sur notre capacité à maintenir notre poids :

  • proximité de fast-foods ou au contraire de marchés et halles
  • portions surdimensionnées de nourriture
  • pression publicitaire à la télévision et sur Internet pour des aliments ultra-transformés
  • présence ou non de parcs, pistes cyclables, vélos, salles de sport

Le rôle sur la prise de poids de certains polluants comme le bisphénol A, mais aussi de polluants aériens a été mis en évidence et continue de faire l'objet de recherches.

Hérédité

La génétique peut jouer un rôle dans l'obésité. Les gènes peuvent conduire à l'obésité dans des troubles tels que le syndrome de Prader-Willi, une maladie génétique rare.  

Les gènes peuvent également favoriser la susceptibilité à la prise de poids.  

Conditions de santé et traitements

Certains troubles hormonaux peuvent entraîner un surpoids et une obésité : hypothyroïdie, syndrome de Cushing, syndrome des ovaires polykystiques.

La prise de certains médicaments peut également entraîner une prise de poids. C’est le cas entre autres de corticostéroïdes, antidépresseurs et médicaments antiépileptiques. 

Stress, facteurs émotionnels et sommeil perturbé

Le stress a été lié à la prise de poids. Certaines personnes s’alimentent plus en cas de stress, ou lorsqu’elles sont émotionnellement perturbées (colère, contrariété).

Des études ont également montré que le manque de sommeil, l’excès de sommeil, ou un sommeil de mauvaise qualité, peuvent contribuer au surpoids et à l’obésité. Cela s'explique en partie par le fait que les hormones libérées pendant le sommeil contrôlent l'appétit et l'utilisation de l'énergie par le corps, ou encore le fait que l'on a tendance à s'alimenter plus lorsqu'on s'endort tard. 

Références
  1. World Health Organization. Definition, Diagnosis, and Classification of Diabetes Mellitus and its Complications: Report of a WHO Consultation. Part I: Diagnosis and Classification of Diabetes Mellitus, 1999.
  2. Dinu M, Pagliai G, Angelino D, Rosi A, Dall'Asta M, Bresciani L, Ferraris C, Guglielmetti M, Godos J, Del Bo' C, Nucci D, Meroni E, Landini L, Martini D, Sofi F. Effects of Popular Diets on Anthropometric and Cardiometabolic Parameters: An Umbrella Review of Meta-Analyses of Randomized Controlled Trials. Adv Nutr. 2020 Jul 1;11(4):815-833.​
  3. Obert J, Pearlman M, Obert L, Chapin S. Popular Weight Loss Strategies: a Review of Four Weight Loss Techniques. Curr Gastroenterol Rep. 2017 Nov 9;19(12):61. ​
  4. Otten J, Stomby A, Waling M, Isaksson A, Tellström A, Lundin-Olsson L, Brage S, Ryberg M, Svensson M, Olsson T. Benefits of a Paleolithic diet with and without supervised exercise on fat mass, insulin sensitivity, and glycemic control: a randomized controlled trial in individuals with type 2 diabetes. Diabetes Metab Res Rev. 2017 Jan;33(1):10.1002/dmrr.2828. ​
  5. Parasin N, Amnuaylojaroen T, Saokaew S. Effect of Air Pollution on Obesity in Children: A Systematic Review and Meta-Analysis. Children (Basel). 2021 Apr 23;8(5):327.​
  6. Andújar N, Gálvez-Ontiveros Y, Zafra-Gómez A, Rodrigo L, Álvarez-Cubero MJ, Aguilera M, Monteagudo C, Rivas AA. Bisphenol A Analogues in Food and Their Hormonal and Obesogenic Effects: A Review. Nutrients. 2019 Sep 6;11(9):2136. ​
  7. Borgundvaag E, Mak J, Kramer CK. Metabolic Impact of Intermittent Fasting in Patients With Type 2 Diabetes Mellitus: A Systematic Review and Meta-analysis of Interventional Studies. J Clin Endocrinol Metab. 2021 Mar 8;106(3):902-911.​
  8. Zhang Y, Jiang X, Liu J, Lang Y, Liu Y. The association between insomnia and the risk of metabolic syndrome: A systematic review and meta-analysis. J Clin Neurosci. 2021 Jul;89:430-436. 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top