Le régime Zone

Par Lanutrition.fr Publié le 17/03/2006 Mis à jour le 17/02/2017

Le régime Zone a été créé par le Dr Barry Sears, un ancien chercheur du prestigieux Institut de technologie du Massachusetts et de l’université de médecine de Boston. La théorie du Dr Sears fait appel à deux types d’hormones : l'insuline et les eicosanoïdes.

Profil

Pauvre en glucides, riche en protéines

Principe

Le régime Zone est un programme alimentaire visant à maintenir un équilibre hormonal et à améliorer la santé générale. Son principe : chaque repas doit répondre à un apport alimentaire en glucides et en protéines très précis. Pour son créateur c’est un régime qui, comme le régime méditerranéen, apporte des quantités modérées de glucides, protéines et lipides et qui permet de prévenir l’apparition d’un certain nombre de maladies chroniques.

Points forts

Activité physique régulière vivement conseillée

Accent mis sur l’importance des oméga-3

Points faibles

Carence possible en certains éléments essentiels

Théorie scientifique non vérifiable



Comment ça marche ?

Le régime Zone a été créé par le Dr Barry Sears, un ancien chercheur du prestigieux Institut de technologie du Massachusetts et de l’université de médecine de Boston. Est-ce cette caution scientifique qui l’a rendu si populaire ? Si, comme Atkins et Montignac, Sears considère que c’est l’insuline qui est à l’origine de la prise de poids, le reste de sa théorie fait appel à des notions biologiques plus complexes et encore mal connues.

La théorie du Dr Sears fait appel à deux types d’hormones : l’insuline, sécrétée par le pancréas après l’ingestion de glucides pour réguler le taux de sucre sanguin et les eicosanoïdes, des hormones fabriquées par toutes les cellules et qui seraient impliquées dans le métabolisme des graisses. Pour réguler le taux d’insuline et le maintenir dans une zone idéale pour la santé tant physique qu’intellectuelle, Barry Sears préconise des repas réguliers (trois repas par jour et deux collations) qui répondent tous à un critère précis : le rapport glucides sur protéines doit être égal à 0,75. Il faut donc manger 4 g portions de protéines pour 3 g de glucides. Et pour chaque gramme de protéines ingéré, il faut manger 0,4 g de graisse. Pour simplifier la vie des adeptes du régime, le Dr Sears a mis au point un système d’équivalence entre les portions alimentaires et ces différents rapports à respecter.

Cependant, il ne suffit pas de suivre à la lettre ce rapport : la nature des glucides et des lipides ingérés importe également. Il faut ainsi privilégier les glucides des fruits et des légumes à ceux apportés par les céréales, ce qui conduit à manger beaucoup de fruits et légumes et très peu de céréales. En ce qui concerne les lipides, pour privilégier la fabrication de « bons » eicosanoïdes au détriment des « mauvais », ce sont les acides gras mono-insaturés et poly-insaturés qui doivent composer l’essentiel de l’apport en graisse. Et en particulier les fameux acides gras essentiels oméga-3 que l’on trouve dans les poissons gras, les huiles de poissons, certaines huiles végétales (colza, noix). Enfin le Dr Sears prône la restriction calorique (diminution de l’apport énergétique quotidien) pour accroître la longévité.

D’après Barry Sears, « le régime méditerranéen est celui qui se rapproche le plus du régime Zone en terme d’équilibre alimentaire et de modération, associés au bon sens ». Cependant, le régime Zone diminuerait, selon lui, plus le taux d’insuline que le régime méditerranéen car il accroît la consommation de fruits et légumes au détriment de celle des céréales. Le régime Zone promeut également plus la consommation d’oméga-3.

En résumé

Beaucoup de fruits et de légumes, beaucoup de protéines et de bonnes huiles (végétales et de poisson). Pas ou très peu de céréales en revanche.


Qu’en dit la recherche ?

Si un certain nombre d’études soutiennent l’une ou l’autre théorie fondatrice du programme Zone, les études cliniques menées sur le régime lui-même ne plaident pas plus en sa faveur que pour un autre régime pauvre en glucides. Il existe un nombre croissant d’études concluantes sur l’effet positif à court terme (un an maximum) d’un régime pauvre en glucides sur la perte de poids d’une part et sur la santé cardiovasculaire d’autre part. Et le régime Zone ne déroge pas à la règle. D’autre part, de nombreuses études démontrent les effets bénéfiques des oméga-3 sur la santé cardiovasculaire, sur l’humeur et contre l’inflammation. Cependant les eicosanoïdes restent des substances mal connues et encore peu étudiées, ce qui fait que la théorie du Dr Sears est invérifiable pour le moment et ne peut donc pas être validée. D’autre part, comme pour bon nombre de régimes, aucune étude n’a regardé les effets à long terme d’une telle diète. Or, selon le Dr Sears, le régime Zone n’est pas tant un régime qu’un programme alimentaire à suivre tout au long de sa vie. Il serait donc intéressant de savoir si des personnes le suivent longtemps et, si oui, quels en sont les résultats.

En résumé

SI le régime méditerranéen continue d’alimenter les publications scientifiques grâce à ses vertus santé exceptionnelles, le régime Zone ne semble pas prendre la même voie. Mais la plupart des recommandations nutritionnelles sont correctes et la perte de poids avérée.

 

Notre avis

Ce régime fonctionne bien à court terme. Cependant, en l’absence de réelles études indépendantes à long terme, on ne peut pas conclure à des bénéfices pour la santé semblables à ceux du régime méditerranéen.

 



Bibliographie

Sears B. : “Enter the Zone”, HarperCollins Publishers, New York, 1995.

Cheuvront SN : “Going Against the Grain : Flaws in the Zone Diet.” Nutr Today. 2004 Mar ;39(2):65-68.

Dansinger ML : “Comparison of the Atkins, Ornish, Weight Watchers, and Zone diets for weight loss and heart disease risk reduction: a randomized trial.” JAMA. 2005 Jan 5;293(1):43-53.

A découvrir également

Back to top