Ultramarathon : des coureurs en bonne santé, mais plus souvent allergiques

Par Lanutrition.fr Publié le 15/01/2014 Mis à jour le 10/03/2017
Les adeptes des courses de 50 km sont en meilleure santé que le citoyen moyen, malgré des allergies plus fréquentes et des problèmes articulaires.

Les courses de 50 km et plus attirent de plus en plus de coureurs, sans qu’on en sache beaucoup sur les conséquences pour la santé de ce sport intensif. D’après un article paru dans PLoS One, ces coureurs souffrent moins souvent de maladies chroniques, mais sont plus sujets aux allergies et à l’asthme.

La pratique d’un exercice régulier apporte de nombreux  bénéfices pour la santé. Le sport permet à la fois de garder la ligne et de prévenir des maladies chroniques. Le sport est bon pour le moral et favorise la fonction cognitive. Cependant, les chercheurs s'interrogent sur les effets à long terme des efforts accomplis dans des conditions extrêmes.

Lire : Le sport, un médicament miracle ?

Des chercheurs américains ont voulu connaître les caractéristiques des personnes qui pratiquaient un sport particulièrement intense : l’ultramarathon, c'est-à-dire des courses plus longues que le traditionnel marathon de 42 km. 1 212 coureurs d’ultramarathon ont répondu à un questionnaire sur leur entraînement, leur santé et leurs blessures. Les participants avaient couru au moins une course de 50 km ou plus dans les 12 mois précédant le questionnaire (95 %) ou avaient l’intention de le faire et s’y entraînaient régulièrement. L’âge médian était de 42,3 ans et 68 % étaient des hommes.

Résultats : Il y avait peu de cancers (4,5 %), de maladies coronariennes (0,7 %), de diabète (0,7 %) dans cette population. Mais 11 % des coureurs d’ultramarathon souffraient d’asthme et 25 % d’allergies, contre seulement  7 à 8 % de la population générale. Pourtant, l’activité physique devrait être un facteur protecteur contre l’asthme. Ces coureurs passant beaucoup de temps en extérieur, sont plus souvent en contact avec des allergènes comme le pollen. L’asthme est courant chez les athlètes d’endurance, en raison de l’assèchement des voies resiratoires lors de l’exercice.

Au cours de l’année précédant le sondage, ces coureurs ont été absents en moyenne 2 jours dans leur travail ou leurs études, en raison de maladies ou de blessures, contre 4 jours pour la population générale. Les coureurs d’ultramarathon n’ont manqué que 0,3 jour en moyenne pour des blessures dues à l’exercice, alors que ces blessures étaient courantes : 64,6 % ont eu une blessure dans les 12 mois précédant l’enquête. Comme pour tous les coureurs, la plupart de ces blessures concernaient les genoux, les jambes et les pieds. Les blessures étaient plus fréquentes chez les plus jeunes et les coureurs moins expérimentés. Les coureurs d’ultramarathon avaient aussi un niveau d’études plus élevé ; ils étaient donc plus susceptibles de travailler dans des bureaux, ce qui expliquerait qu’ils se soient peu absenté de leur travail malgré leurs soucis médicaux. 5 % des coureurs d’ultramarathon ont été hospitalisés après une compétition dans l’année précédant le questionnaire. 20 % de ces hospitalisations étaient dues à des fractures ou des luxations.

Lire : Comment prévenir la fatigue et les blessures

Par conséquent, les coureurs d’ultramarathon souffrent moins souvent de maladies chroniques. Les auteurs espèrent que ces travaux aideront à trouver des moyens pour encourager la population à faire un minimum d’exercice.

Lire aussi : Nutrition de l'endurance et La meilleure façon de courir

Source

Martin D. Hoffman, Eswar Krishnan. Health and Exercise-Related Medical Issues among 1,212 Ultramarathon Runners: Baseline Findings from the Ultrarunners Longitudinal TRAcking (ULTRA) Study. PLoS One. January 08, 2014.DOI: 10.1371/journal.pone.0083867

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top