Avez-vous besoin de plus de vitamine E que la normale ?

Par Juliette Pouyat Publié le 02/02/2017 Mis à jour le 05/04/2017
Actualité
Le syndrome métabolique conduirait à des besoins en vitamine E sensiblement élevés.

Si vous avez un "syndrome métabolique", c'est-à-dire au moins 3 des caractéristiques suivantes : triglycérides dans le sang, taux bas de cholestérol HDL, hypertension artérielle, tour de taille élevé, glycémie élevée, vos besoins en vitamine E sont sensiblement plus élevés que pour les personnes dites saines. C'est ce que suggère une étude parue dans l’American Journal of Clinical Nutrition.

Le syndrome métabolique conduit à un risque accru de diabète de type 2 ou de maladie cardiovasculaire. Il est généralement lié à la présence d’un excès de graisse abdominale. Il consernerait 15 à 20% de la population française.

La vitamine E désigne une famille de 8 substances : 4 tocophérols et 4 tocotriénols. Les apports nutritionnels conseillés sont évalués à 12 à 15 mg d'alpha-tocophérol par jour en moyenne. Ils pourraient donc se situer autour de 16 à 22 mg en cas de syndrome métabolique.

Les auteurs de l'étude ont montré précédemment que la biodisponibilité de l’α-tocophérol, la forme de vitamine E la plus présente dans le sang, est plus élevée chez les personnes en bonne santé que chez celles qui souffrent du syndrome métabolique, ce qui suggère que les besoins en vitamine E sont plus élevés dans cette situation.

Lire : le régime paléo améliore le syndrome métabolique

La stéatose hépatique non alcoolique coexiste souvent avec un syndrome métabolique. Elle est caractérisée par une infiltration de graisses dans les hépatocytes mais également par une inflammation hépatique, un stress oxydant et des lésions cellulaires. La stéatose hépatique non alcoolique peut progresser vers une cirrhose et un carcinome hépatocellulaire.

Lire : les féculents trasnforment notre foie en foie gras

« La supplémentation en vitamine E améliore les tests de fonction hépatique et l’histologie chez des enfants et des adultes qui souffrent de stéatose hépatique non alcoolique » disent les auteurs. « Les dommages oxydatifs au niveau des lipides sont élevés chez ceux qui souffrent de stéatose hépatique non-alcoolique, ce qui laisse penser que leurs besoins en vitamine E, qui est un antioxydant liposoluble, sont plus élevés ».

Dans cette étude, les chercheurs ont utilisé une nouvelle approche pour déterminer la quantité de vitamine E dont le corps a besoin chez 20 participants en bonne santé ou souffrant du syndrome métabolique. La vitamine E marquée au deutérium a permis aux chercheurs de déterminer la quantité de vitamine E éliminée par l’organisme – donc la quantité dont le corps n’a plus besoin- et de la comparer aux apports. Ils ont ainsi pu déterminer les besoins en vitamine E chez les participants en bonne santé et chez ceux souffrant de syndrome métabolique.

Les résultats laissent penser que les personnes atteintes de syndrome métabolique ont besoin de 30 à 50% de vitamine E en plus que les personnes en bonne santé.

Cette étude a également mis en lumière les limites des tests conventionnels pour déterminer le statut et les besoins en vitamine E . Car chez les personnes avec syndrome métabolique, même si les tissus prennent et retiennent la vitamine E dont ils ont besoin, les niveaux sanguins déterminés par les tests conventionnels sont presque similaires à ceux déterminés chez les personnes en bonne santé. « Nous avons découvert que les niveaux sanguins de vitamine E semblent souvent normaux car la vitamine E est attirée par les niveaux élevés de cholestérol et de graisses ». « Cela donne l’illusion d’un statut en vitamine E adéquat alors que les tissus sont eux en déficit ».

Lire : un manque de vitamine E exposerait à des complications graves de l'obésité

A noter que l'étude a été financée par les Instituts nationaux de la santé des Etats-Unis, l'industrie laitière américaine et le fabricant de vitamines DSM.

Parmi les bonnes sources de vitamine E : épinard, amande, avocat, asperge, beurre de cacahuètes...

Source

Maret G Traber, Eunice Mah, Scott W Leonard, Gerd Bobe, Richard S Bruno. Metabolic syndrome increases dietary α-tocopherol requirements as assessed using urinary and plasma vitamin E catabolites: a double-blind, crossover clinical trial. The American Journal of Clinical Nutrition, 2017; ajcn138495 DOI: 10.3945/ajcn.116.138495

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top